Boire & manger / Culture

Tout ce que vous pensiez savoir sur l'origine de la crème glacée est faux

Temps de lecture : 5 min

Où l'on découvre la sublime étymologie du mot «sorbet».

La palette d'invention est vaste: jeu sur les textures, les couleurs, possibilité de créer des parfums salés ou d'oser des associations inédites. | Dmytro Davydenko via Unsplash
La palette d'invention est vaste: jeu sur les textures, les couleurs, possibilité de créer des parfums salés ou d'oser des associations inédites. | Dmytro Davydenko via Unsplash

La glace, douceur gentiment régressive qui s'impose à la période estivale… Produit éphémère par excellence, synonyme de moments hédonistes et le plus souvent partagés, elle évoque une forme de nostalgie liée à l'enfance. Les Français en consomment environ 6 litres par an, et 50% des ventes sont réalisées sur une dizaine de semaines, en été, selon la Confédération nationale des glaciers de France (CNGF).

Il y a les sorbets (sans matières grasses) ou les crèmes glacées (qui contiennent du lait ou des œufs), que l'on peut déguster en pot, en bac, en cône ou en bâtonnet. Toujours d'après la CNGF, organisme qui soutient et accompagne les glaciers depuis quatre-vingts ans, les parfums plébiscités seraient la vanille, le chocolat et le café pour les crèmes glacées et la fraise, le citron et la poire pour les sorbets.

Histoires et légendes

Beaucoup d'histoires et de légendes entourent ses origines. La plupart des chercheurs s'accordent cependant pour dire que la glace aurait été inventée en Chine. Son apparition, elle, s'échelonne entre 3000 et 200 av. J.-C., selon les sources.

Certains documents expliquent que les Chinois utilisaient du lait de jument ou d'ânesse qui était fermenté et chauffé avec de la farine et du camphre pour être ensuite glacé puis consommé. Dans d'autres textes, on aromatisait du lait de chèvre avec du miel et des plantes, et la technique de refroidissement consistait en un mélange d'eau et de salpêtre.

La France est aujourd'hui le premier pays producteur en Europe et le deuxième exportateur mondial derrière l'Allemagne.

Les Perses, eux, auraient créé le faludeh ou faloudeh, une boisson glacée à base d'eau de rose et de vermicelles auxquels on ajoutait du safran et des fruits, et alors réservée aux plus riches. Dans la même région, on aurait trouvé des boissons aux fruits refroidies avec de la neige, s'appelant sharbet. Ce mot, d'origine perse, a par la suite donné le mot français «sorbet».

Beaucoup d'informations imprécises voire contradictoires circulent concernant l'évolution des glaces et des sorbets au cours des siècles suivants. Par exemple, et contrairement à une idée reçue, ni Marco Polo, ni Catherine de Médicis ne seraient à l'origine de l'apparition des crèmes glacées en Italie puis en France. Mais les crèmes glacées qui ressemblent à celles que l'on mange aujourd'hui sont bien nées en Italie. Ce sont les fameuses gelati.

En France, en 1686, le sicilien Francesco Procopio dei Coltelli achète à Paris le Café Procope dans lequel il proposera plus de quatre-vingts parfums de glaces, devenant ainsi le premier café-glacier de la capitale. Le succès est total: les membres de l'aristocratie et les plus riches se rendent chez lui pour déguster une coupe glacée. À l'époque, il est compliqué de se procurer puis de conserver de la glace. Le produit est donc coûteux et réservé à une élite.

Au cours du XIXe siècle, les techniques de fabrication et de conservation de la glace s'améliorent considérablement. Dans les années 1840, l'Américaine Nancy Johnson invente la première sorbetière à manivelle, améliorée en 1885 par l'anglaise Agnes Bertha Marshall, surnommée «la reine des glaces». En 1860, le français Charles Tellier crée la première machine frigorifique permettant ainsi la fabrication du froid artificiel. L'apparition et le développement de l'électricité permettent aussi la conservation des produits. Le nombre de glaciers se multiplie alors, et le succès des glaces va grandissant.

Un attrait croissant pour les glaces artisanales et les artisans glaciers

Selon l'étude Xerfi classic sur la fabrication et le marché des glaces et sorbets publiée en avril 2022, la France est aujourd'hui le premier pays producteur de glaces et de sorbets en Europe et le deuxième exportateur mondial derrière l'Allemagne.

Dans l'Hexagone, deux acteurs s'imposent: les fabricants industriels et les artisans glaciers. Les premiers dominent largement, avec 1,2 milliard d'euros de chiffres d'affaires en 2021, grâce principalement à la vente aux grandes et moyennes surfaces. Les artisans glaciers, en grande majorité propriétaires de leur magasin, vendent leurs produits directement aux consommateurs et, toujours selon les estimations de Xerfi, auraient un chiffre d'affaires d'environ 400 millions d'euros en 2021.

Grand nombre d'artisans glaciers font appel aux circuits courts et aux produits de saison, supprimant colorants et sucre ultra-transformé.

Or les Français plébiscitent de plus en plus les produits des artisans glaciers et cette profession est en pleine évolution. D'ailleurs, le nombre d'établissements artisanaux et de petits industriels a augmenté de 31% entre 2012 et 2020, pour diverses raisons.

Tout d'abord, les consommateurs sont de plus en plus exigeants concernant la composition des produits qu'ils mangent. Grâce aux applications comme comme Yuka, ils peuvent instantanément prendre connaissance des stabilisateurs et additifs que contiennent leurs glaces. C'est pourquoi ils se tournent souvent vers des produits de meilleure qualité, alliant plaisir et santé, et principalement artisanaux.

On assiste également à un fort engouement pour des produits écoresponsables. Grand nombre d'artisans glaciers font appel aux circuits courts et aux produits de saison, supprimant colorants, sucre ultra-transformé et autres conservateurs.

Julia Canu (une des rares femmes possédant le titre d'artisan glacier en France, même si la tendance évolue) et Tiago Barbosa, cofondateurs du glacier écoresponsable Único à Lyon, travaillent en direct avec leurs producteurs, et leurs sorbets ne sont faits qu'à partir de produits frais. C'est pourquoi de nombreux restaurateurs font appel à eux pour réaliser des glaces de qualité qui accompagnent leurs menus. Ils en ont déjà créé une à l'artichaut, par exemple, et élaboré un sorbet vinaigre, échalote et poivre concassé pour accompagner les huîtres en période de fêtes.

Être artisan glacier comporte aussi une part artistique, à l'image de la pâtisserie.

Les petits industriels de la glace surfent eux aussi sur ces nouvelles tendances, ainsi que sur les nouveaux modes de consommation. Cécilia Thomas et Laura Faeh, créatrices de la marque Lapp, ont innové en créant les poptails, des cocktails glacés, alcoolisés ou non, réalisés avec des produits naturels et végans. Elles expliquent que leurs choix sont en lien avec leurs modes de consommation et leurs convictions écologiques, choix partagés par de plus en plus de consommateurs.

Parallèlement à ces artisans indépendants, rares sont les pâtissiers de renom qui ne produisent pas leur propre glace, avec des positionnements marketing –prix, packaging– souvent très luxueux.

Enfin, être artisan glacier comporte aussi une part artistique, à l'image de la pâtisserie. La palette d'invention est vaste: jeu sur les textures, les couleurs, possibilité de créer des parfums salés ou d'oser des associations inédites… Parmi les divers concours gastronomiques, celui de Meilleur ouvrier de France (MOF) dans la catégorie glacier porte le savoir-faire artisanal français de la profession à son paroxysme.

La maîtrise du geste, des goûts et des textures de ceux qui obtiennent, après des années de préparation et une grande dose d'abnégation, le col bleu blanc rouge, suscitent l'admiration de beaucoup d'apprentis artisans et des consommateurs en quête de qualité.

Si la profession d'artisan glacier demeure à ce jour moins populaire que celle de pâtissier, elle est cependant en pleine évolution, et connaît un engouement de plus en plus grand.

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l'article original.

Newsletters

Au restaurant Les Parisiens, Thibault Sombardier défend les valeurs de la haute bistronomie parisienne

Au restaurant Les Parisiens, Thibault Sombardier défend les valeurs de la haute bistronomie parisienne

Un lieu de rendez-vous chic au sein du Pavillon Faubourg Saint-Germain, nouvel hôtel cinq étoiles situé Rive gauche.

Manger un peu de viande peut être plus durable qu'un régime vegan

Manger un peu de viande peut être plus durable qu'un régime vegan

En optimisant les conditions de culture et d'élevage, des scientifiques cherchent la configuration dans laquelle l'empreinte carbone de notre régime alimentaire serait la plus réduite.

Laisseriez-vous une IA choisir votre menu au restaurant?

Laisseriez-vous une IA choisir votre menu au restaurant?

Une société déjà bien implantée permet aux établissements de vous scanner afin de vous proposer des produits prétendument adaptés.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio