Monde

Pourquoi les États-Unis n'utiliseront sans doute pas l'arme nucléaire, même si Poutine le fait

Temps de lecture : 9 min

Si le président russe y a recours, l'OTAN a les moyens d'annihiler son armée avec des armes conventionnelles.

Le président américain Joe Biden salue avant d'embarquer sur Air Force One, à la base militaire d'Andrews dans le Maryland, le 7 octobre 2021. | Nicholas Kamm / AFP
Le président américain Joe Biden salue avant d'embarquer sur Air Force One, à la base militaire d'Andrews dans le Maryland, le 7 octobre 2021. | Nicholas Kamm / AFP

Si Vladimir Poutine utilise des armes nucléaires pour échapper à la défaite dans sa guerre contre l'Ukraine, comment les États-Unis devront-ils réagir?

Cette question incite à envisager la perspective d'une guerre atomique avec plus de sérieux qu'à aucun autre moment depuis la crise des missiles de Cuba de 1962. Or, la réflexion des responsables du gouvernement américain a pris une direction plutôt étonnante, qui aurait été considérée comme hérétique et dangereuse il y a quelques années à peine.

La nouvelle surprise de cette crise, c'est que les hauts responsables américains pensent qu'ils pourraient répondre à une attaque nucléaire russe contre l'Ukraine non pas avec une attaque nucléaire en retour, mais plutôt avec une version plus intense et plus directe de l'offensive non nucléaire qu'ils aident l'Ukraine à mener aujourd'hui.

Un petit nombre d'armes nucléaires à faible puissance

Au fil des décennies, le débat a fait rage pour savoir si oui ou non, les États-Unis devraient répondre avec des armes nucléaires à une invasion de l'Europe par des armes conventionnelles. En revanche, on a toujours supposé, de façon tout à fait consensuelle, que si la Russie ou tout autre ennemi utilisait des armes nucléaires contre un pays allié, nous riposterions également avec des armes nucléaires.

Cette supposition, dogme jusqu'ici jamais remis en question, ne va plus de soi dans les sphères officielles. Comprendre comment, quand et pourquoi cet état des choses a changé mérite amplement une petite discussion.

À l'été 2016, vers la fin de la présidence de Barack Obama, les rapports des renseignements indiquaient que la Russie avait adopté une nouvelle doctrine militaire appelée «escalate to de-escalate» [l'escalade dans un but de désescalade]. Si la Russie perdait une guerre contre l'OTAN, elle lancerait un petit nombre d'armes nucléaires à faible puissance, soit pour repousser les armées occidentales, soit simplement pour envoyer un choc.

La théorie était que les dirigeants de l'OTAN, dans la crainte d'une aggravation catastrophique de cette escalade, arrêteraient la guerre et négocieraient la paix.

Simulation de guerre

Avril Haines, conseillère adjointe pour la Sécurité nationale d'Obama, a voulu tester cette théorie. Elle a convoqué une réunion d'adjoints du Conseil de sécurité nationale (NSC) pour faire une simulation de guerre afin de voir si la nouvelle stratégie de la Russie serait susceptible de contrecarrer la capacité de l'Amérique à projeter son pouvoir dans la région (parmi les participants figuraient des adjoints et des sous-secrétaires, ainsi que des officiers de second rang de l'état-major interarmées).

Le scénario du jeu était le suivant: la Russie envahit un pays balte, l'OTAN répond avec des représailles efficaces, la Russie lance une arme nucléaire à faible puissance contre les troupes de l'OTAN ou sur une base en Allemagne où des drones, des avions de combat et des bombes guidées sont déployés. La question est: quelle décision prendre? (Je décris ce jeu en détail dans mon livre paru en 2020, The Bomb [non traduit en français, ndlr].)

Les généraux présents dans la pièce ont commencé par discuter du nombre d'armes nucléaires que les États-Unis devraient lancer en représailles, et sur quelles cibles. C'est alors que Colin Kahl, conseiller à la sécurité nationale du vice-président Joe Biden, a levé la main.

«Instant décisif pour la planète»

Vous ne prenez pas assez de recul, a-t-il dit aux généraux. Lorsque la Russie lâchera une bombe atomique, nous serons face à un «instant décisif pour la planète» –l'occasion de rallier le monde entier contre la Russie, d'isoler et d'affaiblir Moscou politiquement, économiquement et militairement. Cependant, si nous ripostons avec des bombes atomiques, nous abandonnons cet avantage et, en plus, nous normalisons l'usage des armes nucléaires. Par conséquent, a poursuivi Colin Kahl, nous devrions poursuivre et intensifier la guerre conventionnelle, que nous sommes en train de gagner.

Quelques heures de discussions se sont ensuivies autour des calculs politiques de Kahl, de la force des armes conventionnelles de l'OTAN, de l'incertitude sur le lieu où il faudrait envoyer une bombe nucléaire le cas échéant, et de l'incertitude supplémentaire autour de l'hypothèse selon laquelle une réponse nucléaire permettrait d'arrêter la guerre plus vite ou avec plus de succès. Un consensus s'est fait jour: les États-Unis devraient répondre uniquement à l'aide d'opérations militaires conventionnelles de plus forte intensité.

Quelques armes nucléaires contre la Biélorussie

Un mois plus tard, le Principals Committee du NSC –le groupe de secrétaires de cabinets et de chefs militaires dirigé par Susan Rice, la conseillère à la Sécurité nationale– a joué au même jeu. À un moment, un responsable du département des Finances a avancé le même argument que Colin Kahl lors de la réunion des adjoints, mais il a été réduit au silence avec véhémence, notamment par le secrétaire à la Défense Ashton Carter, qui a insisté pour dire qu'il était crucial de répondre à une attaque nucléaire par une autre attaque nucléaire; c'est ce que les alliés attendent de nous; si nous ne le faisons pas, ce sera une catastrophe pour l'OTAN, la fin de toutes nos alliances, la fin de la crédibilité de l'Amérique dans le monde entier.

Le chef d'état-major et le secrétaire à l'Énergie étaient d'accord avec Carter. Antony Blinken, secrétaire d'État adjoint, qui remplaçait John Kerry en déplacement, était indécis, et disait voir la logique des deux points de vue.

La question s'est donc orientée vers le domaine opérationnel. Où faudrait-il diriger la riposte nucléaire? Quelqu'un suggéra Kaliningrad, mais on souligna que cette ville faisait partie de la Russie; si les États-Unis y lançaient une attaque nucléaire, la Russie pourrait faire la même chose aux États-Unis. Pourquoi ne pas frapper l'envahisseur russe dans les pays baltes? Eh bien dans ce cas, les bombes tueraient aussi beaucoup de citoyens baltes.

Finalement, les généraux se sont mis d'accord sur le lancement de quelques armes nucléaires contre l'ancienne république soviétique de Biélorussie, alors même que jusqu'ici dans le jeu, le pays n'avait joué aucun rôle dans la guerre. Puis le jeu a été arrêté. Ce qui se passerait ensuite –la Russie reculerait-elle, intensifierait-elle l'escalade, ce qu'il nous faudrait faire après– est resté dans les limbes.

La version réelle de ce jeu

Lorsqu'Avril Haines a appris que les hauts responsables du NSC avaient terminé le jeu en utilisant des armes nucléaires, même en sachant que cela ne permettrait pas forcément d'arrêter ou de gagner la guerre, elle a suggéré d'imprimer des t-shirts avec marqué: «Laissez les adjoints diriger le monde.»

«Vous pensez vraiment que je vous le dirais si je le savais avec précision? Il est évident que je ne vais rien vous dire. Les conséquences seraient immenses.»
Joe Biden dans l'émission «60 Minutes»

Aujourd'hui, dans une certaine mesure, c'est ce qui se passe. Colin Kahl est sous-secrétaire à la politique de défense. Avril Haines est directrice des renseignements américains. Antony Blinken est secrétaire d'État. Et tous les trois ont travaillé très étroitement sous Joe Biden, qui est devenu président.

Ce que Biden ferait dans une version réelle de ce jeu reste flou. Lorsqu'il a récemment été interrogé sur le sujet dans l'émission «60 Minutes», il a répondu: «Vous pensez vraiment que je vous le dirais si je le savais avec précision? Il est évident que je ne vais rien vous dire. Les conséquences seraient immenses. [Les Russes] seront plus que jamais les parias du monde. Et la mesure de ce qu'ils feront déterminera le type de réponse.»

La moitié ou deux tiers d'Hiroshima

Cette réponse laisse ouverte la possibilité de répondre à des armes nucléaires avec des armes nucléaires. N'importe quel président garderait cette option sous le coude, ne serait-ce que pour décourager Poutine de frapper le premier.

Sans les faits, la doctrine militaire «escalate to de-escalate» de la Russie a poussé les États-Unis à placer des ogives nucléaires de faible puissance sur certains de ses missiles Trident portés par des sous-marins –de sorte que si la Russie lançait quelques armes nucléaires de faible intensité, les États-Unis pourraient répondre avec les leurs (les armes nucléaires de «faible intensité» américaines exploseraient avec une puissance équivalente à la moitié ou aux deux tiers de la bombe qui a rasé Hiroshima).

«Nous répondrions [à l'usage d'armes nucléaires par la Russie] en dirigeant une démarche [...] qui détruirait toutes les armes conventionnelles russes que nous sommes capables d'identifier.»
David Petraeus, général à la retraite

Mais l'accent mis par Biden sur l'idée de faire de la Russie un «paria» abonde certainement dans le sens de l'argument de Kahl selon lequel il ne serait pas nécessaire de riposter avec des armes nucléaires. Pour l'instant, le cours de la guerre entre la Russie et l'Ukraine tend à justifier cette position. L'armée russe s'est avérée bien moins redoutable et bien moins compétente que ne l'avaient projeté les estimations des services de renseignement.

Les forces ukrainiennes, dotées d'armes de l'OTAN et de renseignements fournis par les États-Unis, ont repoussé l'armée russe et l'orientent vers une double contre-offensive. Et tout cela sans implication directe de soldats ou de pilotes de l'OTAN. Imaginez un peu ce qui se produirait si des soldats ou des pilotes de l'OTAN étaient impliqués.

La perspective d'une attaque conventionnelle suffisante

Le général à la retraite David Petraeus a récemment énoncé un scénario possible sur ABC News. «Juste pour formuler une hypothèse», a exposé l'ancien chef de guerre américain, «nous répondrions [à l'usage d'armes nucléaires par la Russie] en dirigeant une démarche [...] de l'OTAN qui détruirait toutes les armes conventionnelles russes que nous sommes capables de voir et d'identifier sur le champ de bataille en Ukraine et également en Crimée, et tous les bateaux de la mer Noire.»

Les États-Unis et l'OTAN pourraient tout à fait conduire une telle attaque sans utiliser d'armes nucléaires. Compte tenu de ce que nous avons vu jusqu'à présent dans la guerre, il semble que les renseignements américains connaissent avec une bonne précision la localisation de chaque unité russe en Ukraine, l'endroit où elle se rend, ce que disent ses officiers –en bref, ce pilonnage total pourrait probablement être exécuté, principalement avec des frappes d'artillerie et aériennes, assez rapidement.

L'implication est conséquente: non seulement une attaque conventionnelle (c'est-à-dire non nucléaire) massive par l'OTAN et les États-Unis pourrait neutraliser totalement la machine de guerre russe en Ukraine, mais la perspective d'une telle attaque pourrait dissuader Poutine de faire quoi que ce soit qui la déclencherait.

En d'autres termes, la menace de l'escalade non nucléaire de l'OTAN pourrait dissuader la Russie d'utiliser des armes nucléaires. Ou, pour le dire plus succinctement, au moins en ce qui concerne cette guerre-là, les États-Unis et l'OTAN n'ont pas besoin d'armes nucléaires pour dissuader la Russie d'utiliser ses armes nucléaires.

Peu d'utilité pour les armes nucléaires

La guerre en Ukraine confirme une autre leçon tirée du jeu de simulation du NSC d'Obama: que les armes nucléaires ont peu d'utilité, voire aucune, sur le champ de bataille. À la fois dans le jeu et dans la vie réelle, des armes atomiques américaines n'auraient aucune cible appropriée, pourraient ne pas mettre un terme à la guerre (elles pourraient même, au contraire, l'intensifier) et elles ne sont pas nécessaires –une force militaire conventionnelle peut arriver au même résultat.

Un arsenal nucléaire peut dissuader un ennemi de lancer des armes nucléaires ou simplement d'intervenir dans une guerre. L'arsenal de Poutine est, après tout, la seule raison pour laquelle l'OTAN n'a pas envoyé ses propres troupes en Ukraine. Mais une fois le seuil nucléaire franchi, tout devient possible. Ce qui se passe après le premier «échange nucléaire» –quel camp a l'avantage, qui va gagner, qui va perdre ou le sens même de ces mots–, personne ne le sait.

Malgré les volumes et les essais plus complexes les uns que les autres écrits pendant des décennies sur la guerre et la gestion de l'escalade nucléaires, tout n'est que brouillard impénétrable. Ce manque de clarté rend difficile, peut-être même totalement impossible, la planification d'une stratégie militaire rationnelle autour des armes nucléaires.

Bien entendu, que moi je dise cela ou que de hauts fonctionnaires américains en soient convaincus est une chose (si c'est le cas, bien entendu). C'en est une autre que Poutine le croie, lui –et ces jours-ci, on ne sait pas trop ce qu'il est susceptible de penser. Personne n'a été assez fou pour lancer une bombe atomique depuis 1945. La question, c'est: jusqu'où peut aller la folie de Poutine?

Newsletters

Des trois cercles proches de Poutine, lequel prendra l'ascendant à l'issue de la guerre en Ukraine?

Des trois cercles proches de Poutine, lequel prendra l'ascendant à l'issue de la guerre en Ukraine?

[TRIBUNE] Si l'offensive militaire se solde par une défaite, il y aura un changement de régime en Russie. À l'inverse, si les Russes l'emportent, on peut anticiper un durcissement. Dans tous les cas, le statu quo est exclus.

De l'angoisse de vivre dans une zone sismique

De l'angoisse de vivre dans une zone sismique

[BLOG You Will Never Hate Alone] Le tremblement de terre en Turquie m'a rappelé que je vivais dans l'un des endroits les plus à risques de la planète.

Tir mortel sur un tournage: pourquoi Alec Baldwin pourrait être reconnu coupable

Tir mortel sur un tournage: pourquoi Alec Baldwin pourrait être reconnu coupable

Bien qu'il semble s'agir d'un accident, les procureurs pourraient avoir de bonnes raisons d'accuser l'acteur de négligence aggravée, après son tir mortel sur le tournage du film «Rust» en octobre 2021.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio