Boire & manger / Sciences

Les insectes pourraient donner un goût de viande aux aliments

Temps de lecture : 2 min

Une piste pour les amateurs de steak qui voudraient réduire leur empreinte écologique.

L'élevage d'insectes nécessite seulement une petite fraction de terre, un peu d'eau et de nourriture. | cottonbro via Pexels
L'élevage d'insectes nécessite seulement une petite fraction de terre, un peu d'eau et de nourriture. | cottonbro via Pexels

Si jusqu'ici, les vers de farine servent principalement d'en-cas pour les animaux domestiques et d'appâts pour la pêche, ils pourraient devenir une ressource intéressante pour l'alimentation humaine. Des scientifiques ont en effet découvert que certains insectes peuvent donner à des aliments des saveurs de viande, et ainsi potentiellement fournir une alternative plus écologique à la consommation traditionnelle de steaks et autres saucisses, relate un article du Guardian.

Pour réaliser cette étude, les chercheurs ont fait cuire des vers de farine (plus précisément, la forme larvaire du coléoptère jaune) avec du sucre. Le résultat varie en fonction de la cuisson, mais il produit globalement un arôme de viande. Il a ainsi été découvert que les vers de farine cuits à la vapeur dégagent une saveur de maïs sucré, tandis que les versions rôties et frites font davantage penser à des crevettes. Afin que les arômes les plus proches de la viande soit détectés, plusieurs volontaires ont participé à des tests de senteur.

Les insectes sont notre avenir

«Les insectes constituent une source alimentaire saine et nutritive avec des quantités élevées d'acides gras, de vitamines, de minéraux, de fibres et de protéines de haute qualité, qui sont identiques à celles de la viande», explique In Hee Cho, chercheur à l'université Wonkwang (Corée du Sud), qui a dirigé cette étude. «De nombreux consommateurs apprécient les protéines animales et en ont besoin dans leur alimentation.»

Par ailleurs, l'élevage d'insectes ne nécessite qu'une petite fraction de terre, un peu d'eau et de nourriture, contrairement à l'élevage d'animaux pour la viande, qui produit presque un tiers de émissions de gaz à effet de serre rejetées dans l'atmosphère.

Hee Cho explique que les vers de farine et les grillons sont par ailleurs des «super-aliments», appréciés depuis longtemps par les populations en Asie, en Afrique et en Amérique du Sud. Cependant, les Européens et les Nord-Américains sont généralement plus réticents à l'idée d'en manger, malgré leurs récentes incursions dans certains restaurants et supermarchés.

L'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture cite également les insectes comme étant une source de protéine très utile pour nourrir la population mondiale croissante, qui devrait dépasser les 9 milliards d'individus d'ici à 2050.

Les scientifiques rappellent toutefois que le meilleur moyen de réduire notre impact environnemental serait d'éviter de consommer de la viande et les produits laitiers.

Newsletters

Sucre et cancer, un état des lieux inquiétant

Sucre et cancer, un état des lieux inquiétant

L'excès de sucre est connu pour ses effets délétères sur la santé, notamment en termes de surpoids, de diabète ou de maladies cardiovasculaires. Son lien avec le cancer fait aujourd'hui l'objet de recherches approfondies.

Au restaurant Les Parisiens, Thibault Sombardier défend les valeurs de la haute bistronomie parisienne

Au restaurant Les Parisiens, Thibault Sombardier défend les valeurs de la haute bistronomie parisienne

Un lieu de rendez-vous chic au sein du Pavillon Faubourg Saint-Germain, nouvel hôtel cinq étoiles situé Rive gauche.

Manger un peu de viande peut être plus durable qu'un régime vegan

Manger un peu de viande peut être plus durable qu'un régime vegan

En optimisant les conditions de culture et d'élevage, des scientifiques cherchent la configuration dans laquelle l'empreinte carbone de notre régime alimentaire serait la plus réduite.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio