Culture

L'auteur de «baise moi» défend Orelsan

Temps de lecture : 2 min

Virginie Despentes se confie aux Inrocks.

«L'inculture des dirigeants politiques ne laisse pas d'étonner», Virginie Despentes. Propos recueillis lors d'une interview dans Les Inrocks, à propos de la polémique Orelsan. L'auteur de «Baise-Moi» et de «King Kong Theory» trouve que la chanson «sale pute» est «très bien, efficace, drôle et bien foutue». Ce qu'elle ne comprend pas en revanche, c'est «comment le gouvernement peut-il intervenir directement sur Internet, sur les concerts, sur les sorties de disque, sans emprunter les voies légales, en mettant une pression directe»?

L'interview porte aussi sur le point de vue de la romancière au sujet de la situation des prostituées: «si on ne veut pas voir les putes travailler dans les centres villes, très bien, qu'on les laisse ouvrir des cabinets. Les psychanalystes et les kinésithérapeutes ne font pas le trottoir: ils louent un espace et y exercent en toute légalité. (...) Voilà, ça n'est pourtant pas très compliqué: qu'on laisse les prostituées faire la même chose après tout elles font à peu près le même boulot.»

La romancière prépare un long métrage, l'adaptation de son livre «Bye Bye Blondie» avec Béatrice Dalle et Emmanuelle Béart, mais «ne sait rien de l’âge que j’aurai quand ça se fera».

Vous souhaitez proposer un autre lien que vous jugez plus pertinent ou complémentaire? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Newsletters

«The Woman King», une guerrière en uniforme

«The Woman King», une guerrière en uniforme

L'épopée des combattantes du Dahomey mobilise toutes les ressources du film hollywoodien à grand spectacle, pour une histoire dont le cadre et les héroïnes sont inhabituels, mais racontés de manière convenue.

Présente dans la série Netflix, la sœur d'une victime de Jeffrey Dahmer sort du silence

Présente dans la série Netflix, la sœur d'une victime de Jeffrey Dahmer sort du silence

Elle reproche à la plateforme de ne l'avoir jamais contactée et de faire son beurre avec le malheur des autres.

Le business juteux du smiley heureux

Le business juteux du smiley heureux

Près de soixante ans après sa création, un demi-siècle après être devenu une marque déposée, il continue à rapporter des centaines de millions d'euros chaque année.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio