Monde

Un prof américain licencié à cause d'un cours jugé trop difficile

Temps de lecture : 2 min

Il enseignait la chimie organique.

Des taux d'échec importants en chimie organique ne sont pas rares. | Hans Reniers via Unslpash
Des taux d'échec importants en chimie organique ne sont pas rares. | Hans Reniers via Unslpash

La chimie organique, c'est complexe. Mais à quel point? À l'Université de New York, aux États-Unis, la question divise après le licenciement du professeur Maitland Jones Jr. La raison de cette fin de contrat? Sur ses 350 étudiants, 82 ont déposé une pétition contre lui, arguant que son cours était trop difficile.

Futurism rapporte leurs propos extraits d'un article du New York Times: «Nos résultats ne reflètent pas les efforts fournis dans le cadre de ce cours. Il est temps de réaliser qu'une classe avec un tel pourcentage d'abandons et de mauvaises notes est malsaine pour nous. La réputation de l'institution est en jeu.» Alors que les taux d'échec disproportionnés sont courants, voire attendus en chimie organique, une autre problématique est soulevée.

Âgé de 84 ans, Maitland Jones Jr ne semble plus être en phase avec la nouvelle génération, qui qualifie son enseignement de «condescendant et exigeant». Ses collègues ne semblent pas désapprouver cette assertion: «Il utilise la même méthode depuis des années sans s'adapter à ses étudiants, qui attendent davantage de soutien de sa part», confie James W. Canary, ancien président du département de l'université new-yorkaise.

Un contre tous, tous contre un?

Le professeur peut en revanche compter sur ses fidèles partisans. Selon ces derniers, sa rigueur est un réel avantage et constitue un filtre efficace à l'entrée des professions médicales. «J'espère que les étudiants reconnaîtront que cette intransigeance était pour leur bien», se désole Paramjit Arora, un professeur de chimie qui a travaillé en étroite collaboration avec Maitland Jones Jr.

Cette décision inattendue de licencier un membre du corps professoral de renom, ayant longtemps enseigné dans la prestigieuse Université de Princeton, est aussi jugée mercantile. «Ils veulent des étudiants heureux qui disent du bien de leur école afin que plus de gens postulent», estime Paramjit Arora.

Pour un établissement à but lucratif, satisfaire les parents qui paient les frais de scolarité est essentiel. Et qu'est-ce qui leur importe le plus? Que leurs enfants aient de bonnes notes. D'excellents résultats et des classes remplies, voilà le parfait combo pour rendre une institution attractive... Quitte à se débarrasser des éléments qui y nuisent.

Newsletters

Présidentielle 2024: les Démocrates soutiennent tous Joe Biden, mais...

Présidentielle 2024: les Démocrates soutiennent tous Joe Biden, mais...

L'actuel président, renforcé par les bonnes performances de son camp, aurait la légitimité pour briguer un second mandat. Derrière lui, le parti semble faire bloc, mais la question de son âge devrait surgir tôt ou tard.

En images, les gestes de protestation lors de la Coupe du monde au Qatar

En images, les gestes de protestation lors de la Coupe du monde au Qatar

La Coupe du monde de football au Qatar déchaîne les polémiques depuis son attribution. Parmi elles, celle liée aux droits humains, bafoués au sein de l'émirat, et en particulier à l'homosexualité, illégale dans le pays. Mais au sein des stades ...

Dans l'État de New York, les condamnés pour vente de cannabis seront les premiers à en vendre légalement

Dans l'État de New York, les condamnés pour vente de cannabis seront les premiers à en vendre légalement

La nouvelle loi prévoit de réparer les injustices de la «guerre contre les drogues», qui a particulièrement touché les communautés afro-américaines et latinos par le passé.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio