Culture

La mort de Tommy Ramone, le dernier des membres originels des Ramones

Temps de lecture : 2 min

La pochette du premier album des Ramones (1976). De gauche à droite: Johnny, Tommy, Joey et Dee Dee Ramone.
La pochette du premier album des Ramones (1976). De gauche à droite: Johnny, Tommy, Joey et Dee Dee Ramone.

Ils sont rares, les groupes de rock dont tous les membres originels ont disparu. Aujourd’hui, il reste encore deux Beatles, quatre Rolling Stones, trois Clash ou trois Joy Division. Mais, depuis ce samedi 12 juillet, plus aucun des membres fondateurs des Ramones, avec la mort du bassiste Tommy Ramone à l’âge de 62 ans. L'homme dont, selon le magazine Variety, «le jeu de batterie énergique était la turbine impulsant le son bruyant et facétieux du gang en blousons de cuir».

Né Erdélyi Tamás en Hongrie en 1952 (comme le rappelle utilement le Guardian, «tous les membres du groupe ont adopté le nom Ramone alors qu’ils n’avaient pas de lien de famille»), Tommy Ramone était derrière les fûts sur les trois premiers albums studio du groupe, Ramones, Leave Home et Rocket To Russia, sur lesquels on trouvait des classiques comme Blitzkrieg Bop ou Sheena Is A Punk Rocker.

Il avait également produit les deux derniers nommés ainsi que l’album Too Tough To Die en 1984, après avoir été remplacé dans le groupe par Marc Bell, alias Marky Ramone. Il avait également produit Tim, le quatrième album des Replacements, en 1985.

Des quatre Ramones originels, c’est Joey, le chanteur, qui est mort le premier, en 2001, à l’âge de 49 ans. Le bassiste Dee Dee est mort en 2002, à 50 ans, et le guitariste Johnny en 2004, à 55 ans.

Newsletters

«Annie Colère»: enfin un film qui montre l'avortement comme un acte qui soulage

«Annie Colère»: enfin un film qui montre l'avortement comme un acte qui soulage

Rencontre avec la réalisatrice Blandine Lenoir et l'actrice Laure Calamy pour parler de leur long métrage sur les IVG illégales réalisées par le Mouvement pour la liberté de l'avortement et de la contraception dans les années 1970.

«Black Mirror» avait mieux compris l'importance du discrédit politique que les pros du secteur

«Black Mirror» avait mieux compris l'importance du discrédit politique que les pros du secteur

L'épisode «Le show de Waldo», consacré à la candidature d'un personnage de cartoon carburant aux injures à une élection partielle, semblait peu réaliste. Mais la nuit du 8 novembre 2016 a prouvé que la réalité avait dépassé la fiction.

Fringues ultra colorées, épaulettes et collabs: les années 2020 sont les nouvelles années 1980

Fringues ultra colorées, épaulettes et collabs: les années 2020 sont les nouvelles années 1980

Pandémie de Covid et télétravail ont réveillé un immense besoin de fantaisie vestimentaire. Pour y répondre, les créateurs ont, inconsciemment ou non, remis au goût du jour les tenues des très créatives eighties.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio