Sciences

Pourquoi nous sentons-nous toujours honteux en repensant aux souvenirs embarrassants?

Temps de lecture : 2 min

Quand cette fichue gaffe nous colle à la peau.

Lorsque nous ruminons, nous restons bloqués dans le passé et revivons des émotions négatives sans en tirer de bénéfice. | krakenimages via Unsplash
Lorsque nous ruminons, nous restons bloqués dans le passé et revivons des émotions négatives sans en tirer de bénéfice. | krakenimages via Unsplash

Vous vaquez à vos occupations quand soudain, vous pensez à cette fois, il y a plusieurs années, où vous avez commis une bévue monumentale. Vous grimacez ensuite et avez envie de rentrer dans un trou de souris. Nous avons tous déjà vécu cette situation. Mais pourquoi ce souvenir négatif surgit-il brusquement dans notre tête? Et pourquoi sommes-nous toujours autant embarrassés, même dix ans plus tard? ScienceAlert plonge dans les secrets de notre mémoire.

Selon David John Hallford, maître de conférences et psychologue clinicien de l'Université Deakin, «notre cerveau a deux façons différentes de se rappeler des expériences de notre passé». La première est délibérée et volontaire. Par exemple, lorsque l'on essaye de se remémorer ce que nous avons mangé la semaine passée, nous engageons un processus laborieux au cours duquel nous recherchons le souvenir dans notre esprit. Cette réminiscence est rarement liée à une tonalité émotionnelle forte.

La seconde manière est, quant à elle, involontaire et spontanée. Il s'agit ici de souvenirs intrusifs, majoritairement négatifs, qui semblent surgir dans notre mémoire. Ce phénomène peut être déclenché par un stimulus externe –images, sons, goûts, odeurs– ou interne –pensées, sentiments, sensations physiques– qui fait appel aux réseaux de neurones de notre cerveau. Ces expériences passées peuvent refaire surface lorsque nous rencontrons un contexte similaire ou des équivalences émotionnelles.

Pas de fatalité

Tout le monde ne réagit pas de la même façon lorsque ces souvenirs embarrassants refont surface. Si certaines personnes gèrent leurs émotions sans trop de détresse, d'autres sont indéniablement submergées. Selon David John Hallford, cette altérité dépendrait de notre humeur. Lorsque nous sommes tristes, nous sommes davantage susceptibles de nous rappeler des expériences honteuses ou décevantes. De même, être anxieux peut raviver des souvenirs où nous avons douté ou enfreint certaines règles sociales.

Ruminer peut également contribuer à augmenter ce sentiment de honte. Lorsque nous ressassons sans cesse un événement, nous pensons de façon répétitive à ce que nous avons ressenti à ce moment précis. Si en apparence, ce procédé peut sembler bénéfique pour tirer des leçons des expériences afin qu'elles ne se reproduisent pas, il en est tout autre. En réalité, lorsque nous ruminons, nous restons bloqués dans le passé et revivons des émotions négatives sans en tirer de bénéfice.

Heureusement pour notre santé mentale, le processus appelé «reconsolidation thérapeutique de la mémoire» permet de modifier nos pensées, sentiments, et évaluations des expériences précédentes lorsqu'un souvenir est évoqué. De ce fait, nous pouvons réécrire des traumatismes en nous concentrant sur les aspects positifs et ainsi contribuer à notre bien-être. Que la mémoire peut être bien faite...

Newsletters

Ce que mangeaient vraiment les hommes préhistoriques

Ce que mangeaient vraiment les hommes préhistoriques

Le fait d'ajouter des plantes ou des graines à son dîner et de modifier le goût des aliments est une habitude humaine qui remonte au moins à 70.000 ans, selon de nouvelles découvertes.

Pourquoi est-il impossible de diviser par 0?

Pourquoi est-il impossible de diviser par 0?

Même en mathématiques, il faut savoir faire preuve de créativité.

 Un virus «zombie» reprend vie après avoir passé 48.500 ans dans la glace sibérienne

Un virus «zombie» reprend vie après avoir passé 48.500 ans dans la glace sibérienne

De nouveaux microbes? C'est exactement ce dont on avait besoin.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio