En Syrie, l'hiver sonne le début de la culture des roses de Damas
Monde

En Syrie, l'hiver sonne le début de la culture des roses de Damas

Temps de lecture : 3 min
Abd Almajeed Alkarh
Mathilde Saliou

Depuis des années, Muhammed el-Dimashqi, contraint de fuir la capitale pour rejoindre Idlib, plante et vend ces fleurs très recherchées par l'industrie de la parfumerie.

À Idlib (Syrie).

«Un membre de ma famille m'a envoyé des roses, des tiges à replanter et des indications pour bien relancer la production.» Sur son exploitation de roses de Damas, une espèce reconnue à travers le monde pour la qualité de son parfum, Muhammed el-Dimashqi raconte comment il est reparti de zéro en 2017, après s'être réfugié à Idlib, au nord-ouest de la Syrie. Il est 4h de l'après-midi et il a les traits tirés par la fatigue.

Descendant d'une longue lignée de cultivateurs de roses de Damas, et visé par le régime de Bachar el-Assad, l'homme a dû fui la capitale syrienne et les tortures qu'il y subissait pour s'installer dans cette région, dernière du pays encore contrôlée par des djihadistes et des forces rebelles. Sur place, il a recréé une petite exploitation de 1.500 mètres carrés.

Muhammed el-Dimashqi a recréé une exploitation de 1.500 mètres carrés à Idlib. | Abd Almajeed Alkarh

Une mise en terre pendant l'hiver

Littéralement, le nom de la plante signifie «rose des sultans», ou «rose royale», «car autrefois on la présentait aux sultans», explique l'agriculteur, tout en servant un thé. «On la fait pousser pour en tirer du jus, pour des médicaments et puis pour sa beauté et son odeur.»

Cultivée depuis l'Antiquité en Syrie –comme dans l'Empire perse, notamment l'actuel Iran, ou en Chine–, cette fleur est aussi bien utilisée pour des usages de médecine traditionnelle que par les industries de la parfumerie et des cosmétiques, pour leurs produits de beauté.

Avec l'hiver arrive l'heure de replanter les rosiers, dont Muhammed el-Dimashq exploite les boutons et les fleurs tout au long de l'année. «Nous les mettons en terre en ce moment, pour commencer le processus, puis elles commenceront à germer au printemps», décrit-il. Une première récolte aura alors lieu.

Ensuite, il faudra «vendre les roses vertes sur le marché d'Idlib, où les gens les achètent pour faire des confitures». Faute de pouvoir passer la frontière pour la Turquie ou ailleurs, c'est aussi sur les marchés du gouvernorat d'Idlib qu'il les vendra aux parfumeurs. «C'est seulement à cette étape de leur croissance qu'on peut en extraire le parfum.»

Au printemps, il faudra «vendre les roses vertes sur le marché d'Idlib, où les gens les achètent pour faire des confitures». | Abd Almajeed Alkarh

Digestion et éclat de la peau

À l'été, lorsque les roses restantes auront éclos, elles seront utilisées à des fins d'agréments ou bien séchées sur les toits des maisons. Dans ces cas-là, Muhammed el-Dimashq les rassemble dans de grands sacs qu'il vend à des particuliers ou à des pharmaciens comme El-Attar Muhammad el-Mahloul, qui exerce dans une échoppe à Idlib.

Quand on rend visite à ce dernier, il lit un livre à sa table. Sur les étagères aux murs, derrière lui, s'amoncellent des bocaux remplis de fleurs, du thé d'hibiscus, de la mélisse officinale et toutes sortes d'autres plantes médicinales.

On peut se servir de la rose de Damas pour cun effet apaisant» ou s'en «servir comme une sorte d'aphrodisiaque». | Abd Almajeed Alkarh

«La rose de Damas sert dans beaucoup de cas, indique le pharmacien derrière ses lunettes. Elle permet de stimuler le processus de digestion, elle aide à combattre des cas d'infection gastro-intestinale mineure et de soulager les douleurs menstruelles, elle augmente l'immunité et l'éclat de la peau», ce qui en fait une fleur particulièrement recherchée, détaille El-Attar Muhammad el-Mahloul.

Si les entreprises cosmétiques occidentales l'utilisent par ailleurs fréquemment comme antiride, c'est que «l'huile de rose est très utile pour revitaliser la peau et permettre une meilleure cicatrisation, affirme-t-il. On s'en sert aussi comme antidépresseur léger, son parfum peut aussi bien avoir un effet apaisant que servir comme une sorte d'aphrodisiaque.»

Jusqu'à 150 kilos de roses par jour

Sur son terrain, Muhammed el-Dimashqi n'emploie que quatre employés, en fonction des périodes où il a besoin d'aide pour arroser ou cueillir les plantes. «Nous avons un bon rendement ici», constate-t-il, presque surpris. Dans le pays, la plante ne pousse que dans trois endroits précis: autour de Damas (d'où son nom en français), de Hama, au centre de la Syrie, et d'Idlib, la plus au nord.

Avec l'hiver arrive l'heure de replanter les rosiers, dont Muhammed el-Dimashq exploite les boutons et les fleurs tout au long de l'année. | Abd Almajeed Alkarh

«En période de récolte, nous récupérons jusqu'à 150 kilos de roses par jour.» Chaque kilo de plante sera vendu 2 dollars (1,90 euros) au printemps, 5 ou 6 dollars en été. «Je travaille sur un projet d'expansion, confie l'agriculteur. Mon but est que mon exploitation soit suffisamment grande pour me permettre de planter un demi-hectare de roses.»

Un tournage de film a-t-il déjà été directement responsable de la mort de nombreuses personnes?

Un tournage de film a-t-il déjà été directement responsable de la mort de nombreuses personnes?

L'équipe de l'un des pires navets de l'histoire du cinéma se trouvait au mauvais endroit, au mauvais moment, et les conséquences ont été tragiques.

À Washington, les anti-IVG préparent «l'après-Roe»

À Washington, les anti-IVG préparent «l'après-Roe»

À l'occasion de l'annuelle «Marche pour la vie», les mouvements anti-avortement ont appelé le Congrès à voter des lois «pro-life».

George Santos, le plus grand mythomane de l'histoire politique américaine?

George Santos, le plus grand mythomane de l'histoire politique américaine?

Le parcours hors normes du New-Yorkais avait tout d'une success-story. C'était trop beau pour être vrai: il a menti sur (presque) chaque détail de sa vie, privée comme professionnelle.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio