Culture

Faut-il connaître la musique d'un artiste pour porter un t-shirt à son effigie?

Temps de lecture : 7 min

De nombreuses marques de prêt-à-porter rencontrent actuellement un vrai succès populaire en proposant des t-shirts consacrés à des artistes pourtant peu connus par les jeunes.

Cet engouement hollywoodien pour les fringues vintage peut être observé dans Nope, le dernier film de Jordan Peele. | Capture d'écran Looper via YouTube
Cet engouement hollywoodien pour les fringues vintage peut être observé dans Nope, le dernier film de Jordan Peele. | Capture d'écran Looper via YouTube

«Depuis quelques mois, le marché du t-shirt rock ancien semble frappé d'hystérie.» Ces mots, tenus dans le numéro 8 du magazine L'Étiquette, viennent souligner une double tendance: le retour de hype des vieux t-shirts rock, ainsi que la montée en flèche de leur prix. Ainsi, on a pu voir ces dernières semaines un client débourser 1.550 euros pour un t-shirt de Ride, tandis que Vinted et eBay regorgent de t-shirts Primal Scream, Blur, ou Sonic Youth vendus à des prix tout aussi exorbitants.

«Depuis quelques mois, la demande est extrêmement forte pour les t-shirts des années 1990, donc les prix augmentent», raconte à L'Étiquette Richard Colligan, propriétaire du magasin Metropolis, à New York. «Nos clients ont une trentaine ou une quarantaine d'années. Ils achètent des t-shirts qui leur parlent.»

Sauf que ce phénomène dépasse la simple lubie de collectionneurs aisés. Il suffit d'aller faire un tour dans les magasins de prêt-à-porter pour le constater: H&M, Zara, Kiabi, Pull&Bear ou encore Urban Outfitters ont développé de nouvelles gammes de t-shirts à l'effigie de Nirvana, 2Pac, Metallica, Queen et autres formations célébrées par l'histoire. L'été dernier, un t-shirt Bershka représentant The Notorious B.I.G., l'un des rappeurs américains les plus iconiques, s'est retrouvé brièvement en rupture de stock. Vendu à un prix abordable (17,99 euros), le vêtement était même porté fièrement par Jenifer sur Instagram.

Dans une même logique, on a pu voir Zendaya, A$AP Rocky et la mannequin Hailey Bieber porter respectivement des t-shirts Kiss, Diana Ross et Frank Sinatra, tandis que Dolce & Gabbana intégrait dans sa collection printemps-été 2022 deux t-shirts floqués Jennifer Lopez. En parallèle, Gala fait presque logiquement du t-shirt rock vintage la tendance vestimentaire de 2022.

De l'underground au mainstream

Pour Raphaëlle Orsini, cela n'a rien d'une surprise: «Historiquement, les t-shirts de groupes ont toujours été présents dans le monde de la mode. Pensons à ceux des Rolling Stones, de Woodstock ou de Run-DMC: ils sont presque devenus des marques en tant que telles.» Une fois ce bref rappel historique effectué, l'autrice de 1.000 T-shirts mythiques (aux éditions La Martinière) poursuit sa réflexion:

«On constate un phénomène populaire lorsque les entreprises de fast fashion répondent à un même besoin de façon simultanée. Ces derniers mois, c'est flagrant: dans les trois semaines qui ont suivi la diffusion du premier épisode de la dernière saison de Stranger Things, où on voit des adolescents écouter du hard-rock et porter des t-shirts reprenant l'esthétique de ce genre musical, Zara et H&M ont dégainé des t-shirts surfant sur cette tendance.»

Les t-shirts de rock les plus populaires seraient ceux dédiés à Green Day, Nirvana, Metallica, Red Hot Chili Peppers ou encore Bob Marley.

Cet engouement hollywoodien pour les fringues vintage est tout aussi prononcé dans Nope, le dernier film de Jordan Peele, dont les trois personnages principaux (Angel, Emerald et O.J.) apparaissent à chaque scène avec un t-shirt différent, apte à faire jalouser n'importe quel fan de rock alternatif: The Wipers, un groupe de Portland autrefois adoré par Kurt Cobain, Mr. Bungle, The Jesus Lizard (acheté sur eBay pour 1.000 dollars, soit un millier d'euros, par l'équipe du film), Earth ou encore Rage Against The Machine.

«Le plus fou, poursuit Raphaëlle Orsini, c'est que l'on ressort des tiroirs des groupes aux origines plutôt rebelles. Qu'importe leurs idéaux ou leur démarche, ils sont désormais complètement mainstream, portés par des jeunes gens qui ne revendiquent aucunement être contre la société. Au final, ça vient dénaturer leur message original. Ou du moins, ça vient le masquer derrière des velléités purement liées à la mode

Le goût du lol

À en croire une étude menée auprès de 1.017 personnes par Rush Order Tees, les t-shirts de rock les plus populaires seraient en effet ceux dédiés à Green Day, Nirvana, Metallica, Red Hot Chili Peppers ou encore Bob Marley: uniquement des formations ou artistes qui appartiennent davantage à la pop culture qu'aux sphères indépendantes. Des artistes tellement populaires qu'il semble impossible de ne pas pouvoir citer quelques chansons de leur répertoire.

Dans les faits, c'est tout autre chose qui se joue: «Personnellement, je ne me considère pas comme un fan de My Bloody Valentine, même si je respecte la démarche du groupe», confie Adrien, jeune Lillois de 25 ans habitué à squatter les salles de concert de la région. «Ça ne m'a pas empêché d'acheter un t-shirt de Kevin Shields et sa bande après l'avoir découvert dans une vidéo TikTok de Vladimir Cauchemar. J'aime bien quelques-unes de leurs chansons, mais c'est moins dans l'idée d'affirmer mes goûts musicaux que pour nouer des liens avec une certaine communauté.»

Les motifs sont énormes, les coupes oversize et la typographie volontairement ringarde.

Cécile, elle, témoigne à la sortie du concert de Booba au Stade de France. Elle a 23 ans, n'a pas connu Britney Spears au moment de son apogée et avoue n'écouter que rarement les tubes de l'Américaine. Pourtant, elle porte ce jour-là un t-shirt à l'effigie de l'interprète de «...Baby One More Time»: «Le style me plaît, tout simplement. Même si j'aime bien aussi le côté féministe qu'il dégage.»

Le t-shirt serait donc un moyen de faire un clin d'œil à une époque, voire même d'affirmer ses revendications politiques, féministes ou sociales. À en croire Raphaëlle Orsini, il ne faudrait pas négliger non plus une certaine recherche de second degré: «On est aussi dans l'esthétique du lol, ce petit côté décalé qui incite les gens à arborer des t-shirts de groupes presque ringards. Porter un t-shirt One Direction, par exemple, ça incarne une sorte de cool, quand bien même cette formation n'excite plus les foules depuis longtemps.»

Rejoindre une communauté

Au-delà de l'attachement à un groupe, il y aurait donc cette volonté de s'inscrire dans un contexte social, d'adhérer à une génération qui puise ouvertement ses codes dans le style des années 1990-2000 –le look lolita, incarné par le jean cargo, n'a-t-il pas été élu «style le plus tendance de la saison» par Grazia? Visuellement, les t-shirts flirtent donc ouvertement avec le kitsch de cette époque: les motifs sont énormes, les coupes oversize et la typographie volontairement ringarde.

«Dans le même ordre d'idée, précise Raphaëlle Orsini, il y a aussi ces t-shirts dédiés à des séries comme Friends ou Les Soprano. À chaque fois, c'est la même esthétique vintage, le même style de photo presque grossière, ce qui montre bien que cette tendance dépasse le cadre de la musique: c'est avant tout une façon de revendiquer une personnalité, de rejoindre une communauté.»

Contactées par mail, Asos, Bershka ou Pull&Bear ont préféré décliner notre invitation à s'exprimer. «Par souci de confidentialité», avancent les représentants de ces marques. On n'en saura donc pas plus sur le marché financier représenté par ces t-shirts, ni sur la façon dont ces enseignes procèdent.

Développent-elles une sorte de franchise dans l'idée de produire des t-shirts en masse? Contactent-elles des célébrités comme Timothée Chalamet ou Dua Lipa pour les encourager à porter des t-shirts Gorillaz et Slayer afin d'accentuer un peu plus la tendance? Paient-elles les labels et les artistes afin de reproduire l'image de ces derniers? «Aux États-Unis, c'est sans doute différent, étant donné que tout peut être exploité là-bas, mais en France, il y a forcément des royalties», croit savoir Raphaëlle Orsini.

Quoiqu'il en soit, la musique fait vendre. Balenciaga, Louis Vuitton ou Acne ont proposé leur propre version des t-shirts rock dans leurs défilés. Primark vend des t-shirts Fleetwood Mac et The Doors à des adolescents moins intéressés par le répertoire de ces groupes que par leur logo. Metallica a collaboré avec Netflix pour la création d'un t-shirt mêlant son logo avec celui du Hellfire Club de Stranger Things. Everpress, une société spécialisée dans la fabrication de t-shirts graphiques en séries limitées, estime que 25% de ses commandes proviennent actuellement des musiciens et des maisons de disques. Et Online Ceramics, depuis Brooklyn, s'inspire de l'esthétique des t-shirts Grateful Dead pour concevoir divers vêtements graphiques en hommage à la pop culture.

Parmi les derniers en date, des t-shirts à l'effigie de Fela Kuti et d'Alice Coltrane. Deux vêtements pour lesquels les deux fondateurs de la marque se sont plongés dans la discographie respective des artistes, ont fait des recherches sur leur vie et ont cherché à traduire une part de leur caractère dans le design.

Sur le site de la marque Only Ceramics. | Montage: Slate.fr

«J'ai moi aussi des t-shirts qui soulignent ma passion pour des artistes actuels, comme Doja Cat ou Dua Lipa», précise Aurélie, 28 ans, visiblement passionnée par cette nouvelle tendance. «Mais j'en ai également acheté certains simplement parce qu'ils me font rire et me permettent de faire un clin d'œil à un moment marquant, genre celui affichant Britney Spears et Justin Timberlake lorsqu'ils étaient encore ensemble.»

On comprend alors que l'aspect séduisant du t-shirt graphique est double: il s'agit à la fois de porter quelque chose de reconnaissable par les aficionados de l'artiste, mais aussi de s'afficher dans la rue avec un graphisme rapidement familier et attirant pour ceux qui n'ont qu'une connaissance superficielle de l'œuvre. «Je n'écoute pas spécialement de jazz, conclut Adrien, mais je pourrais totalement porter le t-shirt d'un saxophoniste si le design me plaît. Et puis, au-delà de la beauté du vêtement, c'est aussi l'occasion de s'intéresser par la suite à la discographie de l'artiste, non?»

Newsletters

Qui a tué Al Jackson Jr., l'un des plus grands batteurs de la soul music?

Qui a tué Al Jackson Jr., l'un des plus grands batteurs de la soul music?

Personne ne sait ce qui s'est réellement passé le 30 septembre 1975 au 3885 Central Avenue à Memphis. Abattu de cinq balles dans le dos, le musicien laisse derrière lui un mystère et un héritage majeur dans la musique noire-américaine.

«Cow» donne à voir la vie quotidienne d'une vache laitière, pour le meilleur et pour le pis

«Cow» donne à voir la vie quotidienne d'une vache laitière, pour le meilleur et pour le pis

Ce documentaire radical et énigmatique, en salle le 30 novembre, suit l'existence d'une vache laitière dans une ferme britannique.

L'explosion du tourisme à Athènes menace les sites antiques

L'explosion du tourisme à Athènes menace les sites antiques

Cette année, le nombre de visiteurs devrait atteindre 30 millions. Face à cet afflux de touristes, les autorités s'efforcent de trouver un équilibre entre les gains économiques et la conservation des sites patrimoniaux.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio