Sciences

Un peuple autochtone forcé d'abandonner son île face à la montée de la mer

Temps de lecture : 2 min

Le premier d'une longue série dans la région.

Illustration des eaux dans la mer des Caraïbes. | Teddy Charti via Unsplash
Illustration des eaux dans la mer des Caraïbes. | Teddy Charti via Unsplash

Le niveau de la mer monte sous l'influence du changement climatique et les premiers touchés sont bien souvent ceux qui en sont le moins responsables. Les habitants ancestraux de l'île de Gardi Sugdub, au Panama, en sont l'exemple criant. Leur île coule, submergée par les flots, forçant la communauté à partir vers le continent.

Au total, 1.200 indigènes de la communauté Guna habitant cette île des Caraïbes s'apprêtent à déménager d'ici à l'année prochaine. C'est une première: ils seront les premiers résidents d'Amérique latine à être déplacés par le gouvernement à cause de la montée des eaux, rapporte le Wall Street Journal.

Premier, mais pas dernier

L'île de Gardi Sugdub est l'une des 365 îles de l'archipel de San Blas. Si beaucoup sont inhabitées, environ 39 d'entre elles ont été colonisées par les Guna, il y a plus d'un siècle et demi. Des îles qui, comme celle de Gardi Sugdub, seront bientôt sous les eaux. De nombreuses communautés risquent ainsi d'être concernées par ce déplacement de population dans les prochaines années.

«Sur la base des prévisions actuelles d'élévation du niveau de la mer, il est presque certain que dans les 20 prochaines années, les Guna devront commencer à quitter ces îles, et d'ici à la fin du siècle, la plupart devront probablement être abandonnées», a expliqué au journal américain Steven Paton, le directeur du programme de surveillance physique au Smithsonian Tropical Research Institut.

De manière générale, les Caraïbes se trouvent en première ligne de l'urgence climatique mondiale. Les petits États côtiers insulaires de faible altitude des Caraïbes sont particulièrement vulnérables face à la montée des eaux, mais aussi aux événements métrologique extrêmes, sous la pression du changement climatique.

Newsletters

Ce que mangeaient vraiment les hommes préhistoriques

Ce que mangeaient vraiment les hommes préhistoriques

Le fait d'ajouter des plantes ou des graines à son dîner et de modifier le goût des aliments est une habitude humaine qui remonte au moins à 70.000 ans, selon de nouvelles découvertes.

Pourquoi est-il impossible de diviser par 0?

Pourquoi est-il impossible de diviser par 0?

Même en mathématiques, il faut savoir faire preuve de créativité.

 Un virus «zombie» reprend vie après avoir passé 48.500 ans dans la glace sibérienne

Un virus «zombie» reprend vie après avoir passé 48.500 ans dans la glace sibérienne

De nouveaux microbes? C'est exactement ce dont on avait besoin.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio