Culture

Trailer est-il? Stitches, la revanche du clown

Temps de lecture : 2 min

Parmi tous les archétypes de méchants «plus ou moins surnaturels» qu'un film d'horreur puisse proposer, difficile de faire plus cliché que la figure du clown.

«Stitches»
«Stitches»

Trailer est-il?, c'est LA chronique quotidienne pour amateurs de bandes-annonces diverses et (a)variées: séries B plus ou moins prometteuses, raretés improbables, porno rigolo, docus décalés, etc.

Parmi tous les archétypes de méchants «plus ou moins surnaturels» qu'un film d'horreur puisse proposer, difficile de faire plus cliché que la figure du clown.

Certes, on ne compte pas autant de «clown movies» de que de films de vampires, mais si les histoires de suceurs de sangs peuvent se décliner à l'infini (la preuve, on nous balance même des histoires de Nosferatu teenagers romantiques qui scintillent au soleil), pas évident de proposer quelque chose de vraiment original autour du clown. A moins d'en faire des figures extraterrestres comme dans Killer Clown from Outer Space, bien sûr.

Après des fleurons comme Clownhouse ou le téléfilm Il est revenu tiré de Stephen King, la Grande-Bretagne s'apprête à découvrir un nouvel avatar de la clown culture via le film Stitches (littéralement, «point de suture»), avec son clown mort vivant revanchard bien décidé à trucider un groupe de jeunes sans doute liés à sa funeste condition. Une sorte de Souviens-toi l'été dernier mais avec un type à nez rouge à la place du pêcheur, en gros.

C'est l'humoriste Ross Noble, très connu outre-Manche, qui incarne le tueur à perruque dans son premier rôle au cinéma. Derrière la caméra, un habitué du genre qui tâche puisque le réalisateur et scénariste Conor McMahon s'est déjà illustré dans des œuvres aux titres assez évocateurs tels Dead Meat, The Disturbed ou bien encore la série Zombie Bashers.


Stitches - Trailer par pifff

Le film, qui sort à la fin du mois outre-Manche, a recueilli de bonnes critiques et sera visible en France en novembre au PIFFF (Paris International Fantastic Film Festival), dont la programmation fait déjà saliver.

Newsletters

La détestation des riches fait partie du fonds culturel français

La détestation des riches fait partie du fonds culturel français

Morale catholique, Révolution de 1789, marxisme... Du Moyen Âge à nos jours, plusieurs éléments historiques expliquent cette particularité qu'a la France de détester les riches.

«GoldenEye», ou comment James Bond a révolutionné le jeu vidéo

«GoldenEye», ou comment James Bond a révolutionné le jeu vidéo

À jamais dans nos cœurs.

Vivement lundi: la bande dessinée

Vivement lundi: la bande dessinée

Le neuvième art ce n'est pas une promenade de santé, et je ne dis pas ça parce que le festival réunissant toute la profession a lieu le dernier week-end de janvier, dans une ville en Charente et en pente, où il ne fait jamais plus que 4°C.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio