Médias / Monde

Comment la mort de Diana a influencé le rapport de la famille royale aux médias

Temps de lecture : 2 min

La princesse des cœurs est décédée il y a vingt-cinq ans, mais son empreinte est toujours aussi forte au sein de la maison de Windsor.

La princesse des coeurs fascine toujours autant vingt-cinq ans après sa mort tragique. | Reagan White House Photographs via Wikimedia Commons
La princesse des coeurs fascine toujours autant vingt-cinq ans après sa mort tragique. | Reagan White House Photographs via Wikimedia Commons

Le 31 août 1997, le monde entier est sous le choc: la princesse Diana est morte dans un accident de voiture à Paris, à seulement 36 ans. «Elle était probablement la femme la plus connue du monde anglophone, avec la reine Elizabeth II», rappelle l'historien Ed Owens.

En aidant à combler le fossé entre des siècles de tradition et une nouvelle nation multiculturelle à l'ère d'internet, la princesse de Galles a laissé un héritage durable au sein de la famille royale britannique, rapporte une dépêche de l'agence Associated Press, relayée par ABC News. Diana Spencer
a également transformé le rapport que la royauté entretenait avec les médias.

Ses fils, les princes William et Harry, ont appris à être plus proches du cœur des gens, pour que la monarchie reste solide. «Ils ont modifié certaines traditions trop formelles et la façon d'exercer leurs fonctions», observe Sally Bedell Smith, autrice de Diana in Search of Herself.

Après avoir été vivement critiquée à la mort de son ex belle-fille, la reine Elizabeth II a su tirer les leçons du passé et est devenue «plus encline à interagir avec les gens», poursuit Sally Bedell Smith. Elizabeth II est ainsi parvenue à redevenir populaire auprès de son peuple. Pour s'en convaincre, il suffit de regarder le jubilé de platine célébrant ses soixante-dix ans de règne en juin dernier. Le peuple britannique semble toujours apprécier sa monarque, surtout lorsqu'elle apparaît dans des courts métrages avec Paddington, l'ours le plus célèbre d'Angleterre.

Une relation ambivalente

La famille royale sait utiliser sa fonction et sa force médiatique pour mettre en lumière des causes qui lui tiennent à cœur. C'est ce que Diana avait appris à ses fils pendant leur enfance: en 1987, la princesse avait notamment ouvert le premier service spécialisé pour les patients atteints du sida au Royaume-Uni en serrant la main des patients. L'instant avait évidemment été immortalisé et la photo avait fait le tour du monde.

Le prince William, sa femme Kate Middleton et Harry ont fait perdurer l'héritage de Diana en plaçant l'amélioration des services de santé mentale comme un objectif prioritaire, allant jusqu'à évoquer publiquement leurs propres combats, comme l'avait fait leur mère des années auparavant en parlant de sa boulimie.

Mais Harry a aussi hérité du côté plus scandaleux de sa mère en ébranlant plus d'une fois les institutions royales par le biais des médias. Déjà en 1995, Lady Di s'était confiée à la BBC sur ses difficultés au sein de la Maison Windsor. En 2021, la femme de Harry, Meghan Markle, faisait de même, accompagnée de son mari lors d'un entretien avec Oprah Winfrey.

En se retirant de leur fonction royale, Diana à l'époque –après son divorce avec le prince Charles, Lady Diana Spencer avait perdu son titre d'altesse royale pour devenir Diana, princesse de Galles–, et Harry à présent pensaient sans doute être plus tranquilles. Mais quelle que soit l'époque, la presse anglaise s'intéresse toujours à la moindre déclaration de la famille royale et scrute tous les scandales. C'est aussi ça, l'héritage laissé par la princesse des cœurs.

Newsletters

Déstabilisés par la contre-offensive ukrainienne, les médias russes changent de ton

Déstabilisés par la contre-offensive ukrainienne, les médias russes changent de ton

Le Kremlin a été pris de court par les récentes opérations offensives de l'Ukraine. Pendant ce temps, l'extrême droite russe se montre plus véhémente que jamais.

À chaque argument raciste contre l'adaptation de La Petite Sirène, sa réponse 

À chaque argument raciste contre l'adaptation de La Petite Sirène, sa réponse 

Petit guide pour répondre aux arguments pseudo-scientifiques concernant La Petite Sirène (si le fait de rappeler que les sirènes ne sont pas réelles ne suffit pas).

Comment les journalistes ukrainiens couvrent la guerre dans leur pays

Comment les journalistes ukrainiens couvrent la guerre dans leur pays

Depuis la fin février et le début de la guerre déclarée par Vladimir Poutine, le métier de journaliste a radicalement changé.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio