Société

Les questions à poser lors d'un entretien d'embauche

Temps de lecture : 2 min

Elles permettent au candidat d'évaluer la culture de l'entreprise dans laquelle il postule... Mais pas que.

Attention à ne pas poser de questions sur le métier en lui-même: vous êtes censé le connaître. | fauxels via Pexels
Attention à ne pas poser de questions sur le métier en lui-même: vous êtes censé le connaître. | fauxels via Pexels

Lorsqu'on se prépare à un entretien d'embauche, on a tendance à accorder beaucoup d'importance aux potentielles questions de l'employeur. Pourtant, la question finale du candidat serait tout aussi déterminante: elle permet à la fois de se démarquer et d'en connaître davantage sur l'entreprise dans laquelle il postule. Pour préparer cette partie au mieux, un article de Quartz donne des conseils en quatre axes:

  • Adapter la question à ses besoins. Comme le souligne Emily Hann, responsable des ressources humaines et de la culture chez Redbrick, une société spécialisée dans les technologies, «le mieux est de réfléchir à ce qui est important pour vous et d'orienter la conversation en conséquence avec votre employeur». Il faut donc penser en amont à ce que l'on recherche dans une entreprise et formuler des questions en fonction de ces critères.

  • Évaluer la culture de travail. Si l'on suit les recommandations de Leah Pecoskie, directrice de l'acquisition de talents chez Ceridian, une société de logiciels de ressources humaines, il faut éviter les questions générales et demander des renseignements spécifiques sur l'entreprise: sa stratégie en matière de diversité, d'équité ou d'inclusion et quels pourraient être, par exemple, les progrès réalisés dans ces domaines: Comment contribuez-vous à renforcer les liens entre les salariés? Comment rassemblez-vous vos équipes malgré le télétravail? Comment se fait la communication au sein des différents pôles?

  • Connaître ses perspectives d'évolution. Afin d'évaluer la façon dont l'employeur perçoit une évolution de carrière, Hann et Pecoskie conseillent de poser ces différentes questions: Où pensez-vous que je serai au bout de trois mois? À quoi ressemble un parcours professionnel réussi dans votre entreprise? Comment mon responsable soutient-il l'évolution des membres de son équipe? Selon le rapport 2020 «Future of Jobs» du Forum économique mondial, 94% des chef·fes d'entreprise s'attendent à ce que leurs employés puissent acquérir de nouvelles compétences au sein de leur société, contre seulement 65% en 2018. Ce genre de questions serait donc bienvenu.

  • Évaluer l'état de l'entreprise. Bien qu'il soit culotté de poser des questions sur les finances de la société, Hann et Pecoskie préconisent d'aborder la chose, mais subtilement: Quelles étapes importantes avez-vous récemment franchies? De quelle manière avez-vous versé des primes dans le passé? Le recrutement de vos équipes a-t-il bien évolué ces dernières années? Ces questions peuvent permettre au candidat d'en connaître un peu plus sur l'état de santé dans lequel se trouve l'entreprise.

Éviter les questions sur le métier en lui-même

En revanche, il faut connaître le métier pour lequel on candidate, et donc éviter toute question sur sa nature. «Les employeurs souhaitent s'assurer que vous n'envoyez pas de candidatures à tout va et que vous restez fidèle à un métier précis», explique Hann.

Ainsi, les entretiens d'embauche sont à double sens: l'employeur évalue son candidat pendant les trois quarts de l'entretien; la partie finale permet au candidat, à son tour, de se faire une meilleure idée du poste à pourvoir.

En outre, poser des questions permet aux candidats de prouver aux employeurs leur intérêt pour le poste convoité. Comme l'affirme Hann, «ils ont besoin de sentir que leur entreprise vous intéresse particulièrement».

Newsletters

Présente dans la série Netflix, la sœur d'une victime de Jeffrey Dahmer sort du silence

Présente dans la série Netflix, la sœur d'une victime de Jeffrey Dahmer sort du silence

Elle reproche à la plateforme de ne l'avoir jamais contactée et de faire son beurre avec le malheur des autres.

Au Café de Flore, être serveur se conjugue toujours exclusivement au masculin

Au Café de Flore, être serveur se conjugue toujours exclusivement au masculin

Un phénomène qui s'expliquerait, selon le célèbre café parisien, par le type de service qui y est pratiqué. Mais qui cause, de fait, d'importants écarts de rémunération entre hommes et femmes.

Qui est mobilisable en France en cas de guerre?

Qui est mobilisable en France en cas de guerre?

[L'Explication #78] Avoir une armée de métier ne suffira pas si c'est vraiment la Bérézina.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio