Culture

«Walden» et «Revoir Paris», guérir d'un passé tourmenté

Temps de lecture : 4 min

Le film de Bojena Horackova et celui d'Alice Winocour sont l'un et l'autre construits sur des allers-retours entre un passé traumatique et un présent perturbé. Avec deux idées très différentes quant à la manière d'en faire du cinéma.

Paulius (Laurynas Jurgelis) et Jana (Ina Marija Bartaité) aimantés par un rêve d'ailleurs et d'une autre vie. | La Traverse
Paulius (Laurynas Jurgelis) et Jana (Ina Marija Bartaité) aimantés par un rêve d'ailleurs et d'une autre vie. | La Traverse

Parmi les nombreuses nouveautés dans les salles ce mercredi 7 septembre, les deux films qui attirent le plus l'attention ont en commun d'être construits sur des allers-retours entre deux moments de la vie de leur héroïne. Deux époques scandées par une rupture brutale, une crise collective relevant de la grande histoire, mais évoquée à partir de ses effets sur une personne et son entourage.

Le troisième long métrage de fiction de Bojena Horackova, cinéaste tchèque résidant en France, évoque les élans juvéniles et amoureux d'une adolescente dans la Lituanie de la fin des années 1980, juste avant la chute du mur de Berlin.

De son côté, le quatrième film d'Alice Winocour accompagne une survivante d'un attentat directement inspiré de ceux qui ont ensanglanté Paris en 2015, un massacre dans un grand café, et son enquête sur les faits et les personnes qui étaient près d'elle à ce moment.

La fin du bloc soviétique et les attentats du 13-Novembre sont évidemment des événements très différents, mais ici c'est la manière dont deux réalisatrices s'y réfèrent pour des propositions de cinéma fort différentes qui fait sens. Et alors même que dans les deux cas on assiste à l'existence du même personnage à deux époques, avec des difficultés à se souvenir et un puissant besoin de recoller les morceaux de son existence.

Le beau trouble de «Walden»

Walden circule de façon libre, donc souvent déroutante, entre un film d'adolescence rebelle et le retour sur les lieux de sa jeunesse d'une femme aujourd'hui installée en France et qui revient en Lituanie où, trente ans plus tôt, elle rêvait d'une autre vie.

Ce rêve est tout vibrant à la fois des élans comme il s'en trouve en tous lieux et à toutes époques au moment de la sortie de l'enfance, et ce que fut la perspective pour les habitants du bloc de l'Est de la fin de cette situation.

Avoir choisi l'actrice française Fabienne Babe, que l'on retrouve avec plaisir sur grand écran après une longue absence, pour incarner au présent la jeune fille qu'on a vue adolescente, jouée par une actrice lituanienne, participe du trouble et de la justesse de ce que propose le film.

Cette personne n'est littéralement plus la même, dans un monde qui n'est lui-même plus le même. Le lieu à demi-mythologique qui donne son titre au film, en reprenant un imaginaire paradisiaque américain et que cherche à retrouver la voyageuse venue de Paris, fait figure de projection qui peine à s'ajuster aux réalités, aujourd'hui comme il y a trente-trois ans.

Le Polonais Jakub (Andrzej Chyra) et la Lituanienne devenue Française Jana (Fabienne Babe), rapprochés par un passé moins commun qu'il n'y paraît. | La Traverse

Le film de Bojena Horackova ne cesse d'étonner et de toucher en louvoyant dans des eaux qu'on croit pourtant balisées, entre le roman d'initiation et le récit nostalgique. Une bonne part de cette énergie et de cette émotion tient à la liberté avec laquelle sont dessinés personnages et situations, parfois seulement de quelques traits, souvent sans que toutes les informations ne soient données.

Entre Vilnius et Paris, entre les langues, entre les codes gestuels et vestimentaires, entre l'amour pour le jeune homme flambeur et l'attirance pour l'homme mûr venu d'un autre ailleurs, similaire et différent, c'est une sorte d'aventure fragile qui se compose et se recompose en permanence.

Dans Walden, les interstices et les demi-explications, les justifications à la fois honnêtes et fragiles, les incertitudes de toute nature comptent autant que les repères historiques et géographiques. Ils donnent au film sa respiration, y compris pour évoquer deux situations complètement différentes mais l'une et l'autre étouffantes.

Les paysages comme les corps et les voix, le rythme des gestes aussi, participent de cet accueil dans la justesse de trajectoires qui ne se résolvent ni ne se définissent entièrement. Et qui traduisent les vérités et les obscurités du monde dans lequel nous existons à présent.

Walden

de Bojena Horackova

avec Ina Marija Bartaité, Fabienne Babe, Laurynas Jurgelis, Andrzej Chyra

Durée: 1h25

Séances

Sortie le 7 septembre 2022

Le codage de «Revoir Paris»

Revoir Paris évoque une autre manière de parcourir un chemin. Prise dans la violence du mitraillage d'un café, Mia est ensuite victime d'un blocage mental qui affecte l'ensemble de ses relations.

Le film accompagne son enquête sur le déroulement de cette soirée tragique pour reconstruire le déroulement des faits et retrouver ceux qu'elle a croisés dans cette situation extrême.

Deux aspects du film mobilisent attention et émotion. D'abord, le fait de voir la ville autrement après y avoir vécu une expérience ultraviolente –approche qui était déjà, notamment, au cœur de Ma nuit, d'Antoinette Boulat et d'Amanda, de Mickaël Hers, autres longs métrages inspirés par les mêmes événements.

Ensuite, la façon dont une rupture brutale dans le fil des jours est susceptible d'ouvrir à la perception de facettes du monde qu'on habitait déjà, sans y prêter attention.

Ce sont les brefs aperçus de la précarité extrême des sans-papiers, en particulier ceux exploités par les cafés et les restaurants parisiens, ou encore les conditions de logement en foyer, la traque policière, lorsque Mia cherche le cuisinier sénégalais près de qui elle a passé la soirée de l'attentat.

Mais, très loin du trouble vibrant d'Un an, une nuit, d'Isaki Lacuesta (découvert au Festival de Berlin, mais dont on attend toujours la sortie en salles), Revoir Paris cherche à combler tous les vides, à rétablir tous les liens, dans une opération qui semble moins viser à soigner son personnage qu'à rassurer ses spectateurs.

Mia (Virginie Efira) affronte une nuit parisienne où elle cherche à trouver des repères. | Pathé Distribution

Les interprètes vedettes, Virginie Efira et Benoît Magimel, dont on sait qu'ils sont capables de propositions autrement singulières, sont ici assignés à une fonction qu'ils assument de manière strictement linéaire et caricaturiste.

Seule la présence, plus instable, de la jeune Nastya Golubeva dans le rôle d'une adolescente cherchant à renouer avec le souvenir de ses parents tués dans l'attentat, offre des instants moins verrouillés par un sens évident.

Tout se passe comme si un codage, celui du scénario type, se surimposait scène après scène aux rencontres et aux péripéties qui se succèdent à l'écran. Aussi banal que regrettable, ce processus apparaît comme particulièrement gênant à propos d'un événement aussi ravageur que celui qui sert de ressort dramatique à Revoir Paris.

Les critiques cinéma de Jean-Michel Frodon sont à retrouver dans l'émission «Affinités culturelles» de Tewfik Hakem, le samedi de 6h à 7h sur France Culture.

Revoir Paris

d'Alice Winocour

avec Virginie Efira, Benoît Magimel, Grégoire Colin, Maya Sansa, Nastya Golubeva, Amadou Mbow

Durée: 1h45

Séances

Sortie le 7 septembre 2022

Newsletters

Marilyn Monroe et son psy, une relation complexe

Marilyn Monroe et son psy, une relation complexe

De janvier 1960 au 4 août 1962, Ralph Greenson fut le psychanalyste de Marilyn Monroe. Elle lui avait donné comme mission de l'aider à se lever, à jouer au cinéma, à aimer, à ne pas mourir. Ce récit retrace la relation tourmentée entre Marilyn et...

«Le Centre national du cinéma met en œuvre le contraire d'une politique culturelle»

«Le Centre national du cinéma met en œuvre le contraire d'une politique culturelle»

Membre du collectif qui appelle à la tenue d'états généraux du cinéma français, le producteur Saïd Ben Saïd en explique les enjeux et l'urgence.

L'étrange histoire des archives Barragán: en finir avec le scandale de l'architecte transformé en diamant

L'étrange histoire des archives Barragán: en finir avec le scandale de l'architecte transformé en diamant

[Épisode 1] En 2016, un scandale international éclipsait l'œuvre de Jill Magid et la question fondamentale sur laquelle elle repose: «Comment un artiste survit-il à sa propre mort?»

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio