Parents & enfants / Sciences

Les bébés du confinement ont du retard en matière de communication

Temps de lecture : 2 min

En revanche, ils rampent plus vite.

Il ne sert cependant à rien de s'inquiéter outre mesure. | Brina Blum via Unsplash
Il ne sert cependant à rien de s'inquiéter outre mesure. | Brina Blum via Unsplash

Les bébés nés pendant le premier confinement étant désormais âgés de 2 ans et demi, les premières études portant sur les conséquences de cette situation inédite sur leur développement commencent à nous arriver. Le Washington Post vient par exemple de décortiquer les travaux de cinq chercheuses et un chercheur de l'université de Dublin, dont les conclusions sont édifiantes.

L'étude affirme notamment que les enfants nés pendant le confinement initié en mars 2020 avaient développé certaines facultés de communication de façon plus lente que ceux qui avaient vu le jour avant que le Covid-19 ne vienne bouleverser nos existences. Avant leur premier anniversaire, il leur a ainsi été plus difficile d'apprendre à dire au revoir, à pointer un objet ou une personne du doigt, ou encore à prononcer leur premier mot intelligible.

En revanche, les nouveau-nés du premier confinement auraient montré plus rapidement une aptitude à savoir ramper, fait remarquer l'étude irlandaise. Pour Susan Byrne, spécialiste en neurologie pédiatrique qui a dirigé les travaux de recherche, c'est un fait: «Pour les bébés du confinement, cela a été une première année très différente de celle des bébés de l'avant-pandémie.»

Rien d'irrémédiable

Susan Byrne se veut cependant rassurante, et tient à faire savoir aux parents qu'il ne sert à rien de s'inquiéter outre mesure. «Les bébés sont résistants et curieux par nature», indique-t-elle, et sont donc capables de rebondir pour peu qu'on leur fournisse le soutien adéquat.

Les autrices et l'auteur de la recherche ont déterminé un ensemble de facteurs pouvant expliquer les différences relevées. Le manque d'interactions sociales et de changements d'environnement (promenades, journées en collectivité...) peuvent expliquer un certain nombre de faits observés. Concernant l'aisance à ramper, elle est probablement due au fait que les bébés concernés ont passé plus de temps que leurs prédécesseurs à explorer le sol du domicile familial.

Les différences existent, mais elles restent relativement raisonnables, ce que confirme Dani Dumitriu, professeure de pédiatrie à l'université américaine de Columbia, qui a codirigé une autre étude portant sur les bébés nés en 2020. «[L'étude irlandaise] n'a pas identifié de retards de développements majeurs, et nous non plus.»

Ces études présentent cependant une limite: elles se basent sur ce que les scientifiques ont demandé aux parents d'observer chez leurs propres enfants. Des conditions loin d'être idéales, qui indiquent des tendances nécessitant d'être confirmées –ou infirmées– par des travaux menés avec un protocole plus adapté et moins sujet aux biais.

Newsletters

Ne privez pas vos enfants d'écrans, mieux vaut les y éduquer

Ne privez pas vos enfants d'écrans, mieux vaut les y éduquer

Le dialogue et la réflexion sont les clés de la réussite pour une utilisation responsable des nouvelles technologies.

Voici les jouets les plus populaires de 2022

Voici les jouets les plus populaires de 2022

Pour faire plaisir à coup sûr, où que vous soyez dans le monde.

Ces parents de la génération Z qui ne veulent pas perpétuer le mythe du Père Noël

Ces parents de la génération Z qui ne veulent pas perpétuer le mythe du Père Noël

Petit Papa Noël, quand tu ne descendras plus du ciel.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio