Santé / Société

Avoir des gros seins quand on est adolescente n'est pas aussi fun que vous le pensez

Temps de lecture : 5 min

Parce que cela peut être la source de sérieuses souffrances mentales et physiques, pour certaines adolescentes, hériter d'une forte poitrine s'apparente davantage à un fardeau qu'à un cadeau de la nature.

Loin d'être anodin, ce complexe peut avoir plusieurs graves répercussions. | Max Titov via Unsplash
Loin d'être anodin, ce complexe peut avoir plusieurs graves répercussions. | Max Titov via Unsplash

«Non seulement ils me faisaient mal, mais en plus ils pouvaient faire ça à n'importe quel moment, donc je devais être constamment sur mes gardes.» Louise faisait déjà du 90C en classe de 5e. Dans la cour de récréation, les garçons avaient imaginé un «jeu» –en réalité une agression sexuelle selon la loi– qui consistait à venir taper l'un de ses seins avant de repartir rapidement en courant; celui qui avait marqué le plus de points à la fin de la journée avait gagné. «J'essayais de rigoler mais au fond de moi, je n'en pouvais plus. C'était épuisant et humiliant.» Comme elle, certaines femmes gardent un souvenir amer de leur adolescence. Tour à tour moquées, slut-shamées, harcelées, voire même agressées, elles partagent toutes un point commun: avoir grandi avec des gros seins.

Selon une étude menée auprès de 18.541 femmes dans quarante pays du monde, 71% d'entre elles ne sont pas satisfaites de la taille de leur poitrine. 47% souhaiteraient avoir des seins plus gros, tandis que 23% aimeraient les avoir plus petits. Loin d'être anodin, ce complexe peut avoir plusieurs graves répercussions, explique l'équipe de recherche à l'origine de l'étude: les femmes qui se sentent moins à l'aise avec leur corps sont moins susceptibles de vérifier la présence de potentielles grosseurs au niveau de la poitrine et sont plus sujettes à certains troubles mentaux, tels que la dysmorphophobie.

«Tout se passe comme si, dès leur jeune âge, les filles avaient intégré cet impératif phallocentré qui exige d'elles qu'elles souscrivent à l'idéal d'une poitrine ronde et “suffisamment” grosse, c'est-à-dire grosse mais pas trop grosse», résume la philosophe Camille Froidevaux-Metterie dans son livre Seins – En quête d'une libération. «Pour celles dont la poitrine devient vite visible, trop visible, l'expérience de la sexualisation peut produire une déflagration et laisser effondrée. [] Tout puceaux qu'ils soient, leurs congénères masculins n'en adoptent pas moins des attitudes explicitement sexuelles et agressives en leur rappelant quotidiennement qu'elles en ont de gros et qu'elles doivent les leur offrir puisqu'ils sont là pour ça.»

Vêtements amples et brassières aplatissantes

«J'ai senti très jeune le regard des hommes sur moi, ou plus exactement sur ma poitrine, que ce soit de la part de camarades de classe ou d'adultes», témoigne Louise. À 12 ans, elle ne comprenait pas réellement ce que ce regard signifiait; elle sait juste que cela la mettait mal à l'aise. Comme d'autres, dans les années qui ont suivi, elle a usé de stratégies pour tenter de dissimuler ce corps, comme le port de vêtements amples ou l'usage de brassières aplatissantes. «Plusieurs de mes jeunes patientes m'ont dit en porter dès qu'elles sont à l'extérieur de chez elles. À force d'avoir la poitrine comprimée, certaines ont des douleurs, mais elles préfèrent ça plutôt que d'avoir des remarques», rapporte Xavier Pommereau, psychiatre spécialiste de l'adolescence.

D'autres demandent des attestations pour ne plus aller à la piscine ou être dispensées de sport à cause des douleurs de certaines activités physiques, telles que la course à pied, mais aussi par crainte d'attirer le regard des autres sur elles. Plus alarmant encore, il n'est pas rare que certaines développent des troubles du comportement alimentaire en ayant en tête l'idée de perdre du poids et de la poitrine.

«L'un des déclencheurs les plus connus du trouble du comportement alimentaire et notamment de l'anorexie, c'est le besoin de contrôler son corps au moment de la puberté, rappelle Diane Saint-Réquier, éducatrice et animatrice en santé sexuelle. On passe d'un corps à l'allure androgyne à un corps qui va prendre des formes sexualisées et perçues comme féminines. Or, pour certaines jeunes filles et certains jeunes queers, cela peut être insupportable.»

La fondatrice du site Sexy SouciS, qui a consacré une vidéo à l'obsession malsaine qui entoure la taille des seins, note aussi qu'ils peuvent être un marqueur de genre très puissant, alors même que l'adolescence est une période où il y a beaucoup de questionnement autour de l'identité de genre.

Quand la lingerie devient un fardeau

Outre la grosseur de la poitrine, «c'est aussi sa forme, la taille des mamelons ou encore la manière dont les tétons pointent qui peuvent être une source de complexes pour les jeunes filles», affirme Xavier Pommereau. Certaines préfèrent ainsi garder leur soutien-gorge lors des rapports intimes, faire l'amour uniquement dans le noir ou cachées sous la couette, angoissées par l'image que peut renvoyer leur corps à leur partenaire. Cela peut avoir des conséquences désastreuses sur leur vie intime et sexuelle, alimentant les états anxieux voire dépressifs dont elles souffrent déjà.

Sur un plan purement pratique, trouver des vêtements et de la lingerie qui correspondent à sa morphologie et dans lesquels on se sent bien peut devenir un véritable parcours du combattant quand on a de gros seins. «L'esthétique n'est que depuis peu une préoccupation des fabricants de lingerie grande taille. Pendant longtemps, il a fallu se contenter de modèles pour grand-mère», rappelle dans son livre Camille Froidevaux-Metterie.

Et quand ce n'est pas l'esthétique qui est en jeu, ce sont la qualité et le prix, car les magasins de lingerie spécialisés sont souvent plus onéreux. Louise se dit chanceuse d'avoir une mère qui avait les moyens de l'accompagner pour lui payer des soutiens-gorge à sa taille, confortables et jolis. Mais ce n'est pas le cas de toutes les adolescentes, qui sont parfois obligées de se rabattre sur des marques de mauvaise qualité par manque de moyens financiers, ou d'autres qui doivent injustement sacrifier leur argent de poche.

Souffrances physiques

Enfin, avoir une grosse poitrine implique de devoir porter un poids sur son thorax en permanence –un kilo, parfois plus. Cela peut générer une mauvaise posture du dos et des épaules, causer des douleurs dorsales et musculaires, rendre l'exercice physique et l'endormissement plus difficiles. Quand la poitrine devient ainsi une source de souffrances physiques autant que psychologiques, il n'est pas rare que les personnes concernées se tournent vers la réduction mammaire.

Cette opération est remboursée par la Sécurité sociale en tant que chirurgie réparatrice si elle nécessite de retirer plus de 300 grammes par sein. En France, s'il n'existe pas d'âge minimum légal pour effectuer cette opération, la plupart des (bons) chirurgiens préféreront attendre au moins la fin de la croissance de la patiente, précise Xavier Pommereau, qui a déjà redirigé plusieurs jeunes femmes vers des spécialistes. «Quand on constate un réel handicap, ça peut être une bonne solution. La grande majorité de mes patientes en sont satisfaites, c'est aussi cela qui m'incite à soutenir leur démarche», explique-t-il. «Le développement personnel, le fait de travailler sur soi pour apprendre à aimer son corps, c'est bien mais ça a aussi ses limites», fait remarquer Diane Saint-Réquier.

Il n'empêche que d'un point de vue sociétal, beaucoup d'efforts restent à faire pour changer le regard sur les grosses poitrines, et particulièrement lorsque cela concerne les jeunes filles. «Il n'y a pas beaucoup d'éducation au collège au sujet des seins, alors que c'est certainement à ce moment-là que tout devient plus compliqué pour les jeunes filles et qu'elles en auraient le plus besoin», estime Xavier Pommereau. De simples cours d'éducation sur la puberté et les transformations du corps, comme la formation de la poitrine, seraient déjà un bon début selon le psychiatre.

Dans ce combat vers l'acceptation et l'amour de soi, l'entourage joue aussi un rôle clé: parents, amis ou partenaires, il faut savoir se montrer attentifs et présents, sans jamais émettre de commentaires et encore moins de jugements. Et surtout, ne pas forcer quoi que ce soit. «Les garçons avec qui je faisais l'amour me mettaient systématiquement la pression pour que je dévoile ma poitrine et ça me bloquait totalement, témoigne Louise. Mon copain actuel ne l'a jamais fait; il s'est toujours montré doux et patient. Résultat: aujourd'hui, je suis non seulement capable de me mettre nue devant lui, mais je prends du plaisir à le faire.»

Newsletters

Le «bon» cholestérol n'est pas bénéfique pour toutes les ethnies

Le «bon» cholestérol n'est pas bénéfique pour toutes les ethnies

Ne vous fiez pas à son intitulé.

Faut-il vraiment boire huit verres d'eau par jour?

Faut-il vraiment boire huit verres d'eau par jour?

C'est plus complexe que cela.

Le yoga améliore les symptômes anxiodépressifs et les performances cognitives

Le yoga améliore les symptômes anxiodépressifs et les performances cognitives

Comme toute activité physique, cette discipline est bonne pour la santé. Associant le corps et l'esprit, elle a notamment des effets potentiellement intéressants sur le cerveau et la santé mentale.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio