Tech & internet / Culture

Pour comprendre Elon Musk, il suffit de (re)lire les classiques de la science-fiction

Temps de lecture : 5 min

L'amour de la littérature du patron de Tesla n'est pas feint. La science-fiction, notamment, a forgé son imaginaire et a fait naître chez lui une croyance: la technologie aurait les clés pour régler les problèmes de l'humanité.

À gauche, Elon Musk lors d'une conférence de presse de SpaceX dans le sud du Texas le 10 février 2022. À droite, un exemplaire du livre Le Seigneur des guêpes (The Wasp Factory) de l'écrivain écossais Iain M. Banks, l'un des auteurs de science-fiction favoris d'Elon Musk. | Jim Watson / AFP, Leon Neal / AFP 
À gauche, Elon Musk lors d'une conférence de presse de SpaceX dans le sud du Texas le 10 février 2022. À droite, un exemplaire du livre Le Seigneur des guêpes (The Wasp Factory) de l'écrivain écossais Iain M. Banks, l'un des auteurs de science-fiction favoris d'Elon Musk. | Jim Watson / AFP, Leon Neal / AFP 

La légende veut que lorsqu'on demande à Elon Musk comment il a eu l'idée de commercialiser des voitures électriques et de construire des fusées, le fantasque entrepreneur réponde: «J'ai lu des livres

L'anecdote, entretenue par un Elon Musk garant d'un mythe qui contribue à la croissance de son compte en banque, est devenue une sorte d'épigraphe sur la pierre de son empire technologique. Le bon mot de l'homme le plus riche de la planète s'avère moins anecdotique que son côté bravache ne le laisse penser.

En fondant le constructeur automobile Tesla et en devenant le héraut de l'exploration spatiale avec SpaceX, le milliardaire a façonné une multinationale aux accents futuristes et à la technologie toute puissante. Fusées, études sur la vie sur Mars, voitures du futur ou implants cérébraux… Les projets les plus modernistes s'empilent sur les bureaux de ses entreprises basées aux États-Unis. Elon Musk s'est fixé une mission: bâtir le futur.

«Bercé par les livres de science-fiction qu'il lit depuis petit, il a une aspiration sincère, quoiqu'un peu loufoque: il veut rendre réel les mondes de fiction des romans qu'il a dévorés», commente Olivier Lascar, auteur d'une biographie particulièrement renseignée sur le personnage, Enquête sur Elon Musk, l'homme qui défie la science.

«Il considère que tout ce qui est écrit peut être réalisé. À ses yeux, il n'y a pas d'écart entre la fiction et le monde réel», renchérit Yannick Rumpala, spécialiste de la littérature de science-fiction et auteur de l'article Elon Musk, un personnage de science-fiction? publié dans les colonnes du journal hebdomadaire Le 1. Imprégné par les récits de SF des années 1960 aux années 1990, Elon Musk est le produit d'un imaginaire qu'il prolonge. C'est cette obsession pour les perspectives offertes par l'univers fictionnel qui a poussé l'adolescent dans l'entrepreneuriat.

Asimov en orbite

La jeunesse d'Elon Musk est marquée par la solitude. Brinquebalé entre deux parents tournés vers des aspirations personnelles où leur enfant a une place subalterne, l'adolescent se réfugie dans les livres de science-fiction. Entre deux projets de logiciels qu'il monte sur les grosses machines qui remplissent sa chambre d'adolescent, il dévore des classiques de la littérature fantastique comme Le cycle des Robots d'Isaac Asimov. Il rendra d'ailleurs hommage à l'écrivain soviétique lors de la propulsion en orbite de sa fusée Falcon Heavy, en 2018, qui portait en son bord un cristal à l'effigie du Cycle de Fondation, un recueil de nouvelles écrites par Asimov dans les années 1950.

Le rapport au monde d'Elon Musk a été façonné par une myriade de livres qu'il cite abondamment lors de ses conférences, interventions médiatiques ou devant ses salariés. «Parmi toutes les références que peut citer le patron de Tesla, une revient sans cesse: Iain M. Banks», rappelle Olivier Lascar. L'écrivain écossais décédé en 2013, connu pour ses descriptions florissantes et présenté comme l'un des plus grands stylistes de la littérature de science-fiction, est celui à qui Elon Musk à emprunter plusieurs de ses inventions. Parmi elles, le neural lace.

En 2016, le fantasque entrepreneur couve le projet de créer une interface cerveau-ordinateur qui permettrait de piloter le processeur rien qu'à la force des pensées. Il a besoin d'un nom accrocheur pour lancer ce grand projet technologique. Il opte pour «neural lace», une formule courte, mémorable et presque commode. En réalité, le terme existe déjà. Le concept aussi, tout droit sorti du cycle de La Culture d'Iain M. Banks. «La filiation est évidente», constate Yannick Rumpala. Aux yeux du Sud-Africain, la littérature se révèle être une forme de grand univers traversé d'objets futuristes et de programmes technologiques qui attendent d'être transposés dans le monde réel.

Rôle de composition

Elon Musk a construit son personnage de visionnaire en piochant chez plusieurs auteurs. Son humour geek qu'il déploie sur le réseau social Twitter rappelle le ton du Guide du voyageur galactique de Douglas Adams. La philosophie de son entreprise s'inscrit dans l'héritage de Robert A. Heinlein, œuvre testament des idées du capitalisme néolibéral. Son aspiration à coloniser la planète Mars est directement inspirée par la théorie de la terraformation développée par Kim Stanley Robinson, père de La Trilogie martienne: Mars la Rouge; Mars la Verte; Mars la Bleue...

Elon Musk est un patchwork littéraire. Un rôle fait de plusieurs influences. La science-fiction est la clé pour comprendre la personnalité du puissant entrepreneur. Il a d'ailleurs poussé le mysticisme littéraire au point de donner à ses enfants des patronymes de personnages de roman. Ainsi, le prénom de son fils, Siderael, est une référence au personnage du Seigneur des anneaux, Galadriel.

«Son amour pour la littérature n'est pas feint, décrypte Olivier Lascar. Il ne cite pas des auteurs ou fait des clins d'œil à des œuvres de fiction dans un but d'affichage. C'est un héritage. La science-fiction a forgé l'imaginaire de Musk et fait naître une croyance chez lui: la technologie aurait les clés pour régler les problèmes de l'humanité.»

Des distorsions de lecture

Sans ses références multiples aux œuvres de science-fiction, Elon Musk serait-il parvenu à soulever autant d'enthousiasme autour de son projet avant-gardiste? Aurait-il été intelligible? Il n'est pas un scientifique mais bien un capitaine d'industrie ayant eu l'inspiration de s'entourer d'experts afin de donner corps à ses aspirations. Le tour de force réalisé par le magnat des affaires a toujours résidé dans sa capacité à avoir fait adhérer les cercles économique et scientifique à son ambition futuriste. La littérature et les multiples références y ont contribué. «Elon Musk a réussi à jouer avec les imaginaires, à construire un récit en s'appuyant sur des romans», résume Yannick Rumpala.

Elon Musk est un marchand d'histoires... avec sa part de distorsion. Il est essentiel de pointer toutes les omissions et contresens dans la lecture que fait Elon Musk de nombreux classiques. À commencer par ses maîtres: Kim Stanley Robinson et Iain M. Banks.

La Culture de Banks est une critique rudement âpre du capitalisme et aucun spécialiste de l'auteur ne s'aventurerait à édifier un pont entre les deux personnalités. «Je pense que Banks, étant socialiste et anarchiste utopique ne se serait absolument pas reconnu dans le projet capitalistique et libertaire de Musk», modère Yannick Rumpala.

La certitude n'est pas non plus de mise au moment d'évoquer la filiation avec le britannique Douglas Adams. L'écrivain à l'origine de la saga du Guide du voyageur galactique, se moquant constamment de l'autorité des puissants, aurait sans doute raillé l'autoritaire capitaine d'industrie si une crise cardiaque ne l'avait pas foudroyé à l'âge de 49 ans. Il aurait d'ailleurs peu goûté à l'idolâtrie entretenue par le personnage Elon Musk.

Depuis le début de son aventure technologique, Musk se met en scène, joue sur la figure qu'il incarne. Un procédé d'héroïsation, là encore emprunté à la littérature. «Je ne sais pas s'il s'imagine tel un héros de roman, mais Musk a un sens de la représentation. Il est persuadé d'être quelqu'un à part», analyse Olivier Lascar.

Longtemps comparé au personnage de Manfred Macx, l'inventeur oscillant entre idéalisme et pragmatisme que l'écrivain britannique Charles Stross met en scène dans son roman Accelerando sorti en 2005, Musk s'est peu invité dans les récits des écrivains contemporains. Au cinéma, l'entrepreneur a fait une courte apparition dans Iron Man 2 et certains voient dans Sir Peter Isherwell, le personnage du film Don't Look Up, le fantôme du patron de Telsa.

Au regard de sa puissance galopante faisant de sa moindre prise de parole le régulateur des marchés des cryptomonnaies, c'est désormais Elon Musk qui inspire lui-même la science-fiction, que ce soit dans les livres ou à l'écran. Et c'était peut-être là son plus grand rêve.

Newsletters

Breton, corse, occitan, catalan... Les langues régionales se cultivent sur Wikipédia

Breton, corse, occitan, catalan... Les langues régionales se cultivent sur Wikipédia

Ceux qui les parlent ont beau être peu nombreux sur l'encyclopédie en ligne, leurs contributions sont précieuses pour permettre de faire vivre ces langues.

«Je baise en dormant»: la sexsomnie, trouble évoqué par le YouTubeur Léo Grasset accusé de viol

«Je baise en dormant»: la sexsomnie, trouble évoqué par le YouTubeur Léo Grasset accusé de viol

Visé par une enquête pour viol, alors qu'il faisait déjà l'objet d'une enquête préliminaire pour des faits de harcèlement sexuel, le vidéaste star s'est défendu en affirmant souffrir d'une forme particulière de somnambulisme.

Arrêtez de regarder les bandes-annonces, elles sont devenues totalement inutiles

Arrêtez de regarder les bandes-annonces, elles sont devenues totalement inutiles

Au nom du marketing, elles nous vendent désormais des films qui n'existent pas.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio