Culture

«Les Harkis», lumières nuancées sur une tache encore opaque

Temps de lecture : 2 min

Le nouveau film de Philippe Faucon revient avec attention et vigueur sur un des aspects décisifs, mais toujours mal connu, de la guerre d'Algérie.

La jeune recrue Salah (Mohamed Mouffok) reçoit les instructions du sous-officier harki Si Ahmed (Omar Boulakirba). | Pyramide Distribution
La jeune recrue Salah (Mohamed Mouffok) reçoit les instructions du sous-officier harki Si Ahmed (Omar Boulakirba). | Pyramide Distribution

Les Harkis de Philippe Faucon raconte exactement ce qu'annonce son titre: non pas une abstraction, ou même un fait historique, mais ce qu'il est advenu à des personnes. Ce faisant, il prend en charge cette tache sanglante sur ce que certains appellent l'«honneur de la France»: l'abandon par son gouvernement et par son armée de ceux qui, par centaines de milliers, avaient combattu à leurs côtés contre les forces de libération de l'Algérie (FLN).

Faucon ne rajoute pas de romanesque, de ruses psychologiques ni d'astuces sociologiques. Avec une impressionnante économie de moyens narratifs, mais une grande attention aux personnages et aux situations, il accompagne les processus qui ont vu des Algériens rejoindre l'armée française, pour des motivations diverses dont le scénario expose un catalogue non exhaustif, et ce qu'il en advint.

Comme filmé à mi-voix

Posé, comme filmé à mi-voix, le film du réalisateur de La Trahison et de Fatima n'en est que plus fort dans sa façon de venir enfin porter une lumière sur cette tragédie si longtemps restée taboue dans l'imaginaire collectif –même s'il y a bien eu déjà un téléfilm sur le sujet en 2006, Harkis, d'Alain Tasma, qui avait eu le courage d'affronter la question, mais qui se passait entièrement en France.

Les ouvrages récents d'historiens (Les Harkis, de Fatima Besnaci-Lancou et Abderahmen Moumen, ou encore Le Dernier Tabou–Les “harkis”restés en Algérie après l'indépendance, de Pierre Daum) ont désormais battu en brèche les légendes entourant cette histoire sombre, longtemps à la fois occultée et caricaturée des deux côtés de la Méditerranée.

Assurément, ce que montre le film de Philippe Faucon n'est pas LA vérité. C'est, au plus près de ce qu'on peut attendre du cinéma, une façon de donner des corps et des visages à ces centaines des milliers d'hommes, soldats d'une sale guerre et qui se retrouvent pris dans un engrenage fatal.

Ni absoudre ni condamner

Ce faisant, Faucon ne simplifie pas l'histoire, au contraire, il en renforce la complexité à travers un ensemble de portraits et de trajectoires individuelles, sans jamais laisser entendre que tout se vaudrait, sans occulter combien le combat pour l'indépendance était fondamentalement légitime.

À l'heure du référendum sur l'autodétermination qui ouvre la voie à l'indépendance, les harkis et leur officier (Théo Cholbi) face à l'angoisse du sort de ceux qui ont porté l'uniforme de la puissance coloniale. | Pyramide Distribution

Aussi nuancée soit-elle, à propos d'événements d'une extrême violence, la lumière que projette Les Harkis n'esquive pas les atrocités et les impasses dans lesquelles tant de personnes ont été prises, et auxquelles tant ont pris une part active. Il ne s'agit ici ni d'absoudre ni de condamner, mais d'entrevoir des éléments de réalité, y compris les moins plaisants.

Mais cette lumière éclaire sans ambigüité où se situe l'essentiel de la responsabilité de ce qui allait devenir les violentes représailles qui suivirent la victoire du FLN: au crime inexpiable des 132 ans de colonisation en Algérie, et aux innombrables horreurs qu'elle a entraînées, s'ajoutait in fine cette infamie supplémentaire.

Les critiques cinéma de Jean-Michel Frodon sont à retrouver dans l'émission «Affinités culturelles» de Tewfik Hakem, le dimanche de 15h à 16h sur France Culture.

Cet article est une version modifiée et allongée de celui publié sur Slate.fr le 21 mai 2022, lors de la présentation du film au Festival de Cannes.

Les Harkis

de Philippe Faucon,

avec Mohamed Mouffok, Omar Boulakirba, Mehdi Mellouk, Amine Zorgane, Théo Cholbi, Pierre Lottin

Séances

Sortie le 12 octobre 2022

Durée: 1h22

Newsletters

«Mourir à Ibiza», inattendu conte d'étés

«Mourir à Ibiza», inattendu conte d'étés

Ce premier film de trois jeunes réalisateurs emprunte des chemins qui paraissaient prévisibles, et mène dans des directions aussi inattendues que réjouissantes.

Kanye West: Twitter, Hitler et le trouble bipolaire

Kanye West: Twitter, Hitler et le trouble bipolaire

Mois après mois, les propos polémiques du rappeur l'enfoncent dans la tourmente. Sa pathologie mentale peut-elle en être la cause?

Sept beaux DVD et Blu-ray à offrir, pour faire (re)découvrir des films superbement restaurés

Sept beaux DVD et Blu-ray à offrir, pour faire (re)découvrir des films superbement restaurés

Surfant souvent sur la vague de la restaurations d'œuvres du patrimoine, le DVD offre des rencontres et des retrouvailles réjouissantes et stimulantes, du Moyen Âge réinventé d'un poète visionnaire aux éclats innombrables de la Nouvelle Vague.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio