Sciences

Est-il vrai que cinq souvenirs d'enfance déterminent notre personnalité?

Temps de lecture : 2 min

C'est ce qu'implique le concept de «mémoire centrale», de plus en plus populaire.

Chaque fois que nous nous remémorons notre passé, nous avons la possibilité d'en modifier les détails. | Jon Tyson via Unsplash
Chaque fois que nous nous remémorons notre passé, nous avons la possibilité d'en modifier les détails. | Jon Tyson via Unsplash

Pourriez-vous hiérarchiser vos souvenirs? Et si l'on vous demandait de sélectionner les cinq plus significatifs? Que révéleraient-ils à votre sujet? Popularisée en 2015 par le film d'animation Vice-versa, la notion de «mémoire centrale» a récemment gagné TikTok. Selon ce concept, notre personnalité et nos comportements seraient déterminés par cinq souvenirs fondamentaux de notre enfance. Fausse croyance ou fait scientifique établi?

Eh bien, cette histoire de «mémoire centrale» est une invention de toutes pièces, dévoile ScienceAlert. Bien que nos souvenirs contribuent grandement à notre état psychologique, cette notion est erronée. Tout d'abord, la capacité de notre mémoire ne connaît aucune limite: les souvenirs autobiographiques conservés sur le long terme sont loin de se limiter au nombre de cinq.

À défaut de déterminer notre personnalité, ils occupent trois fonctions clés, décrites par les psychologues: ils «définissent le soi», c'est-à-dire que nous apprenons à nous connaître grâce à nos expériences passées; ils favorisent les liens sociaux avec autrui lorsque nous les racontons; et enfin, notre mémoire occupe une fonction directive puisqu'elle nous aide à tirer des leçons du passé pour résoudre des problèmes.

Il est important de souligner que les souvenirs ne sont pas seulement issus de notre enfance –bien au contraire. Connu sous le nom de «bosse de la réminiscence», un phénomène explique même que nos souvenirs les plus marquants se concentrent au début de l'âge adulte, entre 15 et 25 ans, tandis que ceux de nos premières années sont relativement pauvres. L'une des explications est que nos expériences les plus formatrices se produisent généralement à la fin de l'adolescence, lorsque l'estime de soi se stabilise.

Quand la mémoire nous joue des tours

Dans tous les cas, nul ne peut prédire quels souvenirs seront impérissables, même si les événements émotionnels viennent particulièrement s'ancrer dans notre mémoire. Il est même probable que nous oubliions de nombreux détails qui nous semblaient à l'époque primordiaux.

Par ailleurs, il faut se méfier des souvenirs inexacts. Ce n'est pas parce que nous en considérons certains comme faisant partie de la mémoire à long terme qu'ils sont véritables. En réalité, tous nos souvenirs sont susceptibles d'être mouvants, oubliés ou de comporter des maladresses. Ces erreurs sont en partie dues au fonctionnement de notre mémoire.

Lorsque nous encodons un souvenir, nous nous souvenons de l'essentiel et seulement de quelques détails. Ainsi, si l'on souhaite conter l'une de nos péripéties, nous allons reconstituer ce qui est fondamental et dont on se souvient, et remplir les trous de l'histoire pour combler ce que nous avons oublié.

En plus, nous avons tendance à réinterpréter la signification d'un événement selon les différentes étapes de notre vie. Par exemple, le souvenir joyeux de fiançailles peut s'assombrir avec l'introduction d'émotions négatives si jamais la relation amoureuse se termine. Chaque fois que nous nous remémorons notre passé, nous avons la possibilité d'en modifier les détails.

Bien que le concept de «mémoire centrale» soit complètement inventé, il est donc tout de même utile –la preuve ici– pour mettre en lumière l'importance de nos souvenirs.

Newsletters

Ce que mangeaient vraiment les hommes préhistoriques

Ce que mangeaient vraiment les hommes préhistoriques

Le fait d'ajouter des plantes ou des graines à son dîner et de modifier le goût des aliments est une habitude humaine qui remonte au moins à 70.000 ans, selon de nouvelles découvertes.

Pourquoi est-il impossible de diviser par 0?

Pourquoi est-il impossible de diviser par 0?

Même en mathématiques, il faut savoir faire preuve de créativité.

 Un virus «zombie» reprend vie après avoir passé 48.500 ans dans la glace sibérienne

Un virus «zombie» reprend vie après avoir passé 48.500 ans dans la glace sibérienne

De nouveaux microbes? C'est exactement ce dont on avait besoin.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio