Sciences

Certains sosies partagent bien plus qu'une simple ressemblance physique

Temps de lecture : 2 min

Une étude scientifique montre que des «super-sosies» ont aussi des habitudes de vie et des comportements similaires.

Le phénomène des sosies est encore peu étudié. | Jessica Felicio via Unsplash
Le phénomène des sosies est encore peu étudié. | Jessica Felicio via Unsplash

Tout le monde connaît la théorie selon laquelle il y aurait sept personnes qui nous ressembleraient sur Terre. Mais les rencontrer est très peu probable... sauf peut-être dans le cadre d'une étude scientifique.

Une enquête publiée sur le sujet dans la revue américaine Cell Reports, dédiée à la biologie, et dont ScienceAlert se fait l'écho, présente ainsi des résultats étonnants: elle révèle que certaines personnes ayant des visages très similaires, mais aucun lien de parenté, ont également des tailles, des poids, des habitudes de vie et des comportements se rapprochant.

Les chercheurs ont utilisé trois algorithmes de reconnaissance faciale pour évaluer les points communs physiques de trente-deux paires de personnes. La moitié d'entre elles ont été classées comme sosies. Les scientifiques ont ensuite effectué des analyses génétiques et déniché neuf paires de sosies «extrêmes».

Ces super-sosies partagent 19.277 variations génétiques communes dans 3.730 gènes, dont beaucoup sont liées aux traits du visage et au corps. Un questionnaire soumis aux participants révèle par ailleurs que ces duos font aussi souvent le même poids et la même taille. Plus surprenant encore, certaines caractéristiques du mode de vie, comme les habitudes tabagiques et le niveau d'éducation, sont également partagées par de nombreuses paires de sosies.

Sosie, dis-moi à quoi je ressemblerai

Si les études sur les jumeaux sont fréquentes, celles sur les sosies le sont beaucoup moins. Le sujet est pourtant tout aussi passionnant. Si les auteurs de l'étude reconnaissent la taille de leur échantillon est modeste, ils qualifient tout de même leurs résultats de «frappants». «Ces résultats ne fournissent pas seulement des informations sur le cadre génétique, mais ils mettent également en évidence ce qui nous définit», écrivent-ils.

Pour trouver les participants à l'étude, les chercheurs se sont appuyés sur le travail de l'artiste canadien François Brunelle, qui identifie et suit des sosies anonymes à travers le monde. C'est ainsi qu'ils ont recruté leurs soixante-quatre cobayes.

Quel intérêt scientifique? Les similitudes génétiques entre sosies représentent un sous-ensemble dans la ressemblance humaine. Elles pourraient un jour être utilisées pour prédire l'évolution physique d'une personne.

En attendant de rencontrer son faux jumeau dans la vraie vie, le site Twin strangers propose de le découvrir en virtuel. Plus de 8 millions d'internautes curieux ont déjà créé un compte sur la plateforme.

Newsletters

La cape d'invisibilité n'existe pas encore, mais on s'en rapproche

La cape d'invisibilité n'existe pas encore, mais on s'en rapproche

Les dernières avancées de la société Vollebak sont tout simplement stupéfiantes, mais où mèneront-elles?

Les Mayas ont-ils été décimés par la pollution au mercure?

Les Mayas ont-ils été décimés par la pollution au mercure?

Utilisé comme un colorant sacré, cet élément a pu leur être fatal.

Train, voiture, avion: que prendre en compte dans le calcul de l'empreinte carbone?

Train, voiture, avion: que prendre en compte dans le calcul de l'empreinte carbone?

Ces calculs omettent souvent les émissions indirectes et importantes liées à la construction des infrastructures nécessaires.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio