Culture

«Gone Girl»: quand David Fincher fait du placement de produit pour Steven Soderbergh

Temps de lecture : 2 min

Ben Affleck dans «Gone Girl
Ben Affleck dans «Gone Girl

Dans Gone Girl, le nouveau film de David Fincher, on voit à un moment le personnage de Nick Dunne (Ben Affleck) assis à la table de sa cuisine, sur laquelle trône une bouteille d'une liqueur appelée Singani 63: une eau-de-vie produite en Bolivie depuis plusieurs siècles, proche du pisco chilien et péruvien, et qui est considérée comme la liqueur nationale du pays.

Un «placement de produit inattendu», selon le blog Brands and Films, mais qui ne doit rien au hasard: la marque appartient à un collègue du réalisateur, Steven Soderbergh –le «63» fait référence à l'année de naissance de celui qui devint, en 1989, le plus jeune lauréat de la Palme d'or pour Sexe, mensonges et vidéo. Les deux hommes sont en effet amis et se jettent régulièrement des fleurs en interview –dans un entretien accordé à la Frankfurter Allgemeine Zeitung en 2012, Soderbergh se disait ainsi «admiratif de la virtuosité» de Fincher, qui lui-même avait auparavant fait part de son admiration pour son confrère.

Dans une récente interview au site K&L Wine Merchants, Soderbergh a raconté la petite histoire de cette pub (quasiment) gratuite:

«Il m'a appelé et m'a demandé de lui en envoyer quelques bouteilles. Puis quelques jours plus tard, il m'a envoyé une capture d'écran montrant une image de Ben Affleck assis à la table de sa cuisine avec la bouteille juste à côté de lui. C'était très sympa de sa part.»

Comme l'expliquait Slate.com en avril dernier, Soderbergh a découvert le Singani en Espagne en tournant Che. «J'ai noté trois choses. Je pouvais le boire avec de la glace. Il me faisait vraiment du bien, et cela très vite, et enfin, le lendemain, je me sentais en forme», expliquait alors le réalisateur, qui disait avoir pensé à la fin du tournage: «Cela serait vraiment bien si nous pouvions avoir cela aux Etats-Unis.»

Le cinéaste s'est ensuite associé avec une distillerie afin de lancer sa propre marque. Dans son interview à K&L Wine Merchants, il expliquait avoir envisagé ce projet comme un film indépendant, en débutant à petite échelle:

«Il allait nous falloir aller d'un côté quand les gens vont de l'autre. Nous avons donc commencé par New York, nous nous sommes fixés un agenda et un budget et nous avons voulu voir ce que ça donnerait. Une fois l'intérêt du projet prouvé, nous pourrions trouver un plus gros distributeur pour nous aider. [...] Dans l'industrie du film, nous appelons cela le "four-walling": vous louez un cinéma et vous y projetez votre film.»

Slate.fr

Newsletters

Le monde en crise vu par quatre films

Le monde en crise vu par quatre films

Les sorties le même jour de quatre films on ne peut plus différents offrent une vaste fresque du monde contemporain et des ressources du cinéma.

Karl Lagerfeld intime

Karl Lagerfeld intime

À chaque photo son histoire. Avant d’être son propre photographe, Karl Lagerfeld se prêtait volontiers au jeu des flashs et des objectifs. Le photographe de mode Guy Marineau l’a eu à l’œil tout au long de sa carrière. Derrière ses...

Parfois, je suis fatigué d'être Juif

Parfois, je suis fatigué d'être Juif

Je voudrais qu'on m'accepte pour ce que je suis, mais depuis la nuit des temps on me le refuse, comme si je ne méritais pas de vivre.

Newsletters