Santé / Société

Ménopause au travail: les entreprises ont encore du chemin à faire

Temps de lecture : 2 min

Ignorer cette période de la vie des femmes peut avoir de lourdes conséquences professionnelles.

Une Américaine sur cinq aurait déjà envisagé de prendre sa retraite anticipée ou de quitter son emploi à cause d'un manque de soutien pendant la ménopause. | LinkedIn Sales Solutions via Unsplash
Une Américaine sur cinq aurait déjà envisagé de prendre sa retraite anticipée ou de quitter son emploi à cause d'un manque de soutien pendant la ménopause. | LinkedIn Sales Solutions via Unsplash

Bouffées de chaleur, sueurs nocturnes, fatigue, sautes d'humeur... La ménopause affecte la vie personnelle et professionnelle de nombreuses femmes. Selon une étude citée par Quartz, sur les 1.000 personnes en périménopause ou en ménopause interrogées aux États-Unis, 79% ont décrit le fait de travailler pendant cette période comme un défi. Les entreprises ont-elles un rôle à jouer? Si oui, lequel?

On dit que la vie s'améliore après 40 ans, mais il y a quand même quelques inconvénients. Brooke Quinn, directrice de la clientèle chez Carrot Fertility, un organisme fournissant des conseils aux entreprises en matière de santé, raconte: «De l'extérieur, on pense que je m'épanouis, mais personne ne voit les réelles difficultés auxquelles je dois faire face quotidiennement à cause de la ménopause. Même en étant issue du milieu médical, je peine à comprendre mes symptômes et leurs conséquences sur mon cerveau et sur mon corps

Brooke Quinn est loin d'être un cas isolé. On estime que 1,1 milliard de femmes dans le monde seront ménopausées d'ici à 2025, sans que le sujet ne soit pris en compte d'un point de vue médical ou sociétal. «Moins d'un professionnel en gynécologie et obstétrique sur cinq reçoit une formation officielle sur la ménopause aux États-Unis», informe la dirigeante.

Au travail, ignorer les effets de l'arrêt de l'ovulation peut pourtant avoir de lourdes conséquences. Selon une étude menée auprès de femmes américaines, une sur cinq a déjà envisagé de prendre sa retraite anticipée ou même de quitter son emploi en raison d'un manque de soutien pendant cette période de la vie. Beaucoup souffrent en silence: 40% des répondantes ont déclaré s'absenter en raison de symptômes trop handicapants, 59% ont affirmé être obligées de cacher le motif de leur absence.

Comment agir?

«ll est temps que les employeurs prennent le relais pour nous aider à trouver une solution, estime Brooke Quinn. Cette période intervient à un moment clé de notre carrière, lorsque nous pouvons accéder à des postes de direction. À la place, la ménopause engendre une perte de productivité et ses conséquences économiques dans le monde, estimées à 150 milliards de dollars par an, ne sont pas à négliger.»

Selon la spécialiste, trois facteurs pourraient améliorer la productivité: l'éducation, un meilleur accès aux soins et un sentiment d'appartenance. Concernant le premier critère, les entreprises pourraient mettre à disposition des ressources éducatives nécessaires sur la façon de gérer les symptômes. «L'inclusion de l'âge dans les formations peut aider à sensibiliser davantage au quotidien de tous les employés vieillissants, et pas seulement ceux touchés par la ménopause», suggère également Brooke Quinn.

Éprouver un sentiment d'appartenance, notamment au travers de groupes d'employés, favoriserait aussi l'épanouissement de nombreuses femmes. Créer une communauté qui initierait des discussions entre personnes salariées permettrait d'éviter toute forme d'exclusion et installerait un climat de confiance.

Enfin, consulter un médecin qualifié pour la ménopause devrait être aussi courant qu'accéder aux soins dentaires. «Si les employés sont en bonne santé, les entreprises voient leurs frais diminuer, ce qui attire de nouveaux candidats», commente Brooke Quinn.

«Le moment est venu de libérer la parole autour d'un sujet encore trop tabou dans le milieu professionnel. Chaque femme doit avoir un lieu de travail favorable à son plein épanouissement, et ce, quel que soit son âge.»

Newsletters

Pourquoi avons-nous le hoquet?

Pourquoi avons-nous le hoquet?

La science a parlé.

Pour soulager les urgences, il est urgent de soulager les médecins généralistes

Pour soulager les urgences, il est urgent de soulager les médecins généralistes

Alors que l'engorgement des urgences provoque de très longues attentes pour les patients ainsi que des drames humains, un meilleur accès à la médecine de ville pourrait faciliter les choses. Mais cette dernière aussi est débordée...

«Comment savoir si je suis influencée par mon enfance ou s'il se fout de ma gueule?»

«Comment savoir si je suis influencée par mon enfance ou s'il se fout de ma gueule?»

Cette semaine, Mardi Noir conseille une femme qui a traité en thérapie ses traumatismes de jeunesse mais se retrouve complètement perdue face à son mari, qui l'a humiliée et trompée à plusieurs reprises.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio