Culture

Vous adorez les jeans mais devez porter un costume? Revoici le costume en jean

Temps de lecture : 2 min

Photo: Ralph Lauren.
Photo: Ralph Lauren.

Il y a deux types d’employés dans le monde du travail: ceux qui peuvent aller au bureau en jean, et ceux qui doivent mettre un costume. Pour sa collection printemps 2015, le designer Ralph Lauren remet en question cette dichotomie en créant un costume trois pièces en jean, pour un «homme très sophistiqué, et qui sait ce qu’il veut».

Cette tenue chic pourrait théoriquement être adoptée par tous les PDG, banquiers et ministres qui souhaiteraient allier coupe classique et confort du denim. Mais porter ce type d’ensemble n’est pas évident. En effet, l’idée même du costume en jean est une transgression de la loi selon laquelle il ne faut jamais porter une veste en jean avec un jean.

Les magazines de mode vous expliqueront qu’il y a certes quelques exceptions, mais en règle générale, le risque de désastre est trop élevé, surtout pour les hommes. Afin de prouver la validité de cet interdit, ils ressortent en général une photo de Justin Timberlake et Britney Spears de 2001. Le costume délavé et affreusement mal coupé de Justin –avec, de surcroît, un chapeau en jean– est un avertissement à tous ceux qui voudraient «oser le 100% jean».

Quant aux origines historiques de la veste de costume en jean (que les Américains surnomment «smoking texan» ou «smoking canadien», un peu pour dire «smoking plouc»), elles nous ramènent aux années 1950, lorsque le chanteur Bing Crosby a failli être chassé d’un grand hôtel à cause de sa salopette en jean.

Levi’s avait aussitôt réagi en créant «le smoking Bing Crosby». Cette année, la marque a d’ailleurs ressorti ce costume croisé en jean, avec épaulettes et doublure en satin. Comme il s’agit d’éditions limitées de la collection «vintage», sortie des archives Levi’s, la veste coûte 1.800 dollars.

Newsletters

Pour comprendre ce qu'il y a dans le cœur des Russes, il faut lire Dostoïevski

Pour comprendre ce qu'il y a dans le cœur des Russes, il faut lire Dostoïevski

[TRIBUNE] Le peuple russe, rendu fataliste par une histoire chaotique, consent à la tyrannie. Et cela, nul ouvrage ne permet mieux de le comprendre que «Souvenirs de la maison des morts».

La bananadine, la drogue la plus fumeuse des années 1960-70

La bananadine, la drogue la plus fumeuse des années 1960-70

En plein mouvement psychédélique, certains se sont fait bananer avec cette «nouvelle drogue à la mode» tirée du fruit jaune.

Cinq espionnes qui ont aidé les Alliés pendant la Seconde Guerre mondiale

Cinq espionnes qui ont aidé les Alliés pendant la Seconde Guerre mondiale

Danseuse, opératrice radio ou encore cryptanalyste, elles ont toutes œuvré dans l'ombre.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio