Sciences

Certains singes se masturbent avec des outils en pierre

Temps de lecture : 2 min

Et ils semblent adorer ça.

Les chercheurs ont observé que les jeunes mâles se livraient davantage à la pratique que les adultes. | bedrijvig via Pixabay 
Les chercheurs ont observé que les jeunes mâles se livraient davantage à la pratique que les adultes. | bedrijvig via Pixabay 

De nombreux singes sont d'habiles manipulateurs de pierres: ils les utilisent pour déterrer des racines, couper des plantes et se faire à manger. Mais saviez-vous qu'elles sont aussi très utiles à leur épanouissement sexuel?

Dans un article publié récemment dans la revue Ethnologie dont se fait écho le New York Times, des chercheurs rapportent des comportements sexuels surprenants observés chez certains macaques. Il se trouve que ces animaux prennent fréquemment du plaisir à se frotter des pierres autour des parties génitales. Autrement dit, «les singes se livrent à une forme de masturbation assistée par des outils en pierre», explique Camilla Cenni, doctorante à l'université de Lethbridge au Canada, qui a mené cette recherche dans le cadre de sa thèse.

Cette étude n'est pas la première menée sur la masturbation à l'aide d'objets chez les animaux sauvages, mais elle apporte de nouvelles preuves que, au moins dans certains cas, les singes semblent utiliser des outils uniquement pour se donner du plaisir.

Une découverte fortuite?

Pour vérifier son hypothèse de départ, Camilla Cenni et ses collègues ont observé plus de 173 macaques à longue queue –vivant en liberté ou à proximité du sanctuaire de la forêt sacrée de singes à Ubud, en Indonésie– manipuler des pierres. L'équipe a vu que les jeunes mâles se tapotent davantage les parties génitales que les adultes, et qu'ils sont plus susceptibles de le faire dans des situations à forte connotation sexuelle, par exemple lorsqu'un congénère a proximité montre des signes d'excitation sexuelle

Les chercheurs émettent l'hypothèse que les singes pourraient avoir découvert fortuitement cette utilisation des pierres, alors qu'ils se livraient à d'autres actions plus utiles. Si c'est vrai, cela cadrerait avec une théorie scientifique selon laquelle l'utilisation d'outils peut évoluer à partir de la manipulation ludique d'objets.

«Les données [de cette étude] sont très convaincantes», commente Elisabetta Visalberghi, une experte en cognition des primates à l'Institut des sciences et technologies cognitives du Conseil national de la recherche italien, qui n'a pas participé à la recherche. «Ce que [les chercheurs] ont découvert, c'est qu'en effet, il se passait quelque chose de sexuel.»

Cependant, il n'est pas évident de généraliser à partir d'une seule population de macaques, d'autant plus que celle utilisée pour l'étude est régulièrement nourrie par les humains et passe donc moins de temps à se soucier de son approvisionnement en nourriture que les autres populations de singes.

Newsletters

La cape d'invisibilité n'existe pas encore, mais on s'en rapproche

La cape d'invisibilité n'existe pas encore, mais on s'en rapproche

Les dernières avancées de la société Vollebak sont tout simplement stupéfiantes, mais où mèneront-elles?

Les Mayas ont-ils été décimés par la pollution au mercure?

Les Mayas ont-ils été décimés par la pollution au mercure?

Utilisé comme un colorant sacré, cet élément a pu leur être fatal.

Train, voiture, avion: que prendre en compte dans le calcul de l'empreinte carbone?

Train, voiture, avion: que prendre en compte dans le calcul de l'empreinte carbone?

Ces calculs omettent souvent les émissions indirectes et importantes liées à la construction des infrastructures nécessaires.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio