Sciences

La fumée des incendies peut contenir des champignons mortels

Temps de lecture : 2 min

Elle constitue un véritable risque pour notre santé, mais quelles en sont les réelles répercussions?

La fumée des feux de forêt affecte notre système immunitaire. | Joanne Francis via Unsplash
La fumée des feux de forêt affecte notre système immunitaire. | Joanne Francis via Unsplash

Cet été, la Terre s'est enflammée. En Europe aussi bien qu'outre-Atlantique, de gigantesques flammes ont ravagé plusieurs milliers d'hectares. Alors que le nombre d'incendies ne cesse de battre des records, les chercheurs ont étudié les répercussions sur notre santé, et ces catastrophes naturelles sont loin d'être sans danger.

Comme le rapporte Wired, les agents pathogènes présents dans le sol constituent une réelle inquiétude pour les pompiers, mais ce ne sont pas les seuls touchés. Les civils font également face à plusieurs menaces, la fumée des feux de forêt pouvant transporter des spores à l'origine de la fièvre de la Vallée –propre aux États-Unis –et diverses infections.

En plus de l'odeur particulièrement désagréable, les scientifiques ont compris depuis de nombreuses années que les incendies comportent des risques importants pour la santé en raison des gaz nocifs et des particules de suie. Ces derniers déclenchent non seulement de l'asthme et des soucis respiratoires, mais nuisent également au système immunitaire sur le long terme. Les potentiels dégâts ne s'arrêtent pas là et s'avèrent même plus inquiétants.

Les incendies ne pardonnent rien: ils emmènent tout sur leur passage, y compris les agents pathogènes présents dans les sols et la végétation carbonisée. Le problème? Nombre de ces microbes sont encore vivants et donc capables d'engendrer des infections. Ce sont les champignons qui inquiètent spécifiquement les chercheurs au vu des maladies difficiles à traiter qu'ils provoquent –parfois mortelles.

Ces ravages ne sont plus à prouver. Une première étude a établi une corrélation entre un incendie survenu en 2017 en Californie et l'augmentation du nombre d'infections fongiques chez des patients hospitalisés à plus de 300 kilomètres du site. «Ces panaches de fumée s'étendent souvent sur plusieurs États. Si vous êtes à 800 ou 900 kilomètres, vous pouvez constater l'accentuation de symptômes. Malheureusement, beaucoup de personnes ne font pas le lien», souligne George R. Thompson, médecin et professeur à la faculté de médecine de l'Université de Californie à Davis. Pour préciser les résultats, un projet de 1,2 million de dollars dirigé par l'Université de Floride s'efforce d'identifier le contenu de la fumée et de prévenir les risques microbiens qu'elle peut présenter (des particules aussi petites pouvant pénétrer profondément dans les voies respiratoires). Le fonctionnement du système serait d'autant plus affecté à mesure que baisse la production de lymphocytes T, cellules aidant l'organisme à se défendre contre les agents pathogènes.

Quelles solutions?

La science bénéficie d'un excellent agent de terrain: le drone. Grâce à cet outil technologique capable d'analyser les panaches de fumée, Leda Kobziar, spécialiste des feux de forêt, a démontré que les types de microbes diffèrent selon l'emplacement de l'incendie, le taux de combustion et le combustible.

Pour Leda Kobziar, une seule solution: utiliser la technique du brûlage dirigé, c'est-à-dire éliminer le bois mort et les broussailles qui seraient autrement en proie aux flammes. Effectuée dans des lieux stratégiques, une combustion complète peut être réalisée, ce qui signifie que «les produits polluants sont minimisés par rapport à la quantité de combustible consommée», développe la professeure. Selon elle, les conditions seraient alignées de manière à ce que la fumée ne perdure pas dans des zones peuplées.

Cependant, tout le monde ne partage pas cet avis. Qualifiée de «trop risquée» par certains politiciens, cette procédure, vendue comme capable de limiter la propagation des champignons, devra patienter avant de faire ses preuves.

Newsletters

Les cheveux roux ne vont pas disparaître avec le réchauffement climatique

Les cheveux roux ne vont pas disparaître avec le réchauffement climatique

À moins que toutes les personnes porteuses du gène ne périssent sans avoir eu d'enfant... ce qui est quasiment improbable.

Le chien descend-il vraiment du loup?

Le chien descend-il vraiment du loup?

Le meilleur ami de l'homme fait partie de nos vies depuis l'époque des chasseurs-cueilleurs et serait issu de la domestication du loup préhistorique. Oui, mais de quel loup parle-t-on?

Covid-19: faut-il vraiment s'affoler de l'émergence du variant Kraken?

Covid-19: faut-il vraiment s'affoler de l'émergence du variant Kraken?

Peut-être devrions-nous cesser de systématiquement nous alarmer outre mesure dès l'apparition d'un nouveau variant du virus.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio