Sciences

Même sans avoir appris le solfège, la plupart des gens sont capables de suivre la théorie musicale

Temps de lecture : 2 min

Une nouvelle étude tend à montrer que même sans connaître les règles de la composition musicale, on les suit intuitivement.

Avec ou sans oreille musicale. | Andrea Piacquadio via Pexels 
Avec ou sans oreille musicale. | Andrea Piacquadio via Pexels 

C'est dans le magazine américain Science que l'on découvre le travail des chercheurs canadiens Michael Weiss et Isabelle Peretz. Ils ont soumis les participants d'une étude à des tests pour déterminer s'il était nécessaire d'avoir appris la théorie musicale pour être capable de suivre une tonalité. Il s'avère que non.

La tonalité est un concept musical assez basique, la plupart des musiques en suivent une ou deux composées en général d'un accord de trois notes –majeur ou mineur. Souvent, la note qui définit la tonalité introduit et conclut une chanson. Si la chanson est en do majeur, les notes les plus utilisées seront le do, le mi et le sol. L'utilisation d'une tonalité est courante pour tous les styles musicaux à travers le monde, même si les notes peuvent varier en fonction des cultures.

Pour tester la propension de chacun à utiliser ce système tonal, les psychologues canadiens de l'Université de Montréal Michael Weiss and Isabelle Peretz ont soumis les participants de leur étude à un test. Dans des cabines isolées équipées de micro et casque, ils ont demandé aux participants d'improviser des mélodies.

Les deux chercheurs étaient un peu inquiets au début: les sujets allaient-ils se plier facilement à l'exercice? Il semble que oui: «Une fois qu'on arrivait à les faire chanter, ils étaient ravis de continuer, a expliqué Michael Weiss à Science.org, même en leur demandant une vingtaine de secondes, beaucoup continuait à improviser quelques minutes sans que l'on intervienne.» Chacun des participants a improvisé 28 mélodies en répondant à une consigne de style ou en continuant une suite de notes.

Oreille musicale ou non

La trentaine de participants était divisée en deux groupes, le second composé de personnes atteintes d'amusie: une anomalie dans laquelle le rythme, la mélodie, les accords n'ont pas de sens pour la personne, ce qu'on qualifie généralement comme «ne pas avoir l'oreille musicale».

Pour évaluer la capacité des participants à suivre une tonalité, les psychologues ont créé des suite musicales grâce à un algorithme pour que celles-ci se rapprochent le plus de ce qui est attendu de la musique occidentale. Sept des dix-huit participants atteints d'amusie et treize des quinze autres suivaient naturellement la tonalité correspondante et concluaient leur improvisation sur la bonne note, et ce plus souvent que par hasard.

Cela viendrait conforter l'idée que la plupart des individus intègrent la manière dont on fabrique une mélodie sans en comprendre les fondements théoriques.

Newsletters

La cape d'invisibilité n'existe pas encore, mais on s'en rapproche

La cape d'invisibilité n'existe pas encore, mais on s'en rapproche

Les dernières avancées de la société Vollebak sont tout simplement stupéfiantes, mais où mèneront-elles?

Les Mayas ont-ils été décimés par la pollution au mercure?

Les Mayas ont-ils été décimés par la pollution au mercure?

Utilisé comme un colorant sacré, cet élément a pu leur être fatal.

Train, voiture, avion: que prendre en compte dans le calcul de l'empreinte carbone?

Train, voiture, avion: que prendre en compte dans le calcul de l'empreinte carbone?

Ces calculs omettent souvent les émissions indirectes et importantes liées à la construction des infrastructures nécessaires.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio