Monde / Culture

Le naturisme en Allemagne doit beaucoup aux nazis

Temps de lecture : 4 min

D'abord considérée d'un mauvais œil car assimilée aux associations marxistes, la nudité devient pour Hitler un moyen de promouvoir la virilité et la supériorité physique de la race aryenne.

Une baignade allemande dans la tradition, 1952. | Roger et Renate Rössing via Wikimedia Commons
Une baignade allemande dans la tradition, 1952. | Roger et Renate Rössing via Wikimedia Commons

Que l'on longe la rivière Isar arrosant le cœur de Munich, que l'on fréquente le parc Tiergarten de Berlin, que l'on s'aventure dans certains sentiers pédestres des Alpes bavaroises ou dans l'un des 3.000 saunas –mixtes– d'outre-Rhin, on s'assurera au moins d'une chose: apercevoir un Allemand en tenue d'Adam.

Le touriste non renseigné pourrait s'en offusquer. Couvrir immédiatement ses yeux d'une main chaste. Au mieux, il jugera la culture locale rafraîchissante; au pire, dépravée. Mais ce qu'il ignore, tandis qu'il revient sur ses pas en tentant d'oublier l'emplacement de certaines rides, c'est que cette éthique du corps libre n'est pas une fantaisie. Bien au contraire: c'est le produit d'une longue histoire qui combine contestation juvénile, vieux folklore païen et Troisième Reich.

Nu comme un vert

Vers le milieu du XIXe siècle, l'Empire allemand est travaillé par un mouvement de contestation sociale issu des franges jeunes de la population. Les militants de la Lebensreform entendent libérer la population des contraintes de l'industrialisation, de l'urbanisme et du conformisme matériel en misant sur un retour providentiel à la nature.

À l'époque, les masses laborieuses se tassent dans des immeubles bas de plafond rongés par la misère sociale, la scrofule et la tuberculose. Pour évacuer les tourments d'un monde qui se replie sur lui-même, on se tourne vers les diètes végétariennes, le yoga, les exercices de relaxation, les médecines alternatives, le bouddhisme, le jardinage, l'agriculture biologique et les balades en forêt.

Sans oublier les bains de soleil à poil.

Descendante directe de cette (r)évolution des mœurs, la Freikörperkultur («culture du corps libre») ou FKK émerge à Essen en 1898. Son objectif: cultiver la nudité à l'air libre. D'abord prégnant en banlieue de Berlin, sur les rives de la Baltique et autour de la mer du Nord, le phénomène galvanise bientôt tout le pays et arrache des sous-vêtements plus vite qu'un concert d'Elvis Presley.

Cette éthique naturiste[1] est partagée par plusieurs couches sociales, des ouvriers communistes à la petite bourgeoisie. Tous entendent mieux vivre en s'affranchissant des diktats esthétiques: le mouvement est d'ailleurs secondé par la contre-culture romantique, qui voit dans la nudité l'achèvement d'un idéal antique.

Pionnier de la FKK, Richard Ungewitter est l'un de ces réformateurs. Vegan avant l'heure, pas frileux pour un sou, il rédige nu à son bureau l'ouvrage Die Nacktheit («La nudité») qui rencontre un certain succès dans l'entre-deux-guerres. Dans les années 1930, ses théories se mâtinent de rhétorique haineuse: Ungewitter se fait chantre de «l'hygiène raciale» et condamne ouvertement les populations étrangères coupables, à ses yeux, «d'empoisonner» l'Allemagne.

Le Reich se déshabille

À l'époque, l'idéologie nazie voit d'un mauvais œil le mouvement FKK, qui rassemble en Allemagne entre 50.000 et 80.000 pratiquants. Assimilé aux associations marxistes, il est accusé d'abriter un grand nombre de dissidents homosexuels, persécutés par les nazis dès 1933. «L'un des plus grands obstacles à la culture et la moralité allemandes est le mouvement nudiste, grince Hermann Göring. Le naturisme tue la pudeur naturelle des femmes, et enlève aux hommes leur respect envers elles.»

En juin 1933, à peine un mois plus tard, le Troisième Reich rétropédale. Pourquoi? Parce que de nombreux dignitaires nazis participent au mouvement FKK qui, s'il est inscrit à gauche, a ses sympathisants dans les couloirs d'extrême droite. Par ailleurs, en surveillant les réseaux naturistes, on peut facilement identifier l'ennemi à abattre: celui qui porte les stigmates d'une circoncision

Afin d'échapper aux purges, les associations naturistes se conforment aux exigences raciales du parti, excluant les membres non aryens et les agitateurs politiques soupçonnés. Début 1934, Hitler donne sa bénédiction aux allergiques du textile, recyclant l'idéologie naturiste au service de ses propres intérêts: selon lui, les remèdes naturalistes à base d'air, de soleil et de nudité permettront de rendre aux Allemands leur «pureté» originelle, socle de l'État pangermanique qu'il compte bâtir. La propagande nazie tisse également des liens avec les traditions des ancêtres germains, chevaliers teutoniques et Vikings en tête, qui dans leur religion païenne vénéraient les arbres, les sources, le vent et l'eau.

« Le naturisme tue la pudeur naturelle des femmes, et enlève aux hommes leur respect envers elles.»
Hermann Göring

Ainsi, la nudité devient instrument de propagande –un moyen de promouvoir la virilité et la supériorité physique de la race aryenne, clichés de biceps huilés à l'appui. Hans Surén, officier SS de la première heure et chantre du «naturisme national», avait déjà publié en 1924 Mensch und Sonne («Les Hommes et le soleil»), best-seller de photographies homoérotiques qui s'écoule à un quart de million d'exemplaires outre-Rhin. Le plus surprenant: Surén n'est pas taxé de «déviance» et permet au mouvement naturiste de jouir d'une assez bonne réputation… même s'il finit par être exclu du parti pour s'être masturbé en public en 1942.

La même année, Himmler publie une ordonnance autorisant les baignades nues, même mixtes. Sur ce socle législatif s'implantera la future réglementation du naturisme en RFA, relativement souple et embrassée par une génération fraîche de FKKler. Ce sera également le cas à l'Est, où les escapades naturistes sur les rives de la Baltique auront le mérite de distraire leurs pratiquants de la diplomatie soviétique…

Les milliers de naturistes allemands qui fréquentent aujourd'hui les parcs, plages, clubs, saunas et emplacements estampillés «FKK» doivent donc beaucoup à la relative tolérance du Troisième Reich jadis.

1 — Il faut bien distinguer nudisme et naturisme: pour schématiser, le premier désigne le fait de bronzer nu, le second une éthique de vie consistant à vivre en adéquation avec la nature. Retourner à l'article

Newsletters

Un tournage de film a-t-il déjà été directement responsable de la mort de nombreuses personnes?

Un tournage de film a-t-il déjà été directement responsable de la mort de nombreuses personnes?

L'équipe de l'un des pires navets de l'histoire du cinéma se trouvait au mauvais endroit, au mauvais moment, et les conséquences ont été tragiques.

À Washington, les anti-IVG préparent «l'après-Roe»

À Washington, les anti-IVG préparent «l'après-Roe»

À l'occasion de l'annuelle «Marche pour la vie», les mouvements anti-avortement ont appelé le Congrès à voter des lois «pro-life».

George Santos, le plus grand mythomane de l'histoire politique américaine?

George Santos, le plus grand mythomane de l'histoire politique américaine?

Le parcours hors normes du New-Yorkais avait tout d'une success-story. C'était trop beau pour être vrai: il a menti sur (presque) chaque détail de sa vie, privée comme professionnelle.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio