Monde

Un squelette de «vampire» découvert faucille sous la gorge pour l'empêcher de ressusciter

Temps de lecture : 2 min

En Pologne, on ne blague pas avec les vampires présumés.

Les habitants d'Europe de l'Est ont développé une véritable peur des vampires. | Capture d'écran YouTube CHTIVO 24
Les habitants d'Europe de l'Est ont développé une véritable peur des vampires. | Capture d'écran YouTube CHTIVO 24

​Certaines personnes donneraient cher pour voir revenir d'entre les morts leur être aimé. D'autres préfèrent s'assurer que cela n'arrive jamais, comme le montre la récente découverte d'un squelette dans un cimetière polonais du XVIIe siècle. Un squelette qui serait celui d'un «vampire». ​

Allongée et coiffée d'un bonnet de soie, la dépouille n'avait à première vue pas grand-chose de différent d'un autre cadavre. Un détail interpella pourtant les scientifiques: une faucille bien tranchante était positionnée quelques centimètres au-dessus du cou du squelette. Un moyen de lui couper la tête illico presto s'il avait le toupet de ressusciter –ou de faire le moindre mouvement. Un simple éternuement, et c'est retour à la case départ.

Cette drôle de sépulture ne doit rien au hasard. Depuis le XIe siècle, les habitants d'Europe de l'Est ont développé une véritable peur des vampires, blafards suceurs de sang à qui l'on attribuait des pouvoirs de résurrection. Tous les stratagèmes ont ainsi été déployés pendant des siècles pour éviter de les voir revenir à la vie, comme placer habilement une faucille autour du cou, donc.

Enterrer un vampire, mode d'emploi

Le coup de la faucille tueuse est loin d'être la seule technique employée en Europe de l'Est pour maintenir six pieds sous terre les vampires. Depuis les années 1990, les archéologues enchaînent les découvertes, symboles de cette peur bleue qui pouvait animer les citoyens de l'époque face à ces terribles revenants.

Certains cadavres de vampire présumé ont par exemple été retrouvés la tête ou les jambes coupées, le corps brûlé, ou encore brisé à coups de pierre. Une vieille femme a même été retrouvée enterrée avec une brique de taille moyenne dans la bouche, tandis qu'un squelette mâle adulte datant du XIXe siècle a lui été découvert transpercé de plusieurs pieux dans son cou, son bassin et sa cheville.

Le pauvre homme n'avait pourtant pas grand-chose à voir avec un vampire sanguinaire. L’examen de ses os a permis aux anthropologues légistes de déterminer qu'il était en fait mort de tuberculose. Fatigué par la maladie, l'homme a probablement perdu du poids, avant d'adopter un teint blafard vampiresque qui lui a été fatal.

Newsletters

La dépendance de l'Allemagne vis-à-vis de la Chine ne cesse de croître

La dépendance de l'Allemagne vis-à-vis de la Chine ne cesse de croître

Est-ce un phénomène transitoire, lié à la situation économique et géopolitique de l'Europe, ou un changement structurel?

Le naturisme en Allemagne doit beaucoup aux nazis

Le naturisme en Allemagne doit beaucoup aux nazis

D'abord considérée d'un mauvais œil car assimilée aux associations marxistes, la nudité devient pour Hitler un moyen de promouvoir la virilité et la supériorité physique de la race aryenne.

Venise rame pour imposer son idée d'entrée payante

Venise rame pour imposer son idée d'entrée payante

La mairie de la cité des Doges peine à mettre en place son projet de taxe d'entrée pour les touristes. Encore repoussée de six mois, elle ne permettrait de toute manière pas de réellement lutter contre les conséquences du tourisme dans la ville.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio