Culture

Bruce Lee est mort d'avoir bu trop d'eau, selon des médecins

Temps de lecture : 2 min

«Be water, my friend.»

Sa consommation régulière de marijuana a représenté un facteur hautement susceptible d'accroître sa soif. | Fervent Jan via Unsplash
Sa consommation régulière de marijuana a représenté un facteur hautement susceptible d'accroître sa soif. | Fervent Jan via Unsplash

Le 20 juillet 1973, le monde pleurait la disparition de la légende du kung-fu. De l'assassinat par des gangsters chinois à l'empoisonnement par un amant jaloux, toutes sortes de rumeurs ont circulé sur la cause de son décès. Mais les conclusions des médecins sont bien éloignées de ces spéculations. Pour eux, cela ne fait aucun doute: un œdème cérébral dû à une surconsommation d'eau a mené l'acteur à sa perte.

Le proverbe «Be water, my friend», rendu célèbre par Bruce Lee, semblerait finalement l'avoir tué, ironise le New York Post. Au lendemain de sa mort, les médecins pensaient que l'œdème était dû à la prise d'un analgésique, mais près de cinquante ans plus tard, les recherches ont avancé. Il paraîtrait en réalité que l'icône de Enter the Dragon soit décédée d'hyponatrémie –une faible concentration de sodium dans le sang–, qui peut être causée par une présence excessive d'eau ou de liquide dans le corps.

«Nous émettons l'hypothèse que Bruce Lee est mort d'une forme spécifique de dysfonctionnement rénal. L'acteur a dû être dans l'incapacité d'excréter suffisamment d'eau par son urine pour maintenir l'homéostasie –la régulation– du liquide. Dans ces conditions, cela peut conduire à une hyponatrémie», explique l'équipe de recherche dans le Clinical Kidney Journal.

Une mort prévisible

Le mode de vie de celui qui était renommé «le petit dragon» permet d'expliquer son décès. Son épouse Linda avait d'ailleurs mentionné qu'il avait adopté un régime à base de liquide, essentiellement composé de jus de carotte et de pomme, et d'une quantité astronomique d'eau.

En outre, sa consommation régulière de marijuana a représenté un facteur hautement susceptible d'accroître sa soif. Matthew Poly, auteur du livre Bruce Lee: A life, a notamment évoqué des prises d'eau répétées le soir de sa mort. Le fait que l'écrivain ait précisé que l'acteur s'est désaltéré ce jour-là, geste normalement banal, témoigne de sa consommation anormale.

Ses antécédents médicaux laissaient également présager une mort prochaine, puisque la capacité des reins de Bruce Lee à évacuer l'eau était particulièrement affaiblie. De nombreux facteurs expliquent ce dysfonctionnement. Parmi eux: la prise de médicaments sur ordonnance, l'alcool, les diurétiques et les opioïdes. Le maître des arts martiaux avait aussi été fragilisé par un épisode d'œdème cérébral deux mois avant son décès, ainsi que par des lésions rénales. Ses organes n'étaient donc probablement pas en mesure de gérer des quantités, même normales, de liquide. Son destin semblait alors inévitable.

Newsletters

«Nos frangins» d'hier et d'aujourd'hui, une grande famille

«Nos frangins» d'hier et d'aujourd'hui, une grande famille

Associant archives et reconstitution, Rachid Bouchareb raconte l'histoire de deux jeunes Arabes tués par des policiers il y a trente-cinq ans, avec le présent en ligne de mire.

Livre audio: un format pour apprendre, se divertir ou déconnecter au quotidien

Livre audio: un format pour apprendre, se divertir ou déconnecter au quotidien

Envie de vous mettre au format audio? Découvrez le catalogue exceptionnel et éclectique d’ouvrages sonores de l’application Audible.

«Mourir à Ibiza», inattendu conte d'étés

«Mourir à Ibiza», inattendu conte d'étés

Ce premier film de trois jeunes réalisateurs emprunte des chemins qui paraissaient prévisibles, et mène dans des directions aussi inattendues que réjouissantes.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio