Société

Les fringues décontractées vont-elles se démocratiser au travail?

Temps de lecture : 2 min

La crise du Covid pourrait nous laisser en héritage l'abandon des dress codes professionnels.

De moins en moins d'employés privilégient une tenue formelle pour aller travailler. | Piotr Szulawski via Unsplash
De moins en moins d'employés privilégient une tenue formelle pour aller travailler. | Piotr Szulawski via Unsplash

En jogging ou claquettes-chaussettes, installés dans leurs foyers, de nombreux employés laissent au placard leurs tenues formelles quand ils télétravaillent. Alors, qu'adviendra-t-il des codes vestimentaires professionnels? Les vêtements décontractés vont-ils se démocratiser dans les entreprises? Après avoir popularisé le travail à distance, la pandémie est en passe de bouleverser les dress codes.

Cette crise sanitaire n'aura pas seulement eu des répercussions désastreuses. Elle a, entre autres, permis de prendre conscience que nous pouvons exceller professionnellement sans pour autant nous mettre sur notre trente-et-un.

Bien au contraire, même: selon une enquête relayée par Fast Company, plus de 80% des individus interrogés ont déclaré être plus performants au travail lorsqu'ils portaient des vêtements informels. De plus, 76% du panel estiment que ces tenues aideraient à créer de meilleurs liens entre collègues.

Enfin, certains envisageraient même de démissionner s'ils étaient amenés à retourner aux anciens standards. «Nous ne souhaitons pas supprimer notre authenticité , elle reflète qui nous sommes réellement», commente Ritu Bhasin, écrivaine et fondatrice de la société de conseil Bhasin Consulting. L'authenticité devient donc une valeur fondamentale pour cultiver l'inclusion, l'équité, mais aussi la productivité.

Un dress code qui pose question

Si les codes vestimentaires en vigueur avant le Covid-19 semblent désormais dépassés, certains secteurs d'activité peinent tout de même à intégrer de nouvelles normes.

D'après Ritu Bhasin, cette difficulté résulterait de préjugés reposant sur l'apparence qui persistent dans les équipes dirigeantes. Ces opinions préconçues seraient fondées sur les vêtements, les bijoux, le maquillage mais également la taille, le poids et l'identité ethnoculturelle. Dans une récente étude, plus d'un employé sur quatre a affirmé être victime de discrimination basée sur son physique.

Pour Ritu Bhasin, la peur d'être jugé pousse les travailleurs à se conformer à la société: «Les directeurs doivent faire un réel travail d'introspection pour briser les préjugés qu'ils peuvent avoir. Il faut qu'ils se rendent compte de la façon dont ils étiquettent une personne ayant une tenue vestimentaire qui leur déplaît. Certains d'entre eux craignent que la suppression des normes invite les employés à se présenter en pyjama. Le cas échéant, une conversation individuelle réglera le souci.»

Compte tenu des nombreuses contraintes qui pèsent sur le monde du travail, un peu de décontraction ferait-il tant de mal?

Newsletters

Panique

Panique

Harry et Meghan, symbole d'une époque malade d'insignifiance

Harry et Meghan, symbole d'une époque malade d'insignifiance

[BLOG You Will Never Hate Alone] De retour sur Netflix, on va bouffer jusqu'à la nausée des aventures de ce couple doué pour rien mais assez malin pour apparaître comme indispensable à la marche du monde.

«J'espère que tu viendras me voir parce que je ne suis pas un monstre»

«J'espère que tu viendras me voir parce que je ne suis pas un monstre»

[Épisode 4] Céline Vasselin avait-elle des raisons de se sentir menacée par Sliman Amara, son conjoint qu'elle a assassiné? Une seule chose est certaine: dans leur entourage, pas grand monde n'a vu grand-chose.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio