Sciences

Des neurones cultivés en laboratoire ont appris à jouer à un jeu vidéo

Temps de lecture : 2 min

Ils jouent au célèbre jeu «Pong».

Les neurones ont réussi à jouer correctement en l'espace de 5 minutes. | Capture d'écran Youtube New Scientist
Les neurones ont réussi à jouer correctement en l'espace de 5 minutes. | Capture d'écran Youtube New Scientist

Serons-nous un jour battus à plate couture aux jeux vidéo par un mini-cerveau développé dans une boîte? Si la question fait sourire, elle n'a pourtant rien d'absurde. La preuve avec cette nouvelle relayée par la BBC: des chercheurs viennent tout juste de développer des neurones en laboratoire, et leur ont appris à jouer à un jeu vidéo. Une sorte de cerveau en boîte, qui apprendrait bien plus vite que les intelligences artificielles.

Pour leur expérience, l'équipe de scientifiques a prélevé des neurones de cerveaux embryonnaires de souris, mais aussi des neurones issus de cellules souches d'humains, qu'ils ont ensuite cultivés à l'aide de microélectrodes censés les stimuler. Au total, l'amas de neurones correspond plus ou moins à la taille du cerveau d'un bourdon, précise Science et Avenir.

Doués de sensation et d'un comportement intelligent, ces neurones ont ensuite été reliés via des électrodes à un jeu vidéo similaire au célèbre jeu «Pong». Le principe? Le joueur doit déplacer une raquette de gauche à droite pour relancer une petite balle contre un mur, avant que la balle ne revienne à nouveau. Le moins que l'on puisse dire, c'est que ce mini-cerveau apprend vite.

5 minutes pour apprendre à jouer

Les neurones étaient en capacité d'apprendre à jouer à ce jeu car ils ont une tendance à vouloir minimiser l'imprévisibilité de leur environnement. Les scientifiques se sont appuyés sur cette stratégie et, quand les neurones arrivaient à renvoyer la balle, ces derniers recevaient un signal systématiquement similaire, leur indiquant qu'ils avaient réussi. En revanche, s'ils se loupaient, un signal aléatoire leur était transmis. Soucieux de contrôler leur environnement, les neurones cherchaient donc à taper le plus possible dans la balle, pour recevoir toujours le même signal.

Leur apprentissage a été fulgurant. Malgré quelques ratés, les neurones ont réussi à jouer correctement en l'espace de 5 minutes! Un succès pour les scientifiques, qui rêvent d'un jour utiliser ce genre de mini cerveau pour traiter des informations plus larges et suppléer, peut-être, les ordinateurs.

Newsletters

Les cheveux roux ne vont pas disparaître avec le réchauffement climatique

Les cheveux roux ne vont pas disparaître avec le réchauffement climatique

À moins que toutes les personnes porteuses du gène ne périssent sans avoir eu d'enfant... ce qui est quasiment improbable.

Le chien descend-il vraiment du loup?

Le chien descend-il vraiment du loup?

Le meilleur ami de l'homme fait partie de nos vies depuis l'époque des chasseurs-cueilleurs et serait issu de la domestication du loup préhistorique. Oui, mais de quel loup parle-t-on?

Covid-19: faut-il vraiment s'affoler de l'émergence du variant Kraken?

Covid-19: faut-il vraiment s'affoler de l'émergence du variant Kraken?

Peut-être devrions-nous cesser de systématiquement nous alarmer outre mesure dès l'apparition d'un nouveau variant du virus.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio