Sciences

Vos plantes meurent à cause de la sécheresse? Arrosez-les avec un verre de Martini

Temps de lecture : 2 min

Le petit verre de fin de journée pourrait s'avérer très utile pour les plantes lors des fortes chaleurs.

Les végétaux ont subi de plein fouet la sécheresse de l'été 2022. | Annette Meyer via Pixabay
Les végétaux ont subi de plein fouet la sécheresse de l'été 2022. | Annette Meyer via Pixabay

Canicules, épisodes de sécheresse, températures records... L'été 2022 est particulièrement chaud. Alors, en fin de journée, certains s'autorisent un apéritif pour étancher leur soif et ne plus subir les températures élevées. Mais la flore, elle aussi souffre des fortes chaleurs... et l'alcool pourrait également lui apporter un peu de bien-être.

Une étude publiée le jeudi 25 août dans la revue Plant and Cell Physiology suggère en effet que l'éthanol (ou alcool éthylique) aurait des vertus pour les plantes en temps de sécheresse, relate CNN.

Pour une raison qui nous est encore inconnue, les végétaux privés d'eau produisent naturellement de l'éthanol. Les chercheurs du Centre Riken des sciences pour les ressources durables, au Japon, ont donc envisagé l'idée que donner de l'alcool aux plantes pourrait les préserver lors des fortes chaleurs. Selon eux, il s'agit d'un moyen «utile et simple» d'augmenter la production alimentaire dans le monde en période de sécheresse ou lors d'une pénurie d'eau.

Protéger les cultures de la sécheresse contribuerait fortement à atténuer l'insécurité alimentaire, un problème qui touche actuellement de nombreuses régions du monde. Et cet enjeu est d'autant plus important qu'en plus des vagues de chaleur a toujours lieu la guerre entre la Russie et l'Ukraine, et que de nombreuses difficultés d'approvisionnement en découlent.

Une méthode moins coûteuse

Lors de leurs expériences en laboratoire, les scientifiques ont fait pousser des plants de blé et de riz, les ont arrosés régulièrement en ajoutant de l'éthanol à la terre d'une partie des graminés pendant trois jours.

Ils ont ensuite privé l'ensemble des céréales d'eau pendant deux semaines. Résultat, les plantes «ivres» s'en sont mieux sorties que les plantes «sobres»: environ 75% des plants de blé et de riz traités à l'éthanol ont survécu après avoir été réhydratés, contre moins de 5% de ceux non traités.

Une bonne nouvelle, puisque selon Motoaki Seki, auteur principal de l'étude, «l'application externe d'éthanol aux plantes serait une méthode agricole moins coûteuse [que la modification génétique des plantes] pour améliorer la tolérance à la sécheresse de diverses plantes».

Le chercheur met toutefois en garde: cette méthode doit être utilisé avec parcimonie, car «une concentration élevée d'éthanol inhibe la croissance des plantes». En d'autres termes, n'essayez peut-être pas ça chez vous tout de suite.

Les chercheurs ont aussi remarqué que sur les spécimens traités à l'éthanol et privées d'eau, de minuscules ouvertures à la surface des feuilles, appelées «stomates», se refermaient, retenant l'eau. Et que les plantes se comportaient comme si elles subissaient une sécheresse, avant même d'être réellement privées d'eau.

L'équipe japonaise de scientifiques va bientôt débuter de nouveaux tests, non plus en laboratoire mais dans les champs.

Newsletters

La cape d'invisibilité n'existe pas encore, mais on s'en rapproche

La cape d'invisibilité n'existe pas encore, mais on s'en rapproche

Les dernières avancées de la société Vollebak sont tout simplement stupéfiantes, mais où mèneront-elles?

Les Mayas ont-ils été décimés par la pollution au mercure?

Les Mayas ont-ils été décimés par la pollution au mercure?

Utilisé comme un colorant sacré, cet élément a pu leur être fatal.

Train, voiture, avion: que prendre en compte dans le calcul de l'empreinte carbone?

Train, voiture, avion: que prendre en compte dans le calcul de l'empreinte carbone?

Ces calculs omettent souvent les émissions indirectes et importantes liées à la construction des infrastructures nécessaires.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio