Monde

Guerre de soumission, géopolitique, de libération: comment qualifier le conflit ukrainien?

Temps de lecture : 8 min

L'invasion russe renoue avec les plus durs conflits de la guerre froide. Mais jusqu'où les hostilités vont-elles se poursuivre? Pour amorcer un début de réponse, il est nécessaire de faire le point sur les différents types de guerres.

Alors que la guerre s'étire, la question de la résolution du conflit ukrainien se pose. | Samuel Jerónimo via Unsplash
Alors que la guerre s'étire, la question de la résolution du conflit ukrainien se pose. | Samuel Jerónimo via Unsplash

Malgré l'apparition de l'arme nucléaire, la guerre n'a pas disparu après 1945: les guerres d'Indochine puis du Vietnam, les guerres israélo-arabes, la guerre de Corée, la guerre d'Algérie, la guerre soviétique en Afghanistan ou encore la guerre Iran-Irak sont quelques exemples marquants de la guerre froide. Rétrospectivement, l'Europe ne paraît avoir été épargnée que par la suraccumulation d'armements de part et d'autre du «rideau de fer», qui rendait «la paix impossible, la guerre improbable», selon les mots de Raymond Aron.

Depuis la chute du mur de Berlin, la guerre ne s'est pas faite moins fréquente malgré la promesse de «fin de l'histoire»: les deux guerres contre l'Irak, les guerres de Yougoslavie, la guerre de Tchétchénie, les guerres de l'OTAN au Kosovo, en Afghanistan ou en Libye, la guerre de Géorgie, la guerre au Yémen (depuis 2014), la guerre du Haut-Karabakh (2020), sans parler des nombreuses guerres civiles internes aux États.

La guerre en Ukraine, démarrée par une agression directe de la Russie le 24 février dernier, alors que Moscou avait privilégié une forme indirecte de conflit en 2014, renoue, par ses implications systémiques pour la stabilité internationale, avec les plus durs conflits de la guerre froide. Mais jusqu'où les hostilités vont-elles se poursuivre? Pour répondre à cette question, il faut distinguer trois types de guerres.

L'invasion russe en Ukraine:
une guerre de soumission?

Lorsque le conflit a une nature idéologique, ou lorsqu'il a pour enjeu la domination du système international, la guerre ne peut viser que la soumission de l'adversaire, sa destruction ou un «changement de régime» qui est censé rompre l'antagonisme idéologique. C'est la guerre de Sparte contre Athènes décrite par Thucydide, ou de Rome contre Carthage. Ce sont les guerres religieuses menées par les musulmans ou par les chrétiens.

On trouve une motivation idéologique dans les guerres de la Révolution et de l'Empire comme durant la Seconde Guerre mondiale, présentée comme un combat de la liberté contre la barbarie: il était inenvisageable pour les alliés de reconstruire un ordre international sans avoir obtenu la capitulation de l'Allemagne, de l'Italie et du Japon.

On la retrouve aussi dans les interventions des États-Unis en Afghanistan ou en Irak, destinées à renverser le régime des talibans et celui de Saddam Hussein –dans ce dernier cas, ce ne fut pas un objectif de la guerre de 1990-1991, mais il est devenu implicite lors de la poursuite ultérieure des frappes anglo-américaines contre l'Irak, puis explicite dans l'invasion de 2003.

La guerre en Ukraine s'apparente à une guerre de soumission, car elle est le couronnement paroxystique d'une divergence idéologique croissante entre l'Occident libéral et la Russie poutinienne. La Russie était dans une logique de soumission en prétendant remplacer le gouvernement de Kiev par un régime prorusse.

Les Occidentaux sont dans une logique de soumission quand Joe Biden traite Vladimir Poutine de «tueur» et de «boucher» et souhaite explicitement qu'il quitte le pouvoir, ou quand son secrétaire à la Défense, Lloyd Austin, parle «d'affaiblir la Russie au point qu'elle ne puisse plus recommencer», ou quand de hauts diplomates américains parlent d'infliger une «défaite stratégique» à la Russie, ou quand le président polonais, Andrzej Duda, considère que parler à Poutine, c'est comme parler à Hitler.

Un conflit qui pourrait se solder
par une impasse

À l'âge nucléaire, la guerre de soumission est en grande partie vidée de sa substance. Malgré les rivalités idéologiques, il est inenvisageable de mener une conflagration à grande échelle entre les puissances dotées d'armes nucléaires. Les conflits ne peuvent être que limités, localisés, indirects. C'est ce qui s'est passé durant la guerre froide, durant laquelle les superpuissances ont évité de s'affronter directement.

Il est peu probable qu'une véritable paix soit envisageable sans de profonds changements à Moscou.

Entre la Russie et l'Ukraine, la guerre aurait pu se solder par une soumission de l'Ukraine (comme le souhaitait Vladimir Poutine) et elle pourrait maintenant se solder par une défaite de la Russie, suivie d'un changement de régime à Moscou. Néanmoins, elle ne peut pas monter vers une confrontation directe (sauf à risquer l'escalade nucléaire) et les changements politiques ne pourront venir que de l'intérieur de la Russie. Si le sort des armes ne décide pas d'une victoire ukrainienne ou russe, le conflit peut évoluer vers une impasse.

C'est ce qui s'est produit dans la guerre de Corée, où après les flux et reflux de 1950-1951, le front s'est stabilisé jusqu'à l'armistice de 1953, qui n'a jamais été suivi d'une vraie paix. L'épuisement des parties peut y contribuer: la Russie affaiblie par les sanctions; et l'Ukraine, malgré le soutien occidental, par le conflit qui se joue sur son territoire. Car 20% du territoire ukrainien est occupé par la Russie, un tiers de la population ukrainienne est déplacée ou réfugiée, l'Ukraine devrait perdre 50% de son PIB contre 15% pour la Russie.

Sans compter les conséquences planétaires du conflit: inflation, récession économique, pénuries, insécurité alimentaire, etc. Néanmoins, même si le conflit armé devait s'arrêter par un armistice mal ficelé (un peu comme les accords de Minsk de 2014-2015, après le premier conflit ukrainien), il est peu probable qu'une véritable paix soit envisageable avec la Russie sans de profonds changements à Moscou.

Les guerres géopolitiques,
pour fortifier son royaume

Les guerres géopolitiques n'ont pas d'enjeux idéologiques, mais des enjeux de territoires et de rivalités de puissance. C'est le modèle classique des guerres européennes du passé, y compris les «guerres en dentelle» du XVIIIe siècle. Les rois de France cherchaient à protéger, arrondir et fortifier leur royaume (le «pré carré»).

Le roi de Prusse Frédéric II a ravi la Silésie à l'Autriche en 1740, conquête essentielle pour affirmer la Prusse comme grande puissance européenne. La France et l'Angleterre se sont combattues pour leurs colonies d'Amérique. Les guerres de la Russie contre l'Empire ottoman se rattachaient à cette logique, et ont conduit la France et l'Angleterre à mener la «guerre de Crimée» (1854-1856) pour stopper l'expansion russe.

La Première Guerre mondiale était aussi une guerre géopolitique: elle avait d'abord pour enjeu les rivalités de puissance et, malgré sa brutalité inédite, ne visait pas à détruire l'adversaire ou à changer son régime (même si cela en a été la conséquence en Russie, en Allemagne et en Autriche-Hongrie).

Des conflits plus faciles à arrêter

Les guerres géopolitiques n'ont, en théorie, plus cours aujourd'hui. Le droit international interdit le recours à la force et ordonne le respect des frontières. Mais Vladimir Poutine croit visiblement plus dans la tradition historique des guerres européennes que dans celle de la sécurité collective et de l'interdépendance économique. Les deux guerres que la Russie a menées contre ses voisins rétifs à sa domination ont eu, ou ont, des enjeux territoriaux limités: le contrôle de l'Abkhazie et de l'Ossétie du Sud dans le cas géorgien, le contrôle de la Crimée, du sud et de l'est de l'Ukraine dans le cas ukrainien.

On peut aussi rattacher à cet exemple les guerres d'Israël, qui n'a jamais prétendu conquérir l'ensemble du monde arabe ou changer le régime des pays arabes (alors que les pays arabes ont prétendu au départ détruire l'État d'Israël), mais qui a utilisé la guerre pour renforcer sa sécurité et agrandir son territoire.

Les guerres géopolitiques sont plus faciles à arrêter que les guerres de soumission puisque, par définition, leurs objectifs sont limités, et il est possible de les clôturer par des compromis territoriaux. La guerre de Géorgie (8-12 août 2008) a été très courte. La guerre du Haut-Karabakh également (automne 2020). Les guerres de Yougoslavie (Croatie, 1991-1995, Bosnie, 1992-1995) ont été plus longues, mais se sont aussi terminées par des arrangements territoriaux.

La guerre Iran-Irak avait une dimension idéologique et religieuse (l'État laïc de Saddam Hussein contre l'État islamique de Khomeini, l'influence de celui-ci sur les chiites d'Irak), mais s'inscrivait aussi dans la longue rivalité entre les Perses et les Arabes et a eu essentiellement pour enjeu le contrôle du Chatt-el-Arab. Cette embouchure du Tigre et de l'Euphrate a été conquis par Saddam Hussein, mais rendu à l'Iran dans le contexte de la guerre du Koweït. La logique territoriale (la paix contre les territoires) a aussi permis de sortir peu à peu des guerres israélo-arabes.

La légitimité des guerres
de libération

Les guerres de libération sont, quant à elles, l'inverse des guerres de soumission. Elles expriment l'aspiration d'une population, d'un peuple, à se soustraire à une domination étrangère. Il s'agit classiquement de la décolonisation, qui a commencé avec l'indépendance des États-Unis (1776) et s'est poursuivie jusqu'aux guerres d'Indochine et d'Algérie. Il s'agit aussi de l'application du «principe des nationalités», comme on disait au XIXe siècle, qui a permis à des peuples d'accéder à la condition d'États, notamment dans les Balkans et en Europe orientale.

Les guerres de libération nationale ont une légitimité, contrairement aux guerres de domination ou aux guerres géopolitiques. Elles sont encadrées par le «droit des peuples à disposer d'eux-mêmes», consacré par la charte des Nations unies. Des résolutions de l'ONU ont ainsi reconnu la légitimité du recours à la force dans l'exercice du droit à la décolonisation. Cependant, le droit international est aussi protecteur du respect des frontières existantes. Il n'interdit pas les déclarations d'indépendance, mais il n'a jamais consacré un droit à la sécession, qui serait profondément déstabilisateur pour l'ordre territorial existant.

Les russophones préfèrent-ils vivre sous la férule d'un État russe qui les a conquis avec brutalité, ou au sein d'un État ukrainien que la guerre aura rendu plus nationaliste?

La guerre du Koweït, ou première guerre du Golfe, (1990-1991) a été une guerre de libération après l'invasion de l'émirat par l'Irak. La guerre du Kosovo également, qui a permis à la population albanophone (majoritaire au Kosovo) d'échapper à l'oppression serbe. Les guerres d'Israël et de Yougoslavie ont aussi eu une dimension libératrice pour les peuples qui se battaient pour leur indépendance, leur liberté et leur sécurité.

Si l'exploitation des minorités par un pouvoir autoritaire et expansionniste (l'Allemagne de Hitler, la Serbie de Milošević, la Russie de Poutine) dénature la légitimité «libératrice» de ces conflits, il faut se demander si la guerre en Ukraine, dès lors qu'elle n'a plus pour enjeu le contrôle de la totalité de l'Ukraine, mais celui des territoires russes ou russophones, ne glisse pas vers ce type de guerre. Les populations des territoires russophones d'Ukraine préfèrent-elles vivre sous la férule d'un État russe qui les a conquis avec brutalité, ou au sein d'un État ukrainien que la guerre aura rendu plus nationaliste?

La guerre de libération n'est pas une guerre sans fin. Elle se solde par une indépendance, par un changement de frontières ou par des expulsions de populations. La Turquie de Mustafa Kemal Atatürk s'était rebellée contre le traité de Sèvres du 10 août 1920, avait fini par reconquérir toute la péninsule anatolienne et avait expulsé les populations grecques –c'est le premier grand «nettoyage ethnique» de la période contemporaine.

Des motivations combinables

Dans la décolonisation, l'indépendance finit en général par s'imposer comme un fait accompli. Dans les querelles territoriales, il faudrait appliquer le principe de consultation et de consentement des populations, mais on est souvent davantage dans une logique de rapports de force et de guerres géopolitiques. Ce qui fait que le Kosovo a cessé d'être serbe, que la Bosnie a été partagée et que la Croatie a recouvré la totalité de son territoire.

Les guerres sont rarement chimiquement pures: elles peuvent combiner de façon variable les trois motivations. Il n'en va pas différemment pour la guerre en Ukraine. Si l'on privilégie une lecture idéologique, alors le conflit d'aujourd'hui est le prélude d'une bataille mondiale pour les valeurs entre le bloc occidental d'un côté, la Russie et la Chine de l'autre, qui s'annonce comme une longue bataille, pourrait s'étendre à d'autres conflits (demain, Taïwan?) et ne pourrait s'achever que par la démocratisation de l'une comme de l'autre. Si l'on privilégie une lecture géopolitique, voire une lecture nationaliste, alors la question d'un arrêt de la guerre et de possibles compromis peut devenir beaucoup plus pertinente.

Newsletters

Un prof américain licencié à cause d'un cours jugé trop difficile

Un prof américain licencié à cause d'un cours jugé trop difficile

Il enseignait la chimie organique.

Guerre cyber de la Russie: les clés d'une résilience ukrainienne inattendue

Guerre cyber de la Russie: les clés d'une résilience ukrainienne inattendue

[TRIBUNE] En fédérant les États occidentaux, le secteur privé de la tech et les partisans en ligne, le pays de Volodymyr Zelensky a su contrer la grandissante menace cyber russe.

Après le Brexit, Liz Truss va-t-elle faire exploser l'économie britannique?

Après le Brexit, Liz Truss va-t-elle faire exploser l'économie britannique?

La sortie de l'Union européenne aura fragilisé l'économie britannique face aux crises suivantes liées à la pandémie de Covid et à la flambée des coûts de l'énergie.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio