Monde

La Nouvelle-Zélande pourrait bientôt changer de nom

Temps de lecture : 2 min

Une pétition à succès visant à rebaptiser le pays va relancer le débat.

«Il est temps de traverser ce que bien d'autres colonies ont vécu avant nous et de rétablir notre identité nationale.» | David_Peterson via Pixabay
«Il est temps de traverser ce que bien d'autres colonies ont vécu avant nous et de rétablir notre identité nationale.» | David_Peterson via Pixabay

Après une campagne acharnée, le Te Pati Māori, un parti politique qui représente les Polynésiens indigènes de Nouvelle-Zélande, a recueilli 70.000 signatures dans le cadre d'une pétition visant à changer le nom du pays en «Aotearoa» («Nouvelle-Zélande» en maori).

Ce nombre serait suffisant pour forcer le Parlement à reconsidérer la proposition de changement, émise pour la première fois en 2021, explique Quartz. Le parti demande aussi que tous les noms de ville d'origine maorie soient restaurés d'ici à 2026.

Modifier le nom de la Nouvelle-Zélande aurait des conséquences positives sur l'identité nationale du pays, fait valoir la codirigeante de Te Pati Māori, Debbie Ngarewa-Packer, dans une récente interview accordée à NPR. «Ce serait une grande fierté pour les générations futures, poursuit-elle. Il faut chercher à préserver notre culture, notre langue et notre bien-être.»

Ces dernières années, le parti a tenté de réintroduire la langue maorie de plusieurs manières. En 2018, le service de gestion des déchets du pays a ainsi mis en place des bacs de recyclage multilingues dans certaines villes; en 2020, la Commission géographique de la Nouvelle-Zélande (Ngā Pou Taunaha o Aotearoa), chargée de nommer les lieux, a approuvé l'ajout de près de 400 noms maoris sur le territoire. Il a également été décidé de corriger les noms maoris mal orthographiés et d'instaurer des signes diacritiques pour rendre leur prononciation plus accessible.

Tirer un trait sur le passé colonial

Au milieu des années 1980, la Nouvelle-Zélande est devenue une colonie britannique. L'explorateur hollandais Abdel Tasman serait le premier Occidental à avoir posé le pied sur l'île du Pacifique Sud. En 1642, il nomma l'île «Staten Landt» («le pays des États», en néerlandais). Par la suite, les cartographes néerlandais l'ont rebaptisée «Nova Zeelandia», en référence à la région de la Zélande, située à l'ouest des Pays-Bas.

Ce n'est pas la première fois que les Néo-Zélandais tentent de se débarrasser des vestiges coloniaux. En 2015, le gouvernement a lancé un concours public de design afin de trouver un remplaçant au drapeau du pays, sur lequel figure l'Union Jack –une norme que le Royaume-Uni impose à ses colonies et ses territoires. Au terme d'un référendum ayant coûté 17 millions de dollars (soit une somme similaire en euros), les Kiwis ont finalement choisi de maintenir le statu quo.

La proposition de loi sur le changement du nom de l'île crée des remous conséquents. Debbie Ngarewa-Packer dit espérer trouver du soutien auprès des jeunes du pays. «J'ai bon espoir, a-t-elle confié à NPR. Notre pays est le dernier à avoir été colonisé, il est temps de traverser ce que bien d'autres colonies ont vécu avant nous et de rétablir notre identité nationale.»

Newsletters

En envahissant l'Ukraine, la Russie a commis les mêmes erreurs que l'Allemagne nazie face à l'URSS

En envahissant l'Ukraine, la Russie a commis les mêmes erreurs que l'Allemagne nazie face à l'URSS

L'opération Barbarossa, lancée en 1941, est pourtant l'une des plus étudiées dans les académies militaires russes, car elle faillit causer la perte de l'Union soviétique.

L'importance des psys dans un Rwanda traumatisé par le génocide

L'importance des psys dans un Rwanda traumatisé par le génocide

Au lendemain du génocide des Tutsi, en 1994, le pays ne disposait que d'un psychiatre. Depuis, associations, animateurs psychosociaux, conseillers en traumatisme et groupes de parole fleurissent.

En Iran, avec celles et ceux qui sont «prêts à sacrifier leur vie pour la liberté»

En Iran, avec celles et ceux qui sont «prêts à sacrifier leur vie pour la liberté»

La vague de colère réveillée par la mort, il y a dix jours, de la jeune Mahsa Amini, ne semble pas s'estomper. Sur place, des Iraniens racontent les manifestations, la répression et le combat pour leurs droits.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio