Santé

Boire quotidiennement réduirait de 9% le taux de fécondité chez les hommes

Temps de lecture : 2 min

Du côté des femmes, les chances d'avoir un enfant seraient quant à elles réduites de 7%.

Selon des chercheurs, l'alcool affecterait la fertilité des hommes en réduisant par exemple le nombre de spermatozoïdes. | Julia Nastogadka via Unsplash
Selon des chercheurs, l'alcool affecterait la fertilité des hommes en réduisant par exemple le nombre de spermatozoïdes. | Julia Nastogadka via Unsplash

Ce n'est pas une grande surprise. On sait maintenant depuis des années qu'une consommation d'alcool trop importante peut avoir des effets néfastes, parfois même désastreux, sur notre santé. Une récente étude repérée par The Independent vient toutefois mettre en lumière une nouvelle facette de ce phénomène en analysant le lien entre alcool et fécondité.

Selon les scientifiques à l'origine de ces travaux de recherche publiés dans la revue Acta Obstetricia et Gynecologica Scandinavica le 19 octobre dernier, les hommes qui suivent un traitement contre l'infertilité et qui consomment au minimum une boisson alcoolisée par jour réduisent leurs chances de réussite d'avoir un enfant de près d'un dixième. Du côté des femmes, celles qui boivent une quantité d'alcool similaire voient également leurs chances réduites d'environ 7%.

Les chercheurs avancent par ailleurs que l'alcool affecte la fertilité des hommes buvant quotidiennement «en réduisant le nombre de spermatozoïdes et en altérant leur taille, leur forme et leur mobilité.»

«Les couples doivent être conscients que certains facteurs de style de vie, tels que les habitudes de consommation d'alcool, peuvent affecter les résultats de leur traitement contre l'infertilité», commente dans les colonnes du journal britannique Yufeng Li, docteur et co-auteur de l'étude. «Mais la manière dont ces facteurs influent sur le système reproductif doit encore être élucidée par la recherche

La solution : ne plus boire du tout

Comment expliquer ce phénomène ? «Dans le processus du métabolisme de l'alcool, des dérivés réactifs de l'oxygène peuvent se former», précise Yufeng Li. Cette production excessive pourrait alors augmenter «le stress oxydant, qui est considéré comme un facteur contribuant à l'endométriose, au syndrome des ovaires polykystiques, ou encore à l'infertilité inexpliquée.»

Aussi, la consommation quotidienne d'alcool ou encore le tabagisme pourraient expliquer en partie pourquoi les scientifiques remarquent une détérioration des résultats de fécondations in vitro (FIV) chez certaines personnes. Si des couples souhaitent donc avoir un enfant, les experts sont catégoriques : mieux vaut ne plus boire du tout. Pour Yufeng Li, le niveau de consommation d'alcool le plus sûr est donc de... zéro.

Découverte par ailleurs intéressante : contrairement à d'autres travaux de recherche, les scientifiques à l'origine de cette récente étude n'ont pas identifié de lien direct entre la consommation de café et l'infertilité.

Newsletters

Pourquoi avons-nous le hoquet?

Pourquoi avons-nous le hoquet?

La science a parlé.

Pour soulager les urgences, il est urgent de soulager les médecins généralistes

Pour soulager les urgences, il est urgent de soulager les médecins généralistes

Alors que l'engorgement des urgences provoque de très longues attentes pour les patients ainsi que des drames humains, un meilleur accès à la médecine de ville pourrait faciliter les choses. Mais cette dernière aussi est débordée...

«Comment savoir si je suis influencée par mon enfance ou s'il se fout de ma gueule?»

«Comment savoir si je suis influencée par mon enfance ou s'il se fout de ma gueule?»

Cette semaine, Mardi Noir conseille une femme qui a traité en thérapie ses traumatismes de jeunesse mais se retrouve complètement perdue face à son mari, qui l'a humiliée et trompée à plusieurs reprises.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio