Sports / Monde

Coupe du monde de Doha: les agents de sécurité payés entre 38 centimes et 1 euro de l'heure

Temps de lecture : 2 min

Travailleurs migrants sous-payés et maltraités, ils veilleront à ce que tout se passe bien pour les supporters venus assister aux matchs de foot.

Un agent de sécurité est assis à côté d'un grand poster de La'eeb, la mascotte de Qatar 2022, devant le stade international Khalifa à Doha, le 18 novembre 2022, avant la Coupe du monde de football Qatar 2022. | Miguel Medina / AFP
Un agent de sécurité est assis à côté d'un grand poster de La'eeb, la mascotte de Qatar 2022, devant le stade international Khalifa à Doha, le 18 novembre 2022, avant la Coupe du monde de football Qatar 2022. | Miguel Medina / AFP

Ils travaillent douze heures par jour, n'ont généralement qu'une seule journée de congé par mois, et touchent en moyenne 1.330 rials (353 euros) pour leurs 348 heures de service de mensuelles. Les agents de sécurité déployés dans le parc Al Bidda comptent parmi les forçats de la Coupe du monde masculine de football de Doha, au Qatar, qui doit s'ouvrir ce dimanche 20 novembre 2022.

Travailleurs migrants, logés dans des camps insalubres et surpeuplés en bordure du désert, partageant des lits superposés dans des chambres étroites avec leurs collègues, ces agents de sécurité sous-payés font chaque jour la navette entre leur dortoir et le parc qui jouxte le Fifa Fan Festival, où se retrouveront bientôt les supporters de foot venus assister à la Coupe. «Vous pouvez me montrer n'importe quel endroit au Qatar, je ne saurai pas où c'est», a assuré au Guardian l'un de ces agents, qui travaille sur place depuis longtemps.

87 heures par semaine

Les gardiens interrogés par le Guardian ne sont pas sous contrat avec la FIFA, mais travaillent pour Al Nasr Star Security, et côtoient d'autres agents employés par différentes sociétés de sécurité. Sur les 348 heures de travail qu'ils doivent effectuer chaque mois (ce qui correspond à des semaines de 87 heures), 104 heures sont des heures supplémentaires, payées 150 rials (39,83 euros), ce qui correspond à un taux horaire de 38 centimes d'euros. En plus de cela, ils perçoivent une petite allocation alimentaire.

De tels volumes horaires, tout comme le paiement de ces heures supplémentaires, est en infraction avec le droit du travail du Qatar. Un rapport d'Amnesty International publié en mars 2022 soulignait déjà que l'exploitation dans le secteur de la sécurité privée était monnaie courante au Qatar. «C'est illégal, mais le gouvernement se tait, alors que pouvons-nous faire?», affirme l'un des agents employés par Al Nasr Star Security.

Bien que les réformes du travail qataries introduites en 2020 autorisent en théorie le transfert des gardiens du parc Al Bidda vers des emplois mieux rémunérés, l'accord de leur employeur reste nécessaire, et bloque de facto toute tentative de changer de travail.

Les agents de sécurité interviewés par le Guardian affirment tous par ailleurs avoir été contraints de payer des frais de recrutement illégaux à des agents de recrutement dans leur pays d'origine, d'un montant allant de 1350 à 1900 euros: certains ont ainsi dû travailler jusqu'à cinq mois pour rembourser ces seuls frais.

Alors que la Coupe du monde du Qatar fait l'objet de nombreuses critiques internationales concernant notamment les conditions de vie des travailleurs migrants et des ouvriers morts sur les chantiers, la criminalisation de l'homosexualité en vigueur dans le pays hôte et le désastreux bilan écologique de l'événement, le secrétaire général de la FIFA, Gianni Infantino, a estimé que les équipes impliquées dans la Coupe devaient «se concentrer sur le football».

Newsletters

Boycotter la Coupe du monde quand on est fan de foot: «Dès le début, il y avait des chances que je craque»

Boycotter la Coupe du monde quand on est fan de foot: «Dès le début, il y avait des chances que je craque»

Si les sondages avant le lancement du Mondial au Qatar annonçaient un boycott massif, les audiences de la compétition reine du football demeurent correctes. Cela s'explique notamment par le fait que tout le monde n'a pas réussi à tenir son engagement.

Footix

Footix

En images, les gestes de protestation lors de la Coupe du monde au Qatar

En images, les gestes de protestation lors de la Coupe du monde au Qatar

La Coupe du monde de football au Qatar déchaîne les polémiques depuis son attribution. Parmi elles, celle liée aux droits humains, bafoués au sein de l'émirat, et en particulier à l'homosexualité, illégale dans le pays. Mais au sein des stades ...

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio