Boire & manger / Tech & internet

Laisseriez-vous une IA choisir votre menu au restaurant?

Temps de lecture : 2 min

Une société déjà bien implantée permet aux établissements de vous scanner afin de vous proposer des produits prétendument adaptés.

L'objectif est d'offrir «une expérience personnalisée au consommateur, tout en aidant les restaurants à booster leurs ventes», selon le patron de Raydiant. | Levi Elizaga via Unsplash
L'objectif est d'offrir «une expérience personnalisée au consommateur, tout en aidant les restaurants à booster leurs ventes», selon le patron de Raydiant. | Levi Elizaga via Unsplash

Si, lorsque vous commandez à manger, vous avez envie de tout sauf de recevoir des conseils non sollicités à propos de ce qui serait le plus adapté pour vous, alors l'innovation proposée par Raydiant ne vous est absolument pas destinée. La société basée à San Francisco a en effet mis au point un système permettant aux restaurants de vous suggérer un menu qu'ils pensent adapté à vos envies ou à vos besoins.

Jusqu'ici, les grandes marques de fast-food et quelques restaurants proposent à la clientèle de procéder elle-même à sa commande grâce à des bornes tactiles ou à des tablettes, et les choses s'arrêtent là. Raydiant suggère aux restaurants d'intégrer à ces dispositifs une fonctionnalité permettant de scanner chaque client afin de déterminer sa taille, son âge, son genre ou son humeur. Tout (ou presque) est paramétrable: si plusieurs personnes se trouvent devant la borne au moment de la commande, le système pourra proposer des offres adaptées aux groupes.

À partir de ces informations, explique Quartz, la borne vous donnera des conseils personnalisés. Selon Bobby Marhamat, le patron de Raydiant, l'objectif est d'offrir «une expérience personnalisée au consommateur, tout en aidant les restaurants à booster leurs ventes». Plus de 4.500 établissements utilisent déjà les services de l'entreprise, et pas uniquement des restaurants: certains casinos et clubs de gym s'y sont mis, ainsi que de nombreuses boutiques.

Gare aux dérives

Chez Raydiant, on affirme que certains critères ne seront jamais pris en compte par les bornes de commande, comme la couleur de la peau ou la morphologie. Mais la taille de la personne ne servirait-elle qu'à tenter de deviner s'il s'agit d'un adulte ou d'un enfant? On peine à le croire. «Beaucoup de marques ne demandent même plus le genre de la personne, complète Bobby Marhamat, et préfèrent se focaliser sur l'âge du groupe ou l'heure de la journée.»

Les dérives de l'utilisation des intelligences artificielles ont souvent été mises en lumières, notamment parce qu'elles ont parfois tendance à se montrer discriminantes. Mais le PDG de Raydiant affirme que tout cela a été savamment réfléchi au sein de sa société: pas de cession de données à des tiers, ni de sauvegarde d'informations à des fins ultérieures.

Quant au risque de manipulation de la clientèle par les marques, Bobby Marhamat semble s'en laver les mains: «Nous ne contrôlons pas ça. C'est la marque qui a le contrôle. Nous leur offrons juste un outil.» Cet outil est accompagné d'une documentation expliquant les limites à ne pas dépasser et les règles à respecter. Suffisant pour empêcher les dérives ou éviter que certains consommateurs ne se sentent étouffés? Rien n'est moins sûr.

Newsletters

Une Américaine poursuit une marque de pâtes pour avoir menti sur le temps de préparation de ses macaroni

Une Américaine poursuit une marque de pâtes pour avoir menti sur le temps de préparation de ses macaroni

Y a-t-il de quoi en faire tout un plat?

Pourquoi le ketchup gicle-t-il lorsque que la bouteille est presque vide?

Pourquoi le ketchup gicle-t-il lorsque que la bouteille est presque vide?

Surtout, rien ne sert de taper de plus en plus fort sur le flacon.

Les dauphins n'ont pas peur de manger très épicé

Les dauphins n'ont pas peur de manger très épicé

En tout cas moins que Jonathan Cohen dans «Hot Ones».

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio