Monde / Économie

COP27: l'Afrique est le continent qui pollue le moins, mais celui qui trinque le plus

Temps de lecture : 4 min

​La conférence des Nations unies sur le climat, qui s'ouvre en Égypte le 6 novembre, est l'occasion pour le continent de rappeler son faible poids dans les émissions de gaz à effet de serre et ses difficultés à se développer sans miser sur les énergies fossiles.

Une section inondée de Lokoja, dans l'État de Kogi, au Nigeria, le 19 septembre 2018. | Sodiq Adelakun / AFP
 
Une section inondée de Lokoja, dans l'État de Kogi, au Nigeria, le 19 septembre 2018. | Sodiq Adelakun / AFP  

La 27e conférence des Nations unies sur les changements climatiques (COP27) débute ce dimanche 6 novembre à Charm el-Cheikh, en Égypte. Cette COP intervient précisément à un moment critique pour l'Afrique, continent le moins armé et le plus exposé au changement climatique, qui voit les catastrophes naturelles se multiplier.

Dix-neuf pays d'Afrique de l'Ouest au total sont concernés par les aléas climatiques. Ces derniers mois au Nigeria, des inondations historiques ont fait 600 morts et près de 1,3 million de déplacés. Scénario similaire au Tchad, où un état de catastrophe naturelle a été déclaré par le président de transition Mahamat Idriss Déby Itno, le 19 octobre. Environ un million de personnes sont touchées et 50.000 d'entre elles ont d'ores et déjà dû fuir leur domicile; les chutes d'eau engloutissent les champs et tuent le bétail, précipitant des populations déjà fragiles dans une situation de grande précarité. Certains iront sur les routes de la migration.

«Ces inondations agissent comme un multiplicateur de misère et c'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase pour des communautés qui luttent déjà pour garder la tête hors de l'eau», alerte Chris Nikoi, directeur régional du Programme alimentaire mondial pour l'Afrique de l'Ouest. Dans le même temps, des cas de sécheresse extrêmes touchent le continent noir. C'est le cas au Maghreb, une région en plein stress hydrique, mais aussi dans la Corne de l'Afrique, qui vit sa cinquième année sans précipitations.

Résultat, la région est «au bord d'une catastrophe humanitaire sans précédent» s'alarme l'ONU. En s'accentuant, le nombre de déplacés met en effet la pression sur des États souvent dysfonctionnels, incapables d'assumer ce fardeau. Les ONG et agences onusiennes sont alors le dernier rempart pour acheminer de l'aide alimentaire. Mais leurs moyens ne sont pas illimités.

Un déséquilibre flagrant

Le continent africain est le moins résilient face au changement climatique, notamment en raison d'un faible niveau de préparation des États. Paradoxalement, il est pourtant aussi celui qui pollue le moins.

Abritant 17% de la population mondiale, le continent ne pèse en réalité que 3% des émissions de gaz à effet de serre. Un Américain moyen produit 14 tonnes de CO2 par an, contre 10 tonnes pour un Européen et moins d'une tonne pour un Africain. John Kerry, émissaire du président Joe Biden pour le climat, le rappelait d'ailleurs, lors d'un forum sur la lutte contre le réchauffement climatique: «Vingt États comptent pour 80% des émissions mondiales.»

C'est pourquoi la feuille de route ne peut être la même entre les États du Nord et ceux du Sud. «Le poids du changement climatique sur les économies du continent et les moyens de subsistance des Africains est disproportionnellement élevé en rapport à leur faible participation dans les émissions mondiales de carbone», observe notamment la Banque africaine de développement (BAD) dans son document sur les perspectives économiques en Afrique 2022.

La question des énergies fossiles

L'Afrique est prise en étau entre sa nécessaire industrialisation –600 millions d'Africains n'ont toujours pas accès à l'électricité– et les exigences internationales à satisfaire concernant la lutte contre le réchauffement. À l'approche de la COP27, alors que le continent pourrait se voir refuser un crédit-carbone suffisant à son développement et sa transition énergétique, certains États africains menacent ainsi de recourir aux investissements dans les énergies fossiles s'ils n'obtiennent pas de financements leur permettant de passer par d'autres voies, comme le solaire ou l'éolien.

Or, les énergies fossiles sont dans le viseur des instances internationales. En 2021, la BAD a modifié sa politique, afin d'exclure tout nouvel investissement dans le charbon. Quant aux grandes puissances comme la Chine et les États-Unis, elles ont multiplié les engagements pour décarboner leurs économies à horizon 2050-2060, mais demeurent toujours les plus gros pollueurs.

Les pays du G20 vont notamment arrêter de financer les énergies fossiles à l'étranger sans techniques de capture de carbone d'ici à la fin de l'année. L'objectif de la démarche étant de respecter les accords de Paris qui, en 2015, avaient fixé comme objectif de restreindre le réchauffement climatique en dessous de 1,5 °C, par rapport à l'ère pré-industrielle.

Développement ou énergies vertes?

Tout cela a le don d'en agacer certains, à l'instar du président en exercice de l'Union africaine et dirigeant sénégalais, Macky Sall, qui défend ses investissements nationaux dans le gaz, avec le projet Grand Tortue, et milite pour que l'on tienne compte des émissions passées.

«Oui pour l'énergie verte, mais avant l'énergie verte il y a une énergie de base sur laquelle l'Afrique doit se baser pour assurer son développement. On ne peut pas empêcher les pays africains de profiter de leurs ressources naturelles, présentes dans leur sous-sol, pour financer leur économie, la rendre plus compétitive», argumente-t-il. Un avis partagé par Félix Tshisekedi, président de la République démocratique du Congo et Nana Akufo-Addo, à la tête du Ghana.

«Il est essentiel que les prochains engagements climatiques prennent en considération le contexte spécifique du continent africain, notamment ses perspectives souhaitées de développement, et intègrent également le rôle important que le continent peut jouer dans un avenir à bas carbone au niveau mondial», écrit pour sa part la Fondation Mo Ibrahim, du nom d'un milliardaire anglo-soudanais devenu un philanthrope du climat.

«Malheureusement, l'Afrique est réduite au rang de suiveuse»

Les économies développées ne respectent, en outre, toujours pas leurs promesses. À la suite d'un engagement pris il y a plus de dix ans, le G20 est censé fournir 100 milliards d'euros par an aux pays pauvres pour les aider à s'adapter au changement climatique. Or, en 2019, l'aide n'a atteint que 79,6 milliards, selon l'Organisation de coopération et de développement économiques. L'Asie en demeure le principal bénéficiaire (43%), devant l'Afrique (26%).

Une situation «inacceptable», insiste Bienvenu Ongoundou, spécialiste en énergies renouvelables pour l'ONG Africa Climate Action Initiative. «Tous ces mécanismes sont mis en place par les Occidentaux, alors qu'ils devraient être créés par les Africains eux mêmes. Malheureusement l'Afrique est réduite au rang de suiveuse et ne décide pas de son destin», déplore-t-il.

Face à cette situation, les pays africains pourraient néanmoins faire bloc en Égypte afin d'exiger que les lignes bougent, notamment concernant le versement d'une aide plus conséquente. D'autant que la tension sur les prix de l'énergie et de certaines denrées alimentaires se fait durement ressentir depuis le début de la guerre en Ukraine le 24 février dernier. L'Afrique reste donc sur le qui vive à l'approche de cette COP27, qui se déroulera à domicile.

Newsletters

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 19 au 25 novembre 2022

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 19 au 25 novembre 2022

Début de la Coupe du monde au Qatar, tremblement de terre en Indonésie, violentes protestations contre la politique zéro Covid en Chine... La semaine du 19 au 25 novembre en images.

Le Liban mise tout sur le gaz et le pétrole (tant pis pour l'environnement)

Le Liban mise tout sur le gaz et le pétrole (tant pis pour l'environnement)

Enfoncé dans la pire crise économique de son histoire, le pays du Cèdre voit l'exploitation de champs gaziers comme une sortie de secours. Mais des associations mettent en garde contre la corruption et la destruction des zones côtières.

L'Algérie veut intégrer les Brics: un projet à prendre au sérieux?

L'Algérie veut intégrer les Brics: un projet à prendre au sérieux?

Certains experts estiment que l'entrée du pays dans le groupe serait bien plus utile que sa présence au sein de la Ligue arabe.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio