Boire & manger / Sciences

Ce lave-vaisselle sans produit terrasse les bactéries (mais il a un gros défaut)

Temps de lecture : 2 min

À un détail près, on tenait l'invention de l'année.

Il lui faut moins d'une demi-minute pour venir à bout d'une bactérie pourtant très résistante à la chaleur. | Pavol Tančibok via Unsplash
Il lui faut moins d'une demi-minute pour venir à bout d'une bactérie pourtant très résistante à la chaleur. | Pavol Tančibok via Unsplash

Le lave-vaisselle de demain est-il en train de naître en Allemagne? Natalie Germann, de l'université de Dortmund, et Laila Abu-Farah, de l'université de Munich, viennent en tout cas de concevoir une machine d'un nouveau genre, capable de dégommer les bactéries les plus tenaces en moins de trente secondes. Et en plus, c'est parfaitement écologique.

New Scientist s'émeut des résultats assez impressionnants des premiers tests en matière de lutte contre les bactéries. En utilisant simplement de la vapeur d'eau extrêmement chaude, ce nouvel appareil serait en mesure de faire des merveilles. Plus besoin de liquide vaisselle polluant et hors de prix, ni même de sa version do-it-yourself à base de bicarbonate. C'est en tout cas ce que montrent les simulations informatiques réalisées, le prototype n'existant pas encore en bonne et due forme.

Le principe de ce lave-vaisselle du futur est de porter l'eau utilisée jusqu'au point de surchauffe, une température si élevée que la vapeur d'eau va atteindre un état gazeux et sec. Les transferts de chaleur sont alors plus élevés, et les particules gagnent en efficacité lorsqu'elles rencontrent la surface à nettoyer.

La modélisation informatique réalisée par les deux ingénieures a montré que le Geobacillus stearothermophilus, bactérie pouvant supporter des températures plus élevées que celles proposées dans les lave-vaisselle classiques, pouvait être éliminé par ce type de machine. Deux secondes de simulation ont suffi pour éliminer 50% de la population de bactéries présentes dans la machine; au bout de vingt-cinq secondes, elle avait été totalement éradiquée.

Attention: cette durée record correspond au lavage d'une seule et unique assiette, indique Natalie Germann. Pour débarrasser l'ensemble du contenu d'un lave-vaisselle de ce genre de bactérie, il faudra sans doute plus de temps, même si la durée nécessaire restera bien inférieure à la durée d'un cycle habituel de lavage (une heure et demie en moyenne).

Pas fait pour nos cuisines?

Problème: si ce super lave-vaisselle est apparemment capable de désintégrer n'importe quelle bactérie, il n'est pas très compétent sur le plan... du nettoyage de vaisselle pur et simple. D'après Abigail Snyder, de l'université de Cornell, une telle méthode de lavage ne permettrait pas de remplir le premier objectif souhaité par les utilisateurs et utilisatrices de lave-vaisselle. À savoir dégommer les traces de nourriture pour nous livrer une vaisselle immaculée. Ce qui est fâcheux.

Autre problème: le principe de la surchauffe pourrait endommager une partie de la vaisselle. En réalité, ce type de lave-vaisselle semble moins destiné à rejoindre nos cuisines individuelles (même si cela viendra peut-être un jour) qu'à être utilisé dans le milieu médical, où il pourrait permettre de stériliser le matériel utilisé. Cela n'empêche pas les chercheuses allemandes de poursuivre leurs expérimentations en gardant en tête un but d'utilisation domestique.

Newsletters

Sucre et cancer, un état des lieux inquiétant

Sucre et cancer, un état des lieux inquiétant

L'excès de sucre est connu pour ses effets délétères sur la santé, notamment en termes de surpoids, de diabète ou de maladies cardiovasculaires. Son lien avec le cancer fait aujourd'hui l'objet de recherches approfondies.

Au restaurant Les Parisiens, Thibault Sombardier défend les valeurs de la haute bistronomie parisienne

Au restaurant Les Parisiens, Thibault Sombardier défend les valeurs de la haute bistronomie parisienne

Un lieu de rendez-vous chic au sein du Pavillon Faubourg Saint-Germain, nouvel hôtel cinq étoiles situé Rive gauche.

Manger un peu de viande peut être plus durable qu'un régime vegan

Manger un peu de viande peut être plus durable qu'un régime vegan

En optimisant les conditions de culture et d'élevage, des scientifiques cherchent la configuration dans laquelle l'empreinte carbone de notre régime alimentaire serait la plus réduite.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio