Santé

Ce que l'addiction à l'héroïne ou à la cocaïne dégrade dans le cerveau

Temps de lecture : 2 min

Cela peut provoquer une diminution de la substance blanche et entrainer des difficultés à transmettre certaines informations.

Déficit de substance blanche. Image d'illustration. | Anna Shvets via Pexels 
Déficit de substance blanche. Image d'illustration. | Anna Shvets via Pexels 

Selon une nouvelle étude, l'addiction à l'héroïne ou à la cocaïne est en partie due aux conséquences de ces substances sur le cerveau et en particulier parce qu'elles atteignent les capacités des parties de celui-ci à communiquer entre elles.

Le cerveau d'un addict contiendrait moins de substance blanche que celui d'une personne qui ne consomme pas de drogues. Or, c’est cette substance blanche qui permet de relier toutes les parties du cerveau entre elles et aide à transmettre les informations nécessaires à son bon fonctionnement.

Les chercheurs de l'école de médecine Icahn du Mount Sinai aux États-Unis, responsables de cette nouvelles recherche, avaient déjà constaté ces conséquences sur des rongeurs rendus addicts en laboratoire, c'est cependant la première fois qu'une étude est réalisée avec des toxicomanes.

L'habénula

Les universitaires américains ont étudié les liens entre le cortex préfrontal, partie du cerveau essentielle à la régulation des fonctions exécutives, à la prise de décision et l'habénula, région qui joue un rôle essentiel dans notre compréhension des risques et des récompenses d'une action.

Pour cette étude, les chercheurs ont réalisé des scanners afin d’examiner la différence entre les cerveaux de personnes saines avec celles d’addicts à la cocaïne ou l’héroïne. Même chez des personnes ayant arrêté récemment la prise de substance, la transmission entre le cortex préfrontal et l'habénula est altérée.

Le fait que le cerveau d'addicts à la cocaïne et à l'héroïne (respectivement stimulant et opioïdes) présente les mêmes perturbations suggère que cela pourrait être le cas pour l'addiction de manière générale, estime Sarah King, l'autrice principale de l'étude. Cela pourrait aussi signifier que certaines personnes ont des prédispositions à l'addiction ou la rechute selon l'état de fonctionnement de leur cerveau.

Elle ajoute que les chercheurs ont découvert que «la dégénération est plus importante chez les utilisateurs ayant consommé de la drogue pour la première fois à un jeune âge, ce qui pointe vers un rôle potentiel de ce circuit d'informations dans le développement de facteurs de risques de mortalité précoce.»

Ces résultats pourraient permettre de faire progresser la recherche en cours dans ce domaine en ciblant un circuit jusqu'ici inexploré chez l'homme, ce qui pourrait potentiellement faire l'objet d'un traitement personnalisé ou d'efforts de prévention, conclut l'étude.

Newsletters

Pourquoi avons-nous le hoquet?

Pourquoi avons-nous le hoquet?

La science a parlé.

Pour soulager les urgences, il est urgent de soulager les médecins généralistes

Pour soulager les urgences, il est urgent de soulager les médecins généralistes

Alors que l'engorgement des urgences provoque de très longues attentes pour les patients ainsi que des drames humains, un meilleur accès à la médecine de ville pourrait faciliter les choses. Mais cette dernière aussi est débordée...

«Comment savoir si je suis influencée par mon enfance ou s'il se fout de ma gueule?»

«Comment savoir si je suis influencée par mon enfance ou s'il se fout de ma gueule?»

Cette semaine, Mardi Noir conseille une femme qui a traité en thérapie ses traumatismes de jeunesse mais se retrouve complètement perdue face à son mari, qui l'a humiliée et trompée à plusieurs reprises.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio