Culture

La déflagration «Saint Omer», plaidoyer pour un abîme

Temps de lecture : 6 min

À travers le regard d'une jeune écrivaine, le film d'Alice Diop reconstitue le procès d'une mère qui a tué son bébé, entrebâillant avec rigueur et émotion l'accès à de multiples mystères qui hantent les rapports à la féminité, à la maternité, à l'héritage colonial.

Laurence Coly (Guslagie Malanda), accusée, coupable, condamnée, mais encore bien davantage, que le vocabulaire juridique échoue à nommer et à comprendre. | Les Films du Losange
Laurence Coly (Guslagie Malanda), accusée, coupable, condamnée, mais encore bien davantage, que le vocabulaire juridique échoue à nommer et à comprendre. | Les Films du Losange

Elle entre. Et tout est changé. L'espace, le temps, l'usage de la parole. Le lieu est pourtant le plus codifié qui soit, le plus propre à cadrer la singularité des individus, et leur pouvoir de perturbation: une salle de tribunal.

Menottée d'abord, Laurence Coly est d'emblée porteuse de cette puissance de déplacement. Elle parle, d'elle et de ce qu'elle a fait: tuer sa fille de 15 mois en l'abandonnant sur une plage la nuit.

Les mots, précis, tranchants, concernent moins le moment du crime que ce qui s'est produit avant, ou ailleurs. Ces mots déposent comme sur une table des éléments disjoints d'explication de l'inexplicable.

Elle parle de perte de contrôle et d'organisation bien réglée, de puissances occultes et des rapports avec ses parents, du père de l'enfant et du pays où elle s'est installée, elle la jeune Sénégalaise brillante promise à des études qu'elle n'a jamais faites. Ce qu'elle dit est tissé de dissimulation, d'honnêteté et d'incompréhension. Ce qu'elle ne dit pas est vertige.

Un point hors-champ

Elle est en scène, sous les regards de la juge, du procureur, du public. La seule qui ne la regarde pas –la disposition des lieux fait qu'elle lui tourne le dos– est celle qui a passé le plus de temps avec elle depuis son arrestation: son avocate. Beaucoup plus tard, celle-ci redira dans ses mots à elle, ceux d'un plaidoyer, une manière d'avoir affaire à ce qui s'est joué. Et ce sera foudroyant.

Dans le public se trouve la jeune écrivaine, Rama. Elle est venue de Paris, où elle enseigne la littérature, à Saint-Omer, assister au procès de Laurence. Elle n'a rien dit à son compagnon, père de l'enfant dont elle est enceinte.

D'origine sénégalaise, mais née en France, elle a éprouvé une proximité avec cette accusée au parcours pourtant à bien des égards différent. Dans cette ville pauvre du Nord, cette jeune Parisienne noire n'est, elle non plus, pas à la place où l'attendraient ceux qui la regardent.

Au tribunal, Rama regarde Laurence. Mais que regarde Laurence? Droite et ferme comme une funambule sur un fil invisible, elle fixe un point hors-champ, qui est comme l'épicentre de ce film-séisme.

Il n'y a pas de nom pour ce qu'elle a fait, pour les raisons et déraisons qui le lui ont fait faire, pour ce qu'elle a vécu. Elle est assurément coupable au regard de la loi, elle ne le nie pas, mais de tout ce qui a fait ce qui est advenu, qu'est-ce que cela dit?

Rama, elle, essaie de comprendre –à la fois les arrière-plans du parcours de Laurence, et ses propres motivations. Elle sait que ce sera partiel, et que les éléments ne raccorderont pas entre eux. Séisme émotionnel et politique, Saint Omer est aussi ce film-archipel, qui affirme fièrement son refus de tout bouclage. Les zones d'ombre, les clairs-obscurs, les éléments contradictoires y sont inévitables et nécessaires.

Rama (Kayije Kagame) et la mère de Laurence (Salimata Kamate) dans les rues de Saint-Omer entre deux audiences. | Les Films du Losange

Oui, il y a bien les enjeux de l'héritage colonial, ceux de la maternité, de la sororité, de la transmission, la question de l'emprise. Il y a les règles du jeu judiciaire et médiatique, le racisme, les inégalités matérielles et culturelles. Il y a, d'une manière ou d'une autre, la place du surnaturel, et assurément le pouvoir des mots. Et davantage encore.

L'espace d'un monde commun

Plus le film avance, plus l'accusée répond au procureur et à la juge, plus l'écrivaine qui l'écoute et la regarde est travaillée par ce qui dissemble et ce qui ressemble entre sa propre situation et celle de la femme dans le prétoire, plus le film se charge de mystères.

Mystères au pluriel, activés par le passé et le présent, les paroles et les regards, les angoisses qu'on peut dire, celle qu'on affuble de noms et celles que nul ne peut formuler.

Ce sont des réseaux de forces qui innervent le film, sans forcément se relier. Ce sont des questions, brûlantes ou glaciales, vibrantes ou plombantes, qui font partie de ce monde –notre monde commun.

Ce monde qu'habitent, aussi, toutes ces personnes très différentes qui figurent à la fin du film, et qui ont assisté à ce déploiement d'affects et de pulsions qui ont si puissamment affecté Rama, au point de finir par la terroriser.

Son personnage est un écho, fictif et stylisé, de la place tenue par la réalisatrice. Pas plus qu'on ne connaîtra le verdict du procès, on ne saura si Rama écrira son livre. Mais on sait sans l'ombre d'un doute qu'à ce que l'affaire criminelle a pu lui inspirer, Alice Diop a, elle, trouvé une manière de répondre: le cinéma.

Saint Omer part d'une situation précise, un fait divers réel qui a donné lieu à un procès (l'affaire Fabienne Kabou, jugée en 2016). Il est mis en film par une cinéaste qui a des raisons personnelles de se sentir concernée par cet événement, comme le savent tous ceux qui ont vu ses précédents films, jusqu'au récent documentaire Nous, qui fut un des événements du début de cette année.

La présidente du tribunal (Valérie Dréville) et l'avocate (Aurélia Petit). | Les Films du Losange

Et c'est très exactement de là, depuis cet espace dessiné par la véritable affaire, le parcours personnel de la réalisatrice, et les possibilités de la mise en scène de cinéma que s'élabore l'énergie singulière, et perceptible par quiconque, du premier film de fiction d'Alice Diop.

Ces possibilités de la mise en scène, ce sont par exemple le cadrage et les puissances du hors-champ comme celles d'instants de frontalité affirmée. Ce sont le montage et l'agencement des ellipses et des mises en parallèle, la ressource d'archives vidéo et l'articulation des intérieurs (le tribunal, la chambre d'hôtel, l'appartement de Rama et celui de sa famille) et extérieur. C'est la composition des couleurs et des lumières en intelligence avec ce que demande de singulier le fait de filmer des visages de femmes noires.

Quatre et quatre femmes

Et c'est, dans ce cas tout particulièrement, l'intensité et la subtilité de l'interprétation des quatre actrices qui portent toute l'émotion, la complexité et les mystères du film.

Incantatoire et tranchante, frémissante par moment de désarroi et par moment d'arrogance, et habitée d'une aura qui évoque des masques de cérémonies magiques, la Laurence de Guslagie Malanda est à elle seule un prodige qui polarise des forces qu'on croirait incompatibles.

Et paradoxalement, que les trois autres interprètes aient surtout joué au théâtre contribue, dans un lieu aussi théâtralisé qu'une salle de tribunal, à rendre absolument cinématographiques les incarnations de Kayije Kagame (Rama), Aurélia Petit (l'avocate) et Valérie Dréville (la juge).

Comme si, devant quelqu'un d'aussi intimement cinéaste qu'Alice Diop, leur expérience de la scène les aidait à occuper l'espace, à employer leur voix, à trouver les expressions du visage et du corps les mieux adaptées au grand écran.

Par un secret effet-miroir, ces quatre femmes à l'image naissent aussi du travail de quatre autres femmes coalisées pour déployer toute la puissance d'évocation des actrices: la réalisatrice évidemment, la coscénariste et monteuse Amrita David, la coscénariste Marie NDiaye, la cheffe opératrice Claire Mathon.

Qui lira attentivement le générique verra encore bien d'autres présences féminines ayant contribué à la naissance du film. Il est impossible d'attribuer mécaniquement l'effet de telle ou telle sur le résultat final, il n'en est pas moins très sensible qu'existent de multiples liens entre ces présences et le film tel qu'il est.

Saint Omer est de manière si incontestable un film important, du même élan grande émotion de spectateur durant la projection et proposition artistique et politique d'une remarquable ampleur, aux longs échos bien après l'avoir vu, qu'il risque désormais de disparaître derrière trop d'éloges.

Multiprimé, invité dans le monde entier, désigné pour représenter la France aux Oscars, ce premier long-métrage de fiction mérite sans doute les honneurs qu'il suscite. Mais il importe plus encore de l'accueillir le plus simplement, le plus ouvertement possible. Ce qu'il a à offrir, et qui est immense, n'en sera que mieux apprécié.

Les critiques cinéma de Jean-Michel Frodon sont à retrouver dans l'émission «Affinités culturelles» de Tewfik Hakem, le dimanche de 15h à 16h sur France Culture.

Saint Omer

d'Alice Diop

avec Guslagie Malanda, Kayije Kagame, Aurélia Petit, Valérie Dréville, Robert Cantarella, Didier de Pourquery, Xavier Maly

Séances

Durée: 2h02

Sortie le 23 novembre 2022

Newsletters

«Nos frangins» d'hier et d'aujourd'hui, une grande famille

«Nos frangins» d'hier et d'aujourd'hui, une grande famille

Associant archives et reconstitution, Rachid Bouchareb raconte l'histoire de deux jeunes Arabes tués par des policiers il y a trente-cinq ans, avec le présent en ligne de mire.

Livre audio: un format pour apprendre, se divertir ou déconnecter au quotidien

Livre audio: un format pour apprendre, se divertir ou déconnecter au quotidien

Envie de vous mettre au format audio? Découvrez le catalogue exceptionnel et éclectique d’ouvrages sonores de l’application Audible.

«Mourir à Ibiza», inattendu conte d'étés

«Mourir à Ibiza», inattendu conte d'étés

Ce premier film de trois jeunes réalisateurs emprunte des chemins qui paraissaient prévisibles, et mène dans des directions aussi inattendues que réjouissantes.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio