Culture

«La Fausse Monnaie de nos rêves»: quand David Graeber cherche à théoriser la «valeur»

Temps de lecture : 4 min

Dans ce très riche ouvrage datant de 2001 et tout juste traduit par les éditions Les Liens qui libèrent, l'anthropologue américain s'interroge sur «ce qui compte», envisageant de nombreuses problématiques liées à la politique.

David Graeber se penche sur plusieurs études de cas ethnographiques, notamment sur le wampum, des perles échangées dans le nord-est américain. | Amédée Joullin / Domaine public via Wikimedia Commons
David Graeber se penche sur plusieurs études de cas ethnographiques, notamment sur le wampum, des perles échangées dans le nord-est américain. | Amédée Joullin / Domaine public via Wikimedia Commons

Les éditions Les Liens qui libèrent poursuivent leur entreprise de traduction de l'œuvre de l'anthropologue américain David Graeber (1961-2020). Après la publication successive et rapprochée de ses derniers livres (Dette, Bureaucratie, Bullshit Jobs, Au commencement était..., co-écrit avec David Wengrow), est paru le 2 novembre dernier La Fausse Monnaie de nos rêves–Vers une théorie anthropologique de la valeur, publié en langue originale en 2001 –contexte qu'il convient de garder à l'esprit pour pleinement appréhender certaines idées de l'ouvrage.

La théorie de la valeur est un débat récurrent chez les anthropologues. Comment définir ce qui compte dans les différentes sociétés et cultures? Tel est le questionnement initial de David Graeber, qui reconnaît d'emblée que la matière du livre a fini par dépasser cet objectif de départ et l'a conduit à aborder de nombreuses problématiques anthropologiques, ainsi qu'à envisager leurs liens avec la politique.

En parallèle, il évoque le récit répandu d'un repli de la gauche américaine sur les campus universitaires, préoccupée à élaborer des «métathéories», pendant que le monde devenait de plus en plus conservateur et que triomphait le néolibéralisme.

La capacité collective
d'imaginer des alternatives

Il relie d'ailleurs postmodernisme et discours sur la mondialisation, caractérisés, selon lui, par plusieurs traits communs: fatalisme, abandon des projets politiques visant à changer le monde et mise en avant de l'individualisme, qu'il soit créatif ou consumériste. Tout en opposant la fragmentation brandie par le premier au totalitarisme de la valeur et du marché du second, David Graeber estime que ces similitudes expliquent la faiblesse, voire l'absence, de critique du marché par le courant postmoderniste.

A contrario, l'anthropologue revendique notre capacité collective à imaginer des alternatives au monde actuel. Si son livre n'a pas l'ambition d'apporter toutes les réponses sur le sujet, «force [lui] est de constater que réfléchir à une théorie de la valeur ne semble pas constituer un mauvais point de départ pour qui est en quête d'alternatives à ce que l'on pourrait nommer la philosophie du néolibéralisme». Il souligne notamment l'utilité de l'ethnographie comparée pour observer et concevoir d'autres façons de faire et de vivre.

La fin des approches statiques

Pour David Graeber, il n'existe pas de réelle théorie systématique de la valeur. Trois grandes conceptions ont historiquement été avancées par différentes disciplines ayant inspiré l'anthropologie: au sens sociologique (le bien, le juste, le souhaitable), au sens économique (comme mesure du désir et de l'effort consenti pour obtenir quelque chose, autrement dit l'«individu maximisateur») et au sens linguistique (une différence relative à un ensemble donné).

Ces trois aspects ne seraient, selon David Graeber, jamais suffisamment traités ensemble. L'explication des économistes est trop souvent simpliste. Quant à celle des linguistes, elle a donné naissance au structuralisme où «l'analyse y avait toujours pour but de découvrir le code caché, ou le système symbolique, qui (à la manière d'une langue) reliait ensemble le tout». Cette dernière approche a pour défaut de ne pas expliquer l'évaluation (pourquoi quelque chose est-il considéré comme meilleur?) et de rendre difficilement compte de l'action et du changement.

Les théories contemporaines de la valeur sont encore, selon l'anthropologue, travaillées par ces apories. Ainsi, les analyses marxistes en matière de «mode de production» ne sont pas adaptées aux sociétés sans États. Celles du sociologue Pierre Bourdieu finissent par reprendre les arguments des économistes afin d'expliquer les comportements sociaux, renvoyant tout à une affaire de calculs. Plus largement, ces approches restent «statiques».

La valeur et le don

«Que se passerait-il si l'on essayait d'élaborer une théorie de la valeur reposant sur l'hypothèse que, en ultime ressort, ce sont des actions et non des choses que l'on cherche à évaluer?», se demande alors David Graeber. Pour cela, il réhabilite la pensée d'Héraclite, pour qui tout est changeant et dynamique, par opposition à celle de Parménide, qui conçoit les objets comme hors du temps.

Si cette dernière a triomphé, David Graeber invite au contraire à appréhender «les objets comme des processus». Se réclamant de Karl Marx, l'anthropologue rappelle que l'imagination est source de création. L'alternative (politique) est donc possible. Suivant d'autres anthropologues comme Terence («Terry») Turner, il estime que le principal enjeu relatif à la valeur n'est pas tant son partage que sa définition même, autrement dit celle du sens de la vie.

David Graeber poursuit sur les thématiques de l'échange et de la créativité sociale. Il se penche ainsi sur l'usage de certains objets ornementaux comme monnaie, puis sur plusieurs études de cas ethnographiques, notamment sur le wampum, des perles échangées dans le nord-est américain, et plus largement sur des économies du don.

Enfin, il offre une relecture de l'œuvre de Marcel Mauss, militant socialiste en plus d'être le grand anthropologue que l'on connaît, afin de dégager les potentialités révolutionnaires de son œuvre, là encore à propos du don. En conclusion, David Graeber définit «la valeur [comme] la modalité par laquelle les actions prennent sens aux yeux des acteurs en les situant dans un ensemble social plus vaste, réel ou imaginaire».

Le propos de David Graeber est à la fois très vaste et riche, celui-ci pensant par détours (ou digressions) et accumulant les exemples et analyses, qu'il est parfois difficile de rattacher au fil argumentatif principal. Comme à son habitude, le style est familier, au bon sens du terme. Fondamentalement, David Graeber pose la question du changement social, de son explication comme de sa possibilité. La Fausse Monnaie de nos rêves fait clairement écho aux réflexions qui émaillent ce qui restera son dernier livre (Au commencement était…) sur l'éventail des possibilités d'organisations sociales et sur le rôle de l'imagination dans ce domaine.

Retrouvez plus d'articles sur le quotidien des livres et des idées sur le site de notre partenaire Nonfiction.

La Fausse Monnaie de nos rêves–Vers une théorie anthropologique de la valeur

David Graeber

Les Liens qui libèrent

464 pages

25 euros

Sortie le 2 novembre 2022

Newsletters

Qui a tué Al Jackson Jr., l'un des plus grands batteurs de la soul music?

Qui a tué Al Jackson Jr., l'un des plus grands batteurs de la soul music?

Personne ne sait ce qui s'est réellement passé le 30 septembre 1975 au 3885 Central Avenue à Memphis. Abattu de cinq balles dans le dos, le musicien laisse derrière lui un mystère et un héritage majeur dans la musique noire-américaine.

«Cow» donne à voir la vie quotidienne d'une vache laitière, pour le meilleur et pour le pis

«Cow» donne à voir la vie quotidienne d'une vache laitière, pour le meilleur et pour le pis

Ce documentaire radical et énigmatique, en salle le 30 novembre, suit l'existence d'une vache laitière dans une ferme britannique.

L'explosion du tourisme à Athènes menace les sites antiques

L'explosion du tourisme à Athènes menace les sites antiques

Cette année, le nombre de visiteurs devrait atteindre 30 millions. Face à cet afflux de touristes, les autorités s'efforcent de trouver un équilibre entre les gains économiques et la conservation des sites patrimoniaux.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio