Santé / Sciences

La chaleur ne vous rend pas seulement «grumpy», elle détraque votre santé mentale

Temps de lecture : 3 min

L’impression est connue: quand il fait chaud, on serait plus irritable, moins patient… La science le confirme, et prouve que les effets de la chaleur sur notre santé mentale sont bien plus graves.

Chez les personnes souffrant de dépression et chez celles touchées par des troubles anxieux généralisés, les vagues de chaleur ont été associées à une augmentation de leurs symptômes. | Sage Friedman via Unsplash
Chez les personnes souffrant de dépression et chez celles touchées par des troubles anxieux généralisés, les vagues de chaleur ont été associées à une augmentation de leurs symptômes. | Sage Friedman via Unsplash

Les vagues de chaleur ont un impact considérable sur notre santé physique et mentale. Les médecins les redoutent généralement, car les salles d'urgence se remplissent rapidement de patients souffrant de déshydratation, de délire et d'évanouissement…

Des études récentes indiquent en effet une augmentation d'au moins 10% des visites aux urgences des hôpitaux les jours où les températures atteignent ou dépassent les 5% supérieurs de la fourchette de températures normales. Et certaines personnes sont plus vulnérables que d'autres. La hausse des températures peut aggraver les symptômes des personnes souffrant de troubles mentaux.

Les vagues de chaleur, ainsi que d'autres phénomènes météorologiques tels que les inondations et les incendies, ont été ainsi associées à une augmentation de leurs symptômes chez les personnes souffrant de dépression et chez celles touchées par des troubles anxieux généralisés – un trouble où les personnes se sentent anxieuses la plupart du temps.

Il existe également un lien entre une température élevée quotidienne et le suicide et les tentatives de suicide. On peut dire que, de façon générale, pour chaque augmentation de 1°C de la température moyenne mensuelle, les décès liés à la santé mentale augmentent de 2,2%.

Les pics d'humidité relative entraînent également une augmentation des cas de suicide.

L'humidité et la température –qui augmentent en raison du changement climatique provoqué par l'être humain– ont toutes deux été associées à une augmentation des épisodes maniaques chez les personnes souffrant de troubles bipolaires. Cette phase de la maladie est particulièrement dommageable et peut entraîner une hospitalisation pour psychose ainsi que des pensées suicidaires.

D'autres problèmes sont posés par le fait que, en cas de fortes chaleurs, certains traitements peuvent avoir plusieurs types d'effets secondaires dramatiques:

  • L'efficacité de médicaments importants utilisés pour traiter les maladies psychiatriques peut être réduite;

  • De nombreux médicaments augmentent le risque de décès lié à la chaleur. C'est par exemple le cas des antipsychotiques, qui peuvent supprimer la sensation de soif et entraîner une déshydratation;

  • D'autres agissent différemment selon la température corporelle et le degré de déshydratation de la personne. C'est le cas du lithium, un stabilisateur de l'humeur très puissant et largement utilisé, fréquemment prescrit aux personnes souffrant de troubles bipolaires.

Personne n'est épargné

La chaleur peut également affecter la santé mentale et la capacité de réfléchir et de raisonner des personnes ne souffrant pas de troubles mentaux.

Des recherches montrent clairement que les zones du cerveau responsables de l'élaboration et de la résolution de tâches cognitives complexes sont altérées par le stress thermique.

Une étude menée auprès d'étudiants de Boston a révélé que ceux qui se trouvaient dans des pièces sans climatisation pendant une vague de chaleur obtenaient des résultats inférieurs de 13% à ceux de leurs camarades lors de tests cognitifs. Ils avaient de surcroît un temps de réaction 13% plus lent.

Ne pas avoir les idées claires à cause de la chaleur peut avoir d'autres conséquences. Il est alors plus probable que cela entraîne une frustration, ce qui, à son tour, peut conduire à des comportements plus agressifs.

Il existe des preuves solides établissant un lien entre la chaleur extrême et une augmentation des crimes violents: une simple augmentation d'un ou deux degrés Celsius de la température ambiante peut ainsi entraîner une hausse de 3 à 5% des agressions. Les conséquences ne sont pas anecdotiques.

D'ici 2090, on estime en l'occurrence que le changement climatique pourrait être à l'origine d'une augmentation de 5% de toutes les catégories de crimes au niveau mondial. Les raisons de cette hausse impliquent une interaction complexe de facteurs psychologiques, sociaux et biologiques. Par exemple, une substance chimique du cerveau appelée sérotonine qui, entre autres, permet de contrôler les niveaux d'agressivité, est affectée par des températures élevées.

Les journées chaudes peuvent également exacerber l'écoanxiété. Au Royaume-Uni, 60% des jeunes interrogés ont déclaré être très inquiets ou extrêmement inquiets du changement climatique. Plus de 45% des personnes interrogées ont déclaré que leurs sentiments à l'égard du climat affectaient leur vie quotidienne.

Il y a encore beaucoup de choses que nous ne comprenons pas sur l'interaction complexe et les boucles de rétroaction entre le changement climatique et la santé mentale –en particulier les effets des vagues de chaleur. Mais ce que nous savons, c'est que nous jouons un jeu dangereux avec nous-mêmes et avec la planète… Les vagues de chaleur et leurs effets sur la santé mentale nous rappellent que la meilleure chose que nous puissions faire, pour nous-mêmes et les générations futures, est d'agir sur le changement climatique.

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l'article original.

The Conversation

Newsletters

Les yeux qui changent de couleur, un phénomène mystérieux

Les yeux qui changent de couleur, un phénomène mystérieux

Pourquoi tant de bébés (et certains adultes) ont-ils l'iris qui varie à ce point?

Il est normal de ressentir de la fatigue, jusqu'à un certain point

Il est normal de ressentir de la fatigue, jusqu'à un certain point

Elle peut être anodine, utile, mais aussi potentiellement dangereuse. Quels sont les ressorts de la fatigue et comment savoir jusqu'où aller dans l'effort?

La méditation de pleine conscience a-t-elle sa place à l'école?

La méditation de pleine conscience a-t-elle sa place à l'école?

Depuis plusieurs années, la question suscite de vifs débats souvent dogmatiques. Repenser cette pratique pourrait permettre d'en tirer des bénéfices pour le bien-être des élèves.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio