Société / Monde

Ocean Viking: les «zones d'attente», une ambiguïté du droit international

Temps de lecture : 4 min

La situation des rescapés du navire de SOS Méditerranée met en lumière cette singularité de la conception du territoire en matière de droit des étrangers.

Un homme rescapé du navire Ocean Viking vérifie son téléphone, à la recherche de proches, après son arrivée au centre de vacances de Hyères, le 11 novembre 2022. | Christophe Simon / AFP
Un homme rescapé du navire Ocean Viking vérifie son téléphone, à la recherche de proches, après son arrivée au centre de vacances de Hyères, le 11 novembre 2022. | Christophe Simon / AFP

Vendredi 11 novembre, les 234 migrants et migrantes secourus par le navire Ocean Viking ont pu rejoindre la base navale de Toulon, après trois semaines d'errance en mer. Ultime épisode du drame de la migration qui se joue en Méditerranée et dont le déroulement puis le dénouement peuvent donner lieu à plusieurs clés de lecture.

Au niveau de la politique et de l'intégration européennes, le bras de fer entre Paris et Rome, rejouant le duel ayant opposé en 2018 Emmanuel Macron avec l'alors président du Conseil des ministres italien et actuel vice-président Matteo Salvini, a souligné les obstacles à l'affirmation de la solidarité européenne sur la question. Au niveau de la politique interne, ensuite, on a vu combien la situation de l'Ocean Viking a accusé les clivages entre «humanistes» et partisans de la fermeté.

Rappelons d'ailleurs que les propos ayant valu l'exclusion pour deux semaines du député du Rassemblement national Grégoire de Fournas ont précisément été tenus à l'occasion de l'allocution d'un député de La France insoumise dénonçant le sort réservé aux passagers du navire humanitaire.

Le dernier épisode en date dans l'épopée de l'Ocean Viking peut également et entre autres faire l'objet d'une analyse juridique.

Les limites du droit international de la mer

Pendant son errance, les difficultés à trouver un lieu de débarquement ont de nouveau souligné les limites d'un droit de la mer, peinant à imposer à un État clairement défini d'ouvrir ses ports pour accueillir les rescapés. La décision de laisser les passagers de l'Ocean Viking débarquer à Toulon est également significative. Elle signe certes leur prise en charge temporaire par la France, mais n'emporte pas, du moins dans un premier temps, leur admission sur le territoire français (au sens juridique). Ce que le ministre de l'Intérieur ne s'est d'ailleurs pas privé de souligner.

Cette situation permet alors de mettre en exergue l'une des singularités de la conception juridique du territoire, notamment en ce qui concerne la situation des étrangers. Les zones d'attente en sont une claire illustration.

Les «zones d'attente»

Les aéroports ont été les premiers espaces où sont apparues ces zones considérées comme ne relevant pas juridiquement du territoire de l'État les accueillant. Le film Le Terminal, dans lequel Tom Hanks campe un Iranien ayant vécu plusieurs années à Roissy –où ce réfugié s'est d'ailleurs éteint ce samedi 12 novembre–, avait en 2004 porté à la connaissance du grand public cette situation.

En France, les «zones internationales», initialement nimbées d'un flou quant à leur fondement juridique et au sein desquelles les autorités prétendaient par conséquent n'être pas assujetties au respect des règles protectrices des droits humains, ont cédé la place aux «zones d'attente» à la faveur de la loi du 6 juillet 1992.

À une situation d'exclusion –du moins, alléguée par les autorités– du droit, s'est alors substitué un régime d'exception: les personnes y étant maintenues n'étaient toujours pas considérées comme ayant pénétré juridiquement le territoire français.

N'étant plus –prétendument– placées «hors du droit» comme l'étaient les zones internationales, les zones d'attente n'en restaient pas moins «hors sol». L'une des conséquences en est que les demandes d'asile qui y sont le cas échéant déposées relèvent alors de l'«asile à la frontière». Elles sont par conséquent soumises à un régime, notamment procédural, beaucoup moins favorable aux demandeurs (Code de l'entrée et du séjour des étrangers et du droit d'asile CESEDA, Titre V, article L.350-1 à L.352-9).

La «fiction juridique»

La «fiction juridique» que constituent les zones d'attente s'étend désormais entre autres aux gares ferroviaires ouvertes au trafic international, aux ports ou à proximité du lieu de débarquement (CESEDA, article L.341-1). Ces «enclaves» au sein du territoire, autour d'une centaine actuellement, peuvent par ailleurs inclure, y compris «à proximité de la gare, du port ou de l'aéroport ou à proximité du lieu de débarquement, un ou plusieurs lieux d'hébergement assurant aux étrangers concernés des prestations de type hôtelier» (CESEDA, article L.341-6).

[Les rescapés] ne se situent pas pour autant dans une zone de non-droit: placés sous le contrôle des autorités françaises, ils doivent se voir garantir par elles le respect de leurs droits humains.

Tel est le cas de la zone d'attente créée par le préfet du Var par le biais d'un arrêté, à la suite de l'accueil de l'Ocean Viking. «Pour la période du 11 novembre au 6 décembre 2022 inclus, une zone d'attente temporaire d'attente sur l'emprise de la base navale de Toulon et sur celle du Village Vacances CCAS EDF 1654, avenue des Arbanais 83400 Hyères (Giens).»

Accueillis dans ce Village Vacances dont les «prestations de type hôtelier» ne semblent aucunement correspondre à la caricature opportunément dépeinte par certains, les rescapés demeurent, juridiquement, aux frontières de la France.

Aux portes du territoire français

Ils ne se situent pas pour autant, de ce fait, dans une zone de non-droit: placés sous le contrôle des autorités françaises, ils doivent se voir garantir par elles le respect de leurs droits humains. Aux portes du territoire français, les migrants et migrantes secourus par l'Ocean Viking n'en relèvent pas moins de la «juridiction» française, comme le rappelle la Cour européenne des droits de l'homme. La France est ainsi tenue d'observer ses obligations, notamment au regard des conditions de leur maintien contraint au sein de la zone.

Une partie des rescapés recouvreront leur liberté en étant admis à entrer juridiquement sur le territoire de la France. Tel est le cas des mineurs non accompagnés, dont il est annoncé qu'ils seront pris en charge par l'Aide sociale à l'enfance.

Tel est également le cas de ceux qui auront été autorisés à déposer une demande d'asile sur le territoire français et se seront vus, à cette fin, délivrer un visa de régularisation de huit jours. Parmi eux, la plupart (175) devraient être acheminés vers des États européens qui se seraient engagés à les accueillir, vraisemblablement afin que soient examinées leurs demandes de protection internationale. Expression d'une solidarité européenne a minima dont il faudra cependant voir les suites.

Pour tous les autres enfin, ceux à qui un refus d'entrer sur le territoire français aura été notifié et qui ne seront pris en charge par aucun autre État, le ministre de l'Intérieur précise qu'ils seront contraints de quitter la zone d'attente vers une destination qui demeure cependant encore pour le moins incertaine. Ceux-là auront alors été accueillis (très) temporairement par la France mais seront considérés comme n'ayant jamais pénétré sur le territoire français.

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l'article original.

The Conversation

Newsletters

Harry et Meghan, symbole d'une époque malade d'insignifiance

Harry et Meghan, symbole d'une époque malade d'insignifiance

[BLOG You Will Never Hate Alone] De retour sur Netflix, on va bouffer jusqu'à la nausée des aventures de ce couple doué pour rien mais assez malin pour apparaître comme indispensable à la marche du monde.

«J'espère que tu viendras me voir parce que je ne suis pas un monstre»

«J'espère que tu viendras me voir parce que je ne suis pas un monstre»

[Épisode 4] Céline Vasselin avait-elle des raisons de se sentir menacée par Sliman Amara, son conjoint qu'elle a assassiné? Une seule chose est certaine: dans leur entourage, pas grand monde n'a vu grand-chose.

Il est possible de passer à la semaine de quatre jours en travaillant autant

Il est possible de passer à la semaine de quatre jours en travaillant autant

La culture du travail «24 heures sur 24, 7 jours sur 7» constitue un obstacle à la mise en place effective des aménagements du temps de travail.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio