Santé / Société

Les cuisinières à gaz représentent un réel danger pour la santé

Temps de lecture : 2 min

En plus d'aggraver les maladies respiratoires, elles peuvent favoriser le développement de l'asthme.

Aux États-Unis, la quantité de particules rejetées par les 40 millions de gazinières équivaut environ au dioxyde de carbone émis par un demi-million de voitures à essence. | KWON JUNHO via Unsplash
Aux États-Unis, la quantité de particules rejetées par les 40 millions de gazinières équivaut environ au dioxyde de carbone émis par un demi-million de voitures à essence. | KWON JUNHO via Unsplash

Ces dernières années, les écologistes n'ont cessé de mettre en garde contre les effets néfastes des cuisinières à gaz sur l'environnement. Alors qu'il devenait de plus en plus évident que les émanations nocives dans nos cuisines aggravaient également les maladies pulmonaires, des études relayées par Scientific American viennent renforcer les inquiétudes.

Deux catégories d'émissions préoccupent particulièrement les scientifiques: le gaz naturel non brûlé qui s'échappe avant même que la flamme ne soit allumée, composé à plus de 90% de méthane, et les polluants, généralement les oxydes d'azote, créés par la combustion.

Dans une étude menée par la Harvard T.H. Chan School of Public Health, l'équipe de recherche a prélevé 234 échantillons d'émanations naturelles de 69 résidences de la région métropolitaine de Boston. Le but était d'examiner les composants complémentaires au méthane des gaz non brûlés des cuisinières. Les analyses sont alarmantes pour la santé, puisqu'elles révèlent la présence de vingt-et-un produits chimiques considérés comme dangereux par l'Agence de protection de l'environnement (EPA), tels le benzène et d'autres composés organiques volatils (COV).

Les scientifiques s'inquiètent d'autant plus que de nombreuses personnes télétravaillent et sont continuellement en proie à l'inhalation de ces particules. «Nous avons environ 20.000 respirations par jour. En outre, à mesure que nous améliorons l'étanchéité des maisons, le renouvellement de l'air est réduit et la pollution intérieure n'est que plus persistante», se tourmente Drew Michanowicz, auteur principal de l'étude. Les impacts sur la santé ne sont donc pas à négliger, a fortiori lorsque les hottes aspirantes sont éteintes.

Selon les recherches menées par l'Université Stanford, les familles ayant une cuisine mal ventilée peuvent dépasser la limite d'exposition extérieure au dioxyde d'azote fixée par l'EPA à 100 parties par milliard (ppb) par heure. Cela peut aggraver les symptômes des personnes souffrant de maladies respiratoires et même augmenter le risque de développer de l'asthme.

Des conséquences environnementales dramatiques

Les chercheurs de Stanford ont également dressé le bilan de l'impact écologique. Plus des trois quarts du méthane qui émane d'une gazinière s'échappent lorsqu'elle n'est pas utilisée, possiblement en raison de soucis de tuyauterie. Selon les données de l'étude, un seul des cinquante-trois appareils contrôlés ne fuyait pas lorsqu'il était éteint.

Bien que le méthane ne soit pas toxique, c'est un puissant gaz à effet de serre pouvant engendrer de désastreuses conséquences environnementales. Aux États-Unis, la quantité de particules rejetées par les 40 millions de gazinières équivaut environ au dioxyde de carbone émis par un demi-million de voitures à essence.

Afin de remédier à ce constat alarmant, les experts soumettent une solution radicale: installer une cuisinière à induction. Pour les plus septiques, utiliser la hotte aspirante représentera déjà un grand pas puisque seulement 25 à 40% de la population américaine affirment le faire. Mais ces preuves consternantes seront-elles suffisantes pour modifier les habitudes de cuisson?

Newsletters

Le «bon» cholestérol n'est pas bénéfique pour toutes les ethnies

Le «bon» cholestérol n'est pas bénéfique pour toutes les ethnies

Ne vous fiez pas à son intitulé.

Faut-il vraiment boire huit verres d'eau par jour?

Faut-il vraiment boire huit verres d'eau par jour?

C'est plus complexe que cela.

Le yoga améliore les symptômes anxiodépressifs et les performances cognitives

Le yoga améliore les symptômes anxiodépressifs et les performances cognitives

Comme toute activité physique, cette discipline est bonne pour la santé. Associant le corps et l'esprit, elle a notamment des effets potentiellement intéressants sur le cerveau et la santé mentale.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio