Économie

La monnaie qui a le plus chuté en 2014 n'est pas le rouble, mais le bitcoin

Temps de lecture : 2 min

Et ce n'est pas forcément une mauvaise nouvelle pour la devise virtuelle.

REUTERS/Benoît Tessier.
REUTERS/Benoît Tessier.

On a beaucoup parlé de la chute du rouble en 2014, mais il est une monnaie qui a essuyé une baisse encore pire, selon Bloomberg: le bitcoin. A la date du 22 décembre, la monnaie virtuelle avait perdu 56% de sa valeur en un an, d'après l'agence, à 326 dollars. Un chiffre qui représente même une baisse de 70% par rapport à son plus-haut de près de 1.125 dollars, atteint fin novembre 2013.

En comparaison, le rouble a perdu environ 42% de sa valeur et la hryvnia ukrainienne près de 48%. Des baisses qui sont un peu moins impressionnantes ramenées en euros, puisque la monnaie unique a elle aussi perdu du terrain par rapport au dollar depuis janvier, passant de 1,38 dollar pour un euro à moins de 1,23 dollar.

Dans un récent article sur le bitcoin, les Echos expliquaient que «n’importe quel actif financier traditionnel qui connaîtrait pareil sort serait condamné à plus ou moins brève échéance. Mais pas le bitcoin, un actif inclassable, entre devise, matière première et technologie» pour qui un repli pourrait en fait être profitable: «Il découragerait un peu la spéculation, faciliterait et étendrait son usage comme moyen de paiement au sein de l’écosystème bitcoin.»

Newsletters

Il faut taxer les superprofits de l'énergie, mais pas tout seuls

Il faut taxer les superprofits de l'énergie, mais pas tout seuls

L'Europe des Vingt-Sept a choisi de taxer les profits des énergéticiens. Mais le débat n'est pas simple, car la fiscalité est un outil qu'il faut manier avec précaution.

La Chine est plus volontaire que l'Occident pour éradiquer la pauvreté

La Chine est plus volontaire que l'Occident pour éradiquer la pauvreté

Le pays communique sur son succès en matière de lutte contre la pauvreté et continue d'en faire un horizon de sa politique de développement. En Occident, des objectifs similaires avaient été proclamés. Jamais atteints, ils ont été abandonnés.

L'Amérique du Sud, nouveau terrain de conquête de la Chine

L'Amérique du Sud, nouveau terrain de conquête de la Chine

Les relations sino-latines ont le vent en poupe, à tel point que Pékin dépasse peu à peu Washington dans presque tous les pays de la région.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio