Boire & manger / Sciences

Mangeons-nous inconsciemment ce dont notre corps a besoin?

Temps de lecture : 2 min

Bien qu'encore controversée, la théorie de l'«intelligence nutritionnelle» continue d'intéresser certains scientifiques.

Si les recherches rendent compte de résultats encourageants, de nombreuses questions restent pour l'instant sans réponse. | Jamie Street via Unsplash
Si les recherches rendent compte de résultats encourageants, de nombreuses questions restent pour l'instant sans réponse. | Jamie Street via Unsplash

Et si votre envie irrésistible d'un aliment spécifique était le reflet d'une carence en vitamines ou en minéraux? Si vous rêvez par exemple de déguster une banane, est-ce le signe que votre corps est en manque de magnésium? Votre envie d'épinards ou de lentilles serait-elle liée à un manque de fer?

Dans les années 1930, une scientifique du nom de Clara Davis s'était penchée sur ce phénomène étonnant, également surnommé «intelligence nutritionnelle». Un groupe de jeunes enfants n'ayant pas accès à une alimentation saine à la maison avait été invité à choisir librement parmi plus de trente aliments. Résultat? «Les enfants choisissaient instinctivement un régime riche en nutriments», raconte la BBC.

Au fil du temps néanmoins, les conclusions tirées par Clara Davis dans ses travaux de recherche ont été remises en question par la communauté scientifique. «On ne sait pas vraiment ce qui s'est passé lors de cette étude», explique Jeff Brunstrom, professeur de psychologie expérimentale à l'université de Bristol. «Peut-être que les enfants ont simplement été exposés à toute une série d'aliments sains et que cela a suffi.»

Aussi, lorsque Jeff Brunstrom croise la route du journaliste et auteur Mark Schatzker en 2017 lors d'une conférence sur «la capacité remarquable de différentes espèces sauvages et domestiquées à réagir aux carences en micronutriments en modifiant leur régime alimentaire en conséquence», sa curiosité est piquée. Surtout, le journaliste estime que ce phénomène pourrait également être observé chez les êtres humains. Malgré ses doutes, Brunstrom propose alors à Schatzker de tester sa théorie au cours d'une étude scientifique.

Dés résultats préliminaires

«Nous avons montré aux participants des photos de fruits et de légumes dans différentes combinaisons, puis nous leur avons demandé de choisir la combinaison pour laquelle ils opteraient», décrit Jeff Brunstrom. «À mon grand étonnement, la première étude que nous avons réalisée a montré [que les participants choisissaient la meilleure option en termes de micronutriments]. C'est un petit effet, mais un effet fiable.»

Ce n'est pas tout. Dans une autre étude publiée le 30 avril 2022 dans The American Journal of Clinical Nutrition et à laquelle Brunstrom a également participé, des chercheurs ont utilisé des données préexistantes de vingt personnes qui avaient été invitées à choisir parmi une sélection de repas quotidiens avec des apports caloriques différents pendant quatre semaines. Aucune de ces personnes n'effectuait de régime.

«Pendant des années, nous avons cru que les humains consommaient inconsciemment des repas riches en énergie», commente Annika Flynn, coautrice de l'étude publiée le 30 avril 2022. «De façon remarquable, cette étude indique un degré d'intelligence nutritionnelle, par lequel les humains parviennent à ajuster la quantité qu'ils consomment lorsqu'ils choisissent des options à haute densité énergétique.»

Mais si l'«intelligence nutritionnelle» existe, comment expliquer que des personnes souffrent de certaines carences nutritionnelles auxquelles elles pourraient remédier? De la même manière, pourquoi certains pays font face à une hausse des cas d'obésité si les humains ont une «intelligence nutritionnelle innée»? Pour les chercheurs, de nombreuses questions restent pour l'instant sans réponse, mais ils espèrent que leurs travaux ouvriront la voie à des études complémentaires.

«La prochaine série de questions devra porter sur l'impact de ce phénomène sur les différences individuelles en matière de santé», soutient Brunstrom. «Nous savons que certaines personnes sont plus sujettes à une mauvaise santé alimentaire et à l'obésité que d'autres. Alors quel rôle joue l'intelligence nutritionnelle, et pouvons-nous comprendre comment ces interactions nous prédisposent à surconsommer ou sous-consommer? C'est également un domaine passionnant.»

Newsletters

Au restaurant Les Parisiens, Thibault Sombardier défend les valeurs de la haute bistronomie parisienne

Au restaurant Les Parisiens, Thibault Sombardier défend les valeurs de la haute bistronomie parisienne

Un lieu de rendez-vous chic au sein du Pavillon Faubourg Saint-Germain, nouvel hôtel cinq étoiles situé Rive gauche.

Manger un peu de viande peut être plus durable qu'un régime vegan

Manger un peu de viande peut être plus durable qu'un régime vegan

En optimisant les conditions de culture et d'élevage, des scientifiques cherchent la configuration dans laquelle l'empreinte carbone de notre régime alimentaire serait la plus réduite.

Laisseriez-vous une IA choisir votre menu au restaurant?

Laisseriez-vous une IA choisir votre menu au restaurant?

Une société déjà bien implantée permet aux établissements de vous scanner afin de vous proposer des produits prétendument adaptés.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio