Culture

Quel crime a commis Skyler White pour que les téléspectateurs la détestent autant?

Temps de lecture : 8 min

Dans la liste des personnages féminins les plus détestés du petit écran, l'héroïne de «Breaking Bad» arrive presque toujours en haut du podium.

Skyler White (Anna Gunn) dans la saison 5 de Breaking Bad. | Capture d'écran Film Coverage Trailer via YouTube
Skyler White (Anna Gunn) dans la saison 5 de Breaking Bad. | Capture d'écran Film Coverage Trailer via YouTube

Hystériques, superficielles, traînées, coincées, carriéristes… Généralement réduites à des clichés misogynes, les anti-héroïnes passent souvent sous les radars de la critique, quand elles ne suscitent pas le rejet pur et simple des téléspectateurs.

Pourtant, ces personnages parfois difficiles à aimer brisent les codes de la féminité et contribuent à élargir les normes très restrictives de la représentation des femmes à l'écran, permettant un processus d'identification puissant pour toutes celles qui ne se retrouvent pas dans les standards traditionnels.

De la peste Cordelia (Buffy contre les vampires) aux mères indignes Livia Soprano (Les Soprano) et Cersei Lannister (Game of Thrones), Petit éloge des anti-héroïnes de séries, écrit par Anaïs Bordages et Marie Telling et paru aux Éditions Les Pérégrines le 6 octobre 2022, propose un panorama original des femmes les plus subversives du petit écran.

Nous vous en proposons un extrait, à propos d'un des personnages les plus injustement détestés des séries télé, Skyler White, de Breaking Bad.

Dans les listes des personnages féminins les plus détestés du petit écran, Skyler White arrive presque toujours en haut du podium. Son crime? Avoir exprimé des inquiétudes quant à la carrière de son mari (un prof de chimie devenu dealer-meurtrier après avoir été diagnostiqué d'un cancer du poumon) et à son comportement de plus en plus agressif et menaçant envers elle. Personne n'a mieux su expliquer le degré démesuré de vitriol sexiste dont le personnage a été victime que son interprète elle-même, Anna Gunn.

Dans une tribune publiée dans le New York Times, l'actrice déplore les nombreuses menaces et le harcèlement en ligne dont elle, et pas seulement le personnage de Skyler, a fait l'objet. Au cours de la diffusion de la série, des groupes Facebook, des forums ou des blogs s'en donnent à cœur joie pour critiquer Skyler, perçue comme l'un des principaux obstacles à la réussite de Walter.

Une partie de cette perception peut logiquement s'expliquer par la manière dont la série est écrite. C'est en effet d'abord à elle que notre anti-héros cache ses agissements, et la tension des premières saisons repose en grande partie sur la possibilité que Skyler découvre le secret de son mari.

Lorsqu'elle apprend enfin, après avoir mené sa petite enquête, que Walt fabrique de la meth pour fournir de dangereux dealers, on comprend parfaitement que son premier réflexe soit d'être horrifiée, puis d'exiger des explications. Mais c'en est déjà trop pour certains amateurs de la série.

«Est-ce que quelqu'un pourrait me dire où vit Anna Gunn pour que je puisse la tuer?», aurait ainsi écrit un internaute particulièrement remonté. Lors d'un événement public, un homme se serait également levé pour poser à l'actrice la question suivante: «Why is your character such a bitch?» («Pourquoi est-ce que votre personnage est une telle connasse?») C'est comme si certains avaient adopté la rhétorique toxique de leur anti-héros favori.

Walter White, responsable de la mort de nombreux personnages de la série et de plus en plus abusif avec Skyler, sa famille et Jesse, n'est jamais accablé de la même manière par les fans. Dans un sens, c'est compréhensible: il s'agit du protagoniste principal de l'histoire, celui qu'on continue de soutenir même lorsqu'il commet l'impardonnable. Walt fait partie des anti-héros légendaires des années 2000, à l'instar de Tony Soprano ou Don Draper, des hommes imparfaits voire moralement corrompus que l'on ne peut s'empêcher d'admirer et de vouloir soutenir.

Si Skyler le freine ou lui reproche ses actions, cela fait donc d'elle une antagoniste. Mais la série est clairement critique à l'égard de Walt et dépeint à la perfection la déchéance morale de cet ancien prof de chimie (c'est littéralement dans le titre, Breaking Bad signifiant «virer mauvais»)... ce que certains téléspectateurs semblent, encore aujourd'hui, volontairement occulter.

Le pire, c'est que Walt utilise sans cesse sa famille, qu'il met pourtant en danger, pour justifier ses actes les plus vils. Ce n'est qu'à la toute fin de la série qu'il finira par admettre, devant sa femme exténuée: «I did it for me» («Je l'ai fait pour moi»). Mais lorsque cette confession arrive, le mal est fait, et Skyler, une des nombreuses victimes des agissements de son mari, restera malgré tout aux yeux de nombreux fans une casse-pieds ingrate.

Il est impossible de ne pas voir dans sa trajectoire une illustration de l'horreur de la violence domestique. Walt ne frappe pas Skyler, mais se montre de plus en plus menaçant, et va jusqu'à l'agresser sexuellement: dans le premier épisode de la saison 2, il tente de la violer contre le réfrigérateur de leur cuisine, jusqu'à ce qu'elle se défende (une scène qui, à l'époque de sa diffusion, n'a pas suscité de grandes discussions).

Skyler, une des nombreuses victimes des agissements de son mari, restera malgré tout aux yeux de nombreux fans une casse-pieds ingrate.

À de nombreuses reprises, il lui promet qu'il va changer, que tout sera différent, avant de recommencer à la menacer ou à la dénigrer. Alors qu'elle exige le divorce, il lui aboie dessus, estimant qu'elle «se venge» et cherche à le «punir». Après avoir décidé, à contrecœur, d'aider Walt, Skyler sera rongée par la culpabilité et la honte de ne pas avoir su partir:

–Je suis une lâche. Je ne peux pas aller voir la police, je ne peux pas arrêter de blanchir ton argent, je n'arrive pas à te faire partir de cette maison, je n'arrive même pas à te garder hors de mon lit. Tout ce que je peux faire, c'est attendre. Prendre mon mal en patience, et attendre.
– Attendre quoi?
lui demande Walt.
– Que le cancer revienne.

C'est un aveu terrible, mais il en dit long sur le désespoir de cette femme prisonnière des agissements de son mari. À en croire certains, il aurait pourtant fallu qu'elle les accepte sans broncher.

Dans les premières saisons, la série adopte rarement le point de vue de Skyler et ne fait pas toujours preuve d'empathie à son égard. C'est évident dans la scène où Walt, qui a été mis dehors par Skyler, débarque chez elle et décide de s'y réinstaller contre son gré. Cette situation, cauchemardesque, n'est pas vraiment filmée comme telle, et l'attitude calme de Walt, en contraste avec la panique de Skyler, crée un effet sombrement comique.

Skyler est vue comme celle qui surréagit et se met en travers de la relation entre Walt et ses enfants –presque jusqu'au bout, Junior vouera à son père une admiration sans limite, au détriment de sa mère qui redouble pourtant d'efforts pour soutenir et protéger sa famille. Lorsqu'il apprendra finalement la vérité sur son père, son premier réflexe sera d'accabler Skyler: «Pourquoi tu l'as laissé faire? Si tout ça est vrai, et si tu étais au courant, tu es aussi responsable que lui.»

La monstruosité de Walt finira enfin par éclater dans le superbe antépénultième épisode de la série, «Ozymandias» («Seul au monde» dans la version française). Après avoir tenté de fuir avec Skyler et leurs enfants, Walt finit par se battre contre sa femme, puis il s'enfuit en kidnappant Holly, leur bébé d'un an.

«Il faut bien que quelqu'un protège cette famille de l'homme qui protège cette famille.»
Skyler White

Plus tard, il tyrannise Skyler lors d'un coup de fil glaçant: «Pourquoi es-tu incapable de m'obéir? C'est de ta faute. Voilà ce qui arrive à cause de ton manque de respect. Je t'avais mise en garde: il est imprudent de me contrarier. Tu es tout le temps en train de pleurnicher et de te plaindre de la manière dont je gagne mon argent, tout le temps en train de me tirer vers le bas. Espèce de sale conne stupide.»

Le monologue, d'une violence inouïe, est à double niveau: Walt, se sachant probablement écouté par la police, s'en prend à Skyler afin de l'innocenter. Son ire peut alors être lue, d'une certaine manière, comme une preuve d'amour. Mais cela n'enlève rien à l'horreur de ses mots, qui évoquent clairement une scène de violence domestique.

Dans les dernières saisons, la série semble prendre conscience de la haine injustifiée que provoque Skyler et la commente directement. Alors que Walt a acheté un bolide rutilant à son fils, Skyler exige qu'il rende la voiture pour ne pas attirer l'attention. Walt essaie alors de la manipuler, lui disant d'un air tendre et soucieux: «Je crains juste qu'il t'en veuille...»

La réponse cinglante de Skyler pourrait résumer toute la place du personnage dans la série: «Oh, ne t'en fais pas, il m'en voudra. Encore une fois, sa connasse de mère va reprendre ce que son père chéri lui a offert. Mais tu sais quoi, Walt? Il faut bien que quelqu'un protège cette famille de l'homme qui protège cette famille.»

Dans la série, Skyler compte ainsi presque autant de moments de bravoure que son mari. Après avoir découvert les agissements de ce dernier, elle choisit de rester à ses côtés, car elle sait que partir les mettrait, elle et ses enfants, encore plus en danger. Mais elle ne le suit jamais aveuglément. Étouffée par l'atmosphère domestique, elle entame une liaison avec son patron. En rentrant chez elle, elle regarde Walt droit dans les yeux et lui dit d'un air de défiance: «I fucked Ted» («J'ai baisé Ted»).

«Je préfère encore qu'ils pensent que je suis Bonnie je-sais-pas-quoi, plutôt qu'une idiote finie.»
Skyler White

Cette excellente comptable a aussi l'occasion de démontrer son propre potentiel de génie criminel. Pour éviter un audit qui la compromettrait, elle joue à la blonde stupide avec les agents du fisc. C'est également elle qui tient tête à l'avocat véreux Saul Goodman et trouve les failles dans son système de blanchiment d'argent, ou elle encore qui suggère à Walt de racheter la station de lavage auto, qui offrira à ce dernier une couverture pendant toute la deuxième moitié de la série.

Malgré l'aide précieuse et l'intelligence de sa femme, Walt ne cesse de la sous-estimer et l'incite à accepter son argent sans poser de questions. Skyler, qui voit sa complicité comme l'unique moyen de regagner un peu de contrôle, lui rétorque: «Je préfère encore qu'ils pensent que je suis Bonnie je-sais-pas-quoi, plutôt qu'une idiote finie.»

Malgré l'acharnement haineux qu'elle a subi, Anna Gunn a livré tout au long de la série une performance remarquable. Elle sera d'ailleurs justement récompensée pour son rôle par deux Emmy Awards à la fin de la diffusion de la série, en 2013 et 2014.

Elle a su incarner avec détermination ce personnage féminin complexe, qui veut soutenir son mari mais refuse de céder à ses menaces, qui souhaite le meilleur pour sa famille et doit souvent endosser le mauvais rôle. Skyler a eu le malheur de tenir tête à Walt à une époque où la colère féminine à l'écran était peu valorisée, et encore moins comprise. Si Breaking Bad était diffusée aujourd'hui, Skyler White serait une héroïne.

Newsletters

Vivement lundi: la bande dessinée

Vivement lundi: la bande dessinée

Le neuvième art ce n'est pas une promenade de santé, et je ne dis pas ça parce que le festival réunissant toute la profession a lieu le dernier week-end de janvier, dans une ville en Charente et en pente, où il ne fait jamais plus que 4°C.

Un tournage de film a-t-il déjà été directement responsable de la mort de nombreuses personnes?

Un tournage de film a-t-il déjà été directement responsable de la mort de nombreuses personnes?

L'équipe de l'un des pires navets de l'histoire du cinéma se trouvait au mauvais endroit, au mauvais moment, et les conséquences ont été tragiques.

C'est quoi, être vieux?

C'est quoi, être vieux?

Quand est-ce que ça commence? Mon entourage me considère-t-il comme tel? Vaut-il mieux être traité de vieux ou de boomer? et autres questions qu'on se pose alors que le temps fait son œuvre.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio