Santé / Sciences

Votre corps est rempli de PFAS, des composés chimiques dangereux et tenaces dont vous ignoriez l'existence

Temps de lecture : 2 min

Les produits manufacturés en contiennent plus de 4.000 variétés, et ils contaminent aussi bien notre eau que notre air.

Les PFAS sont difficiles à éliminer ou à dégrader, ce qui leur vaut d'être qualifiés d'«éternels». | v2osk via Unsplash
Les PFAS sont difficiles à éliminer ou à dégrader, ce qui leur vaut d'être qualifiés d'«éternels». | v2osk via Unsplash

On les trouve sur certains emballages alimentaires, dans des produits cosmétiques, mais aussi à la surface de certains textiles. Les PFAS (pour «perfluoroalkyl and polyfluoroalkyl substances») sont des composés chimiques qui permettent à certains objets d'être antiadhésifs ou résistants aux taches de graisse. Tout irait bien si nos organismes n'étaient pas susceptibles d'en absorber lorsque nous utilisons ces produits. Car les PFAS sont aussi dangereux que difficiles à chasser.

S'exposer à ces quatre à cinq milliers de substances perfluoroalkylées et polyfluoroalkylées, explique en effet Vox, c'est voir augmenter son risque de cancer, d'affaiblissement du système immunitaire (notamment chez les enfants) ou encore de prise de poids. Une liste non exhaustive. Aux États-Unis, le réseau des CDCP (centres pour le contrôle et la prévention des maladies) tente d'alerter sur le fait que l'omniprésence des PFAS constitue un problème de santé publique. Mais ces avertissements ne sont pas encore assez entendus.

Même les personnes apparemment en bonne santé sont susceptibles d'avoir énormément de PFAS dans le sang, affirme Vox, puisque ce serait le cas de plus de 98% des individus. Ces composés sont «absolument partout», comme l'explique Elsie M. Sunderland, chimiste qui travaille sur le sujet depuis une dizaine d'années à l'université de Harvard. Ils s'infiltrent dans l'eau potable et sont même susceptibles de contaminer l'air que nous respirons. Or, même l'absorption de petites quantités peut s'avérer dangereuse pour notre santé.

Pour se tenir à distance de ces substances, il existe des solutions, rassure la chimiste, à commencer par la filtration de l'eau potable, mais aussi un ménage régulier de son domicile –la poussière contient énormément de PFAS et leur permet de se déplacer en toute liberté. Concernant ceux que l'on trouve sur les emballages des chaînes de fast-food, qui évitent que la graisse des aliments ne transperce totalement le carton, il n'y a qu'en cessant de se nourrir dans ces restaurants que l'on peut s'en protéger.

Les éternels

Les PFAS sont difficiles à éliminer ou à dégrader, ce qui leur vaut le surnom de «composés chimiques éternels» depuis 2018, mais ils ont cependant un talon d'Achille, relevé dans une étude récente: la décarboxylation à basse température, opération consistant à les chauffer légèrement pour éliminer des molécules de dioxyde de carbone de leur structure.

Aux États-Unis, les PFAS sont principalement produits par trois entreprises, 3M, DuPont et Chemours, qui les revendent ensuite à certaines sociétés souhaitant les incorporer à leurs produits. Chacune d'entre elles affirme évidemment avoir pris des engagements et travailler de façon responsable. Mais Elsie M. Sunderland, qui reconnaît que les pouvoirs publics se sont saisis du problème –en tout cas aux États-Unis–, affirme que ces composés doivent devenir indésirables et n'être employés que dans des situations où ils seraient absolument indispensables. Ce qui n'est pas le cas actuellement.

Au sein de l'Union européenne, «plusieurs actions sont en cours» afin de compléter la convention de Stockholm, accord international datant de 2001 «visant à encadrer certains polluants organiques persistants». Mais les réglementations doivent encore être renforcées afin de proscrire ou de limiter grandement l'emploi des PFAS dans l'industrie.

Newsletters

«Les aidants effectuent un travail invisible, gratuit, et ne s'en rendent pas compte»

«Les aidants effectuent un travail invisible, gratuit, et ne s'en rendent pas compte»

Jeudi 6 octobre 2022 a lieu la journée nationale des aidant·es. Ces 11 millions de Français qui accompagnent leurs proches malades, handicapés ou âgés sont, en dépit des progrès, toujours en quête de reconnaissance.

Ce que les médecins prennent en compte pour prescrire un arrêt de travail

Ce que les médecins prennent en compte pour prescrire un arrêt de travail

La fin du remboursement des jours d'arrêt obtenus lors d'une téléconsultation pose la question des critères considérés par les médecins, que ce soit derrière un écran ou non.

«Mon psy m'écoute-t-il vraiment?»

«Mon psy m'écoute-t-il vraiment?»

Cette semaine, Mardi Noir conseille Alexandre, qui doute des capacités d'écoute de son psychanalyste au point d'envisager d'en changer.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio