Parents & enfants

Aider votre enfant à faire ses exercices peut nuire à ses résultats scolaires

Temps de lecture : 2 min

La fin de la guerre des devoirs?

Participer aux devoirs de votre enfant n'est vraisemblablement pas le meilleur moyen d’améliorer ses résultats scolaires. | shraga kopstein via Unsplash
Participer aux devoirs de votre enfant n'est vraisemblablement pas le meilleur moyen d’améliorer ses résultats scolaires. | shraga kopstein via Unsplash

Qui n'a pas vécu ces fins d'après-midi houleuses, lorsque l'enfant vient de s'enfermer dans sa chambre tandis que ses parents s'énervent devant sa porte en prononçant une phrase comme: «Si tu ne viens pas immédiatement faire tes devoirs, tu seras privé de téléphone»?

Parents, soyez rassurés, c'est peut-être bientôt terminé: selon une récente étude publiée dans The Journal of Research in Childhood Education et relayée dans un article de ScienceAlert, participer aux devoirs de votre enfant n'est pas synonyme de réussite scolaire, et peut même, dans certains cas, le desservir.

Pour réaliser cette nouvelle étude, une équipe de recherche a décidé de s'intéresser aux élèves d'écoles primaires privées et publiques américaines. Des données nationales provenant des années 1997, 1998 et 2011 ont été utilisées. Contrairement aux études précédentes, ont été pris en compte des facteurs tels que le statut socio-économique et le type d'éducation reçue de la part des parents.

La conclusion est sans appel: il n'existe aucun lien de corrélation entre l'implication des parents dans les devoirs de l'enfant et sa réussite scolaire, qu'importe le niveau socio-économique des familles et le quotient intellectuel des parents. «Ces résultats viennent remettre en cause les leçons de morale données pendant plusieurs années aux parents qui se désintéressaient des devoirs scolaires de leurs enfants», déclarent les chercheuses et le chercheur à l'initiative de l'étude.

Toutefois, cette étude suggère qu'une implication modérée de la part des parents pourrait être bénéfique aux enfants, puisqu'elle pourrait leur donner le goût de l'apprentissage. D'autres études effectuées en parallèle ont révélé que la confiance et le soutien des parents participent fortement à la réussite de l'élève. Il faut bien noter qu'une implication adéquate reste différente d'une surimplication, qui risquerait quant à elle de constituer un obstacle pour l'enfant plus qu'une aide.

Spoiler: les parents ne sont pas des enseignants

Sans aucune certitude, l'équipe de recherche avance tout de même quelques explications à ces données. Il faut garder à l'esprit que les adultes ne sont pas des amoureux inconditionnels du travail.

Pour le parent, encadrer la réalisation des devoirs peut constituer une source d'angoisse. Ainsi, lire Ratus et ses amis ou réviser la table de 5 peut générer une situation de grand stress et de tension maximale dans laquelle la communication entre parent et enfant devient vite très difficile. Cela peut amener l'enfant à être de plus en plus dégoûté par la notion même de devoirs.

De la même manière, les parents peuvent avoir la flemme de passer des heures à expliquer des choses qui les dépassent parfois eux-mêmes. Donc, face au problème «Si Pierre mange 1/3 de la pizza qui contient trois parts, combien en reste-t-il?», ils vont ordonner sèchement à leur enfant de répondre 2 sans s'étendre des heures sur les fractions –ce qui, assurément, ne l'aidera pas du tout à progresser en mathématiques.

De leur côté, les enfants réussissent davantage lorsqu'ils n'ont pas à endurer les attentes élevées de leurs parents. Il devient vite très désagréable pour eux d'associer leur réussite ou leur échec aux espérances de ceux-ci. C'est pourquoi ils se sentent moins intimidés au contact de leurs enseignants, qui s'occupent également d'autres élèves et peuvent ainsi paraître moins soucieux de leur réussite.

Newsletters

Laissez les enfants se débrouiller avec leurs devoirs, c'est pour leur bien

Laissez les enfants se débrouiller avec leurs devoirs, c'est pour leur bien

L'intervention des parents a toutes les chances d'être contre-productive. Voici pourquoi.

Le passé de nos grands-parents influe sur notre génétique

Le passé de nos grands-parents influe sur notre génétique

Problèmes relationnels, traumatismes, santé défaillante... Vos grands-parents pourraient y être pour quelque chose.

Allaitement dans l'espace public: à quand la fin du «vide juridique»?

Allaitement dans l'espace public: à quand la fin du «vide juridique»?

Les cas de femmes se voyant refuser cette possibilité font souvent la une des médias. Élues et associations tentent aujourd'hui de garantir ce droit.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio